Actualité Renault Sport Auto

R.S.17 : Formule 1 du renouveau pour Renault Sport

Renault Sport Formula One - R.S.17 - Joris Clerc
Renault Sport Formula One - R.S.17 - Joris Clerc

Renault a présenté sur sa nouvelle monoplace F1 2017, la R.S.17, à Londres. 40 ans après le lancement de sa première Formule 1, la RS01 dévoilée le 10 mai 1977, au Pub des Champs-Elysées à Paris, Renault Sport signe sa première F1 intégralement conçue par son écurie Formula One Team, après le rachat de Lotus F1. La R.S.16 de l’année dernière étant une ex-Lotus rebadgée, la marque française avait à cœur de présenter SA monoplace qu’elle alignera dans la catégorie reine des circuits.

Renault Sport Formula One - R.S.17 - Joris Clerc
Renault Sport Formula One – R.S.17 – Joris Clerc

Nouveau règlement 2017, nouveau moteur R.E.17

Profitant du nouveau règlement 2017, Renault Sport Racing est parti d’une feuille blanche pour cette nouvelle R.S.17 qui ne partage aucun composant commun avec la R.S.16. De même le groupe propulseur V6 hybride turbo R.E.17 est différent à 95% de son prédécesseur R.E.16. qui était en bout de développement : “Nous avons mis beaucoup travaillé pour gagner du poids sur chaque partie du moteur, car nous savions que nous devons faire un effort sur ce point.” précise Rémi Taffin, Directeur Technique Moteur de RS F1, qui a admis “qu’il y avait un risque de faire un changement aussi profond, mais Renault n’avait finalement aucune option étant donné qu’il avait atteint la limite de son développement et qu’il était primordial de trouver plus de performance.”

Renault Sport Formula One - R.S.17 - Joris Clerc
Renault Sport Formula One – R.S.17 – Joris Clerc – B. Bell / C. Abitboul / J. Stoll / T. Koskas

Cyril Abiteboul, Directeur Général de Renault Sport Racing, a indiqué que le gain au tour avec ce nouveau moteur se situait à 0,3 sec et que Renault espèrait faire un gain supplémentaire semblable, par son développement encours de saison. “L’objectif est de réduire l’écart avec Mercedes d’ici la fin de l’année” précise Rémy Taffin. La suppression des “jetons F1 moteur” va donner aux ingénieurs plus de liberté, mais Renault aurait probablement pu faire ses changements en 2017 avec cette contrainte réglementaire, indique le constructeur français.

Renault Sport Formula One - R.S.17 - Joris Clerc
Renault Sport Formula One – R.S.17 – Joris Clerc
Renault Sport Formula One - R.S.17 - Joris Clerc
Renault Sport Formula One – R.S.17 – Joris Clerc
Renault Sport Formula One - R.S.17 - Joris Clerc
Renault Sport Formula One – R.S.17 – Joris Clerc

“L’an dernier, nous voulions réduire l’écart par rapport au groupe propulseur le plus performant de la grille tout en devenant les plus fiables, nous estimons avoir réussi.” indique Rémi Taffin. “Pour 2017, nous souhaitons combler la différence. C’est ambitieux et les derniers gains seront durement acquis. Plus vous cherchez la performance, plus vous empiétez sur la zone de sécurité pour la fiabilité. Il s’agit d’un équilibre avec lequel il faut jongler. C’est un combat que nous apprécions et qui nous motive tous. Nous avons porté une attention particulière sur le MGU, les moteurs électriques et la batterie. C’est un processus exigeant. Le poids et l’intégration ont été des valeurs fondamentales dans notre approche du R.E.17. Et tout comme le système de refroidissement, un gain dans un domaine s’accompagne souvent d’autres gains dans d’autres domaines. Un palier dans la performance du moteur à combustion interne était également ciblé. Chaque gain augmente l’impact sur les pièces puisque vous les placez sous de plus fortes contraintes. Par rapport à l’an passé, son architecture est nouvelle et sa disposition diffère aussi légèrement.”

Renault Sport Formula One - R.S.17 - Joris Clerc
Renault Sport Formula One – R.S.17 – Joris Clerc – N. Hulkenberg / J. Palmer / S. Sirotkin
Renault Sport Formula One - R.S.17 - Joris Clerc
Renault Sport Formula One – R.S.17 – Joris Clerc
Renault Sport Formula One - R.S.17 - Joris Clerc
Renault Sport Formula One – R.S.17 – Joris Clerc – J. Palmer / N. Hulkenberg

Renault a beaucoup amélioré l’intégration du moteur : “Si vous faisiez partie de l’équipe pour observer la monoplace dénudée et en évaluer l’architecture, vous pourriez voir de nombreuses différences par rapport au groupe propulseur et à son installation l’an dernier” précise Rémy Taffin. “Le groupe propulseur est fait pour convenir à la voiture. C’est une différence fondamentale. Le moteur et le châssis s’emboîtent, ce n’est pas un puzzle comme avec la R.S.16 [ex-Lotus]. La R.S.17 est beaucoup plus homogène. Notre monoplace est la première que nous construisons en travaillant main dans la main entre les équipes châssis [Enstone] et groupe propulseur [Viry-Chatillon] pour s’assurer que le premier puisse accueillir le second le plus efficacement possible” explique t il. “Tout au long de la phase de conception des deux éléments, les interactions ont été nombreuses, ce qui était impossible avec notre précédente voiture. Travailler ainsi est véritablement bénéfique et nous espérons que cela se reflètera dans nos résultats.”

Renault Sport Formula One - R.S.17 - Joris Clerc
Renault Sport Formula One – R.S.17 – Joris Clerc
Renault Sport Formula One - R.S.17 - Joris Clerc
Renault Sport Formula One – R.S.17 – Joris Clerc
Renault Sport Formula One - R.S.17 - Joris Clerc
Renault Sport Formula One – R.S.17 – Joris Clerc
Renault Sport Formula One - R.S.17 - Joris Clerc
Renault Sport Formula One – R.S.17 – Joris Clerc

Objectif : 5ème du championnat

L’équipe française s’est profondément restructurée (après le départ Fédéric Vasseur), espérant faire de gros progrès avec cette R.S.17, comme l’explique Cyril Abiteboul : “C’est la première campagne où nous fonctionnons d’entrée de jeu en équipe, il s’agit donc d’une année de fondation. L’année passée, nous avons exploité une voiture construite dans des délais très réduits. Cette année, nous avons pu travailler sur notre monoplace de manière intégrée entre Enstone et Viry. Cette voiture et cette saison devraient nous voir accomplir de grands progrès. Les attentes sont grandes mais nous sommes toujours en croissance et il faut du temps pour récolter les fruits du travail des nouveaux arrivants et tirer les bénéfices des nouvelles infrastructures. En termes de performances, nous aurons fait des progrès, c’est certain.”

Renault Sport Formula One - R.S.17 - Joris Clerc
Renault Sport Formula One – R.S.17 – Joris Clerc
Renault Sport Formula One - R.S.17 - Joris Clerc
Renault Sport Formula One – R.S.17 – Joris Clerc
Renault Sport Formula One - R.S.17 - Joris Clerc
Renault Sport Formula One – R.S.17 – Joris Clerc
Renault Sport Formula One - R.S.17 - Joris Clerc
Renault Sport Formula One – R.S.17 – Joris Clerc

L’objectif de Renault est clair et lucide : “Nous visons la cinquième place du championnat constructeurs. Il est évident que nous devons marquer régulièrement des points pour cela. C’est un objectif collectif pour l’écurie et individuel pour les pilotes. Nico (Hülkenberg) nous rejoint avec sa grande expérience et son talent. Nous le voulons performant d’entrée et nous avons confiance en lui. Jolyon (Palmer) a connu une première année solide durant laquelle il a bien progressé et nous désirons que cela se poursuive de manière naturelle. Tous deux devraient être complémentaires et l’équipe devrait s’épanouir avec ce duo. La saison 2017 sera la deuxième année d’un projet à long terme. Nous ne nous attendons pas à des miracles du jour au lendemain, mais nous sommes clairs sur la position que nous voulons atteindre au final.”

Renault Sport Formula One - R.S.17 - Joris Clerc
Renault Sport Formula One – R.S.17 – Joris Clerc
Renault Sport Formula One - R.S.17 - Joris Clerc
Renault Sport Formula One – R.S.17 – Joris Clerc
Renault Sport Formula One - R.S.17 - Joris Clerc
Renault Sport Formula One – R.S.17 – Joris Clerc
Renault Sport Formula One - R.S.17 - Joris Clerc
Renault Sport Formula One – R.S.17 – Joris Clerc

“Pour y parvenir, les plus grands défis sont : la conception, la fabrication et le déploiement. Toute négligence dans un domaine précis offre un avantage à l’adversaire. L’aérodynamique, les systèmes mécaniques, la fiabilité, l’intégration, l’exploitation de la voiture, la stratégie, les systèmes de contrôle, la gestion des pilotes, la qualité de l’ingénierie de piste… Tout doit progresser.” Pour cela, Renault Sport Racing s’est adjoint de nouveaux partenaires et sponsors, dont BP, Castrol et MAPFRE. Les pilotes titulaires, Nico Hülkenberg et Jolyon Palmer seront épaulés par Sergey Sirotkin officialisé comme troisième pilote et pilote réserviste. Enfin, “Le Professeur” Alain Prost est nommé en renfort comme “Conseiller Spécial” de Renault Sport Racing.

Renault Sport Formula One - R.S.17 - Joris Clerc
Renault Sport Formula One – R.S.17 – Joris Clerc – N. Hulkenberg / J. Palmer / S. Sirotkin
Renault Sport Formula One - R.S.17 - Joris Clerc
Renault Sport Formula One – R.S.17 – Joris Clerc – A. Prost

La présentation était également l’occasion de dévoiler la nouvelle identité de Renault Sport, destinée à renforcer les liens entre Renault Sport Racing et Renault Sport Cars, reprenant les couleurs jaune et noire historique de l’équipe française en F1, en mémoire à la RS01 de 1977.

Modifications techniques des monoplaces

La FIA a adopté de nouvelles réglementations techniques pour les Formules 1 de 2017. Ces mesures ont été retenues dans le but de renouveler l’image de la catégorie reine du sport automobile auprès des spectateurs mais aussi d’améliorer le temps au tour des monoplaces. Les changements sont importants et auront un impact significatif tant sur l’esthétique des voitures que sur leur performance :

– Les pneumatiques : La principale révolution technologique est concentrée sur la modification de la largeur des pneumatiques : est de 305 mm contre 245 mm pour les pneus avant en 2016. Les pneus arrière quant à eux passent à 405 mm contre 325 mm en 2016. La réglementation pneumatique devrait rester identique avec 5 trains de pneus en tout dont 3 par épreuve.
– Le poids : le poids minimum des F1 passe de 702 à 722 kg.
– L’aileron : le design de l’aileron arrière est revu avec des dérives latérales en diagonales qui permettent de modifier le point où la structure de flux d’air interagit avec l’aileron arrière. Il est de ce fait plus large de 200 mm soit 950 mm et est abaissé de 15 cm pour une hauteur de 800 mm. L’aileron avant est porté de 1650 à 1800 mm. Cette modification va améliorer grandement la charge aérodynamique de la voiture.
– Le châssis : la largeur minimale du châssis des monoplace passe de 1300 à 1400 mm et la largeur maximale est de 1600 mm soit 200 mm de plus.
– Le fond plat : la largeur du fond plat passe de 1400 à 1600 mm et il est réduit de 100 mm en longueur. Le point d’attaque recule de 330 à 430 mm.
– Le diffuseur : l’extrémité du diffuseur est plus importante avec une inclinaison de 175 mm par rapport à la ligne centrale des roues arrière, l’ensemble boite de vitesses et transmission a inclinaison plus haute. Elle est augmentée de 50 mm (175 au lieu de 125mm) et la largeur de 1000 à 1050mm. Cette dernière modification va augmenter grandement le fameux « effet de sol » ( dépression d’air qu’il y sous la voiture).

Réglementation F1 2017 vs 2016 - CD-Sport.com
Réglementation F1 2017 vs 2016 – CD-Sport.com
Réglementation F1 2017 vs 2016 - CD-Sport.com
Réglementation F1 2017 vs 2016 – CD-Sport.com

Sources CP Renault Sport / CD-Sport.com

Catégories :

Nous twittons, suivez-nous