Essais

Essai BRP MXZ Renegade 850 Etec : La reine des neiges

BRP MXZ Renegade 850 Etec

Si je vous dis que l’essai du jour est celui d’un engin qui se vente d’un rapport poids puissance de 1320 grammes par cheval chaussé en 318mm de large à l’arrière, vous pensez à quoi ? Une GT3 RS ? Non avec ses 500ch pour 1420 kg elle n’affiche que d’un 2.8kg/ch. Une Zonda S, à peine mieux avec 2.4 kg/ch, une Caterham R500, non 500 ch à la tonne ça fait 2 kg/ch. Vous doutez bien qu’une Koenigsegg One:1 a peu de chance de toquer à la porte d’AutomotivPress, il faut donc imaginer plus léger, 217 kg pour être précis. Et si je vous dis que l’essai va se faire sur la neige, ça vous inquiète ou vous oriente vers la piste du Ski-doo, enfin motoneige pour éviter une antonomase. Nous y voilà, l’hiver étant bien installé, les quantités de neige plus qu’abondantes, l’idée d’essayer une motoneige en attendant les beaux-jours n’est pas si bête, même si pas exactement dans notre ligne éditoriale comme dirait le boss.

Pouce chauffant

Une fois passé par la case équipement, salopette, blouson, bottes, gants et casque à visière chauffante, il est temps de faire connaissance avec la machine. Gabarit plutôt contenu avec un peu moins de 3m30 de long, 1m18 de large et 1m36 de haut. Le look ne laisse pas de doute sur les prétentions de la bête, on est loin de la motoneige de randonnée qui vise confort, protections et équipements pour un usage plusieurs jours durant. Protections minimalistes, guidon assez haut et face avant agressive à souhaits : « Ben oui là, tu devrais t’payer une bonne tranche de fun avec c’te machine ben performante qu’t’as là ! ». Les présentations et le détail du mode d’emploi sont brèves : contact, démarreur électrique, jauge à essence et commande des poignées chauffantes et pouce chauffant, nous savons tout. Pouce chauffant ? Et oui la commande des gaz se fait par le levier sur la poignée droite du guidon, actionnée par le pouce. En cas de grand froid le chauffage des poignées, réglable entre 0 et 6 ne sera pas un confort mais un besoin. Si hier il faisait -24°, ce matin le thermomètre affiche « seulement » -11° et une jolie couche de 8-10 cm de neige fraîche est tombée dans la nuit. Autant dire des conditions parfaites pour notre prise en main, presque trop chaud pour des machines faites pour évoluer en pleine nature en dessous de -25° et bien moins.

BRP MXZ Renegade 850 Etec
BRP MXZ Renegade 850 Etec
BRP MXZ Renegade 850 Etec

En selle !

Assez discuté, on enfourche la bête ! La position de conduite n’est pas si pire, les cales pieds sont larges et longs, permettant de positionner son poids plus en avant ou en arrière selon le besoin. Le guidon peut se régler facilement avant usage, plus haut, plus bas, plus en avant ou en arrière pour l’adapter à son gabarit ou ses préférences. Je branche la connexion pour la visière chauffante puis le clip du cordon DESS accroché au bas de ma veste qui coupera le contact si nos chemins se séparent. Pression du pouce gauche sur le démarreur électrique et hop le Rotax 850 cm3 2 temps s’ébroue. Le ralenti se stabilise un peu au dessus de 2500 tours/min tandis que Louis-Marc me fait profiter de l’odeur de ses gaz d’échappement 2 temps si reconnaissable. On dit que le cerveau à la mémoire des odeurs, c’est vrai : je me retrouve instantanément quelques années en arrière à faire du karting sur le circuit de St Laurent de Mure … avec un Rotax Max 2 temps justement. Je ferme le casque et pousse du pouce droit pour décoller en douceur, raté ma sensibilité du pouce n’est pas vraiment en éveil. Après m’être fait secouer, je recommence plus doucement et nous partons l’un derrière l’autre au ralenti sur la route mi enneigée mi glacée, avant de tourner à gauche sur la piste qui nous fait descendre tout droit vers la rivière St Maurice.

BRP MXZ Renegade 850 Etec
BRP MXZ Renegade 850 Etec
BRP MXZ Renegade 850 Etec

Un moteur de feu dans un châssis rigoureux

Le temps d’apprécier la maniabilité à faible vitesse dans cette descente boisée, quelques bosses nous accueillent sur la rivière gelée avant de pouvoir « ouvrir en grand ». Wahou quelle claque, le 850 réagit instantanément grâce à son embrayage PDrive de nouvelle génération, annoncé 30% plus réactif. Je n’ai pas connu le précédent mais je peux vous assurer que celui-ci est démoniaque, j’avoue qu’il m’a fallu plusieurs tentatives avant d’oser « poucer » complètement. Les premières tentatives ayant juste eues pour effet de m’effrayer. Le plus bluffant dans tout ça est que quel que soit le régime ou la vitesse à laquelle on se trouve, un coup de gaz fait repartir instantanément le Rotax comme si ses réserves étaient inépuisables jusqu’à la zone rouge à 8.000 tr/min ! Les conditions du jour avec une température pas excessivement froide, une neige fraîche un peu collante et épaisse ne sont pas les plus idéales pour juger des performances, mais pour moi c’est suffisant pour me dire que la limite se trouve sur la selle et pas dans le châssis.

BRP MXZ Renegade 850 Etec

Dans les enchaînements sinueux la relative lourdeur du 850 trahit un peu la glisse des skis vers l’extérieur, mais en transférant suffisamment son poids le phénomène reste tout à fait gérable … à condition d’éviter de mettre un coup de casque dans le disgracieux et peu efficace rétroviseur. La réactivité du 2 temps est agréable en sortie des virages ou la remise de gaz est fulgurante, les 165 ch passant au travers de la chenille de 318mm de large. La rigueur du châssis n’est pas pris en défaut, l’ensemble est parfaitement homogène. A vitesse (un peu) soutenue sur des pistes chahutées le confort demeure étonnamment bon, sans doute aidé par la suspension à bon débattement (220 mm à l’avant et 239mm à l’arrière), permettant de rester assis sur l’étroite selle (malgré tout accueillante) sans se sentir au bord de l’éjection. Mais là où le MXZ étonne le plus est sur son allonge et la mise en vitesse : cruisez tranquillement à 100 km/h et ouvrez en grand, vous vous retrouverez quasiment instantanément à 160 km/h ! Pareil au départ d’un stop, le 0 à 100 km/h, fort dépendant de l’adhérence, s’avale en moins de 4 secondes, la tête dans la bulle et les bras solidement accrochés au guidon. Côté VMax, s’il est annoncé pour 195 km/h, le contenu de mon caleçon ne me permettra pas de dépasser les 165 km/h tenus quelques longues secondes, d’autres pointes répétées autour des 160 donnant leur pesant d’adrénaline.

BRP MXZ Renegade 850 Etec

Ce qui est surprenant également c’est la puissance du frein moteur. Après une bonne poussée la tête dans le guidon, si on lève le nez et lâche les gaz sans même effleurer les freins la décélération est réellement impressionnante. Aérodynamique par le buste hors de la bulle tout d’abord, mais surtout mécanique avec le frein moteur incroyable. Si bien que dans la plupart des cas il n’est même pas nécessaire de solliciter le freinage Brembo pour ralentir suffisamment avant une courbe. Par contre en cas de freinage trop puissant par excès d’optimisme, le contrôle de l’enfin se fait avec les fesses pour gérer la luge. Rigolo quand c’est volontaire et maîtrise, moins rassurant quand c’est par surprise après le panneau « trop tard ».

Gourmande la reine de la récréation

Le trigramme BRP signifie Bombardier Recreational Products, le moins qu’on puisse dire c’est que le produit est récréatif, et plutôt facile d’accès. Après moins d’une heure à son guidon on se fait déjà énormément plaisir et on ouvre en grand dès que l’occasion se présente. C’est là que vient le danger, on pourrait se sentir un peu trop facilement en confiance et se faire piéger… Inutile de dire que les risques sont réels vu les vitesses atteintes, le niveau de protection ou l’environnement. Alors un conseil qu’il vaut mieux répéter, comme en moto, restez humble et gardez en toujours sous le pouce !

BRP MXZ Renegade 850 Etec

La bête reste gourmande car la jauge descend vite, après un peu plus de 4 heures de balade et 130 km, la jauge n’affiche plus que 3 barres sur les 10 au départ. Oup’s le réservoir fait 36 litres, je remets 25 litres d’octane 91 soit un bon 19 litres au 100 km, il vaudrait mieux compter en litres pour kg de fun ! Et qui dit moteur 2 temps dis huile à remplir régulièrement. Le réservoir d’huile fait 3.4 litres, les 130 km en auront consommé 0.8.

BRP MXZ Renegade 850 Etec

En France l’usage est plutôt réglementé et limité, contrairement au Canada ou la motoneige est une vraie religion. Le MXZ est une motoneige plutôt performante sur le marché locale et un peu chère : affiché à partir 18.024 $Can (soit environ 12.045 €). Le marché de l’occasion est large, ou pour des utilisations plus occasionnelles, la location à la journée ou la semaine est sans doute une option à envisager. En tous cas si vous avez l’opportunité de chevaucher la belle, allez-y vous ne regretterez pas l’expérience !

BRP MXZ Renegade 850 Etec

Crédit photos @ Ambroise Brosselin

A propos de l'auteur

Ambroise Brosselin

Ambroise Brosselin

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour poster votre commentaire

Catégories :

Nous twittons, suivez-nous