Actualité Audi

Audi S8 & SQ8, entre sport et confort, il faut frémir

Audi S8
Audi S8

Le haut de gamme Audi renouvelle ses déclinaisons les plus sportives en cette fin d’année. Si les motoristes d’Ingolstadt privilégient toujours le V8, le SQ8 se met au diesel tandis que la nouvelle S8 reste fidèle à l’essence. La polyvalence nécessaire aux (riches) acheteurs des modèles précédents reste au centre de l’attention du constructeur. Ou comment allier le cœur d’une voiture sportive et la quintessence du luxe d’une limousine. La touche technologique en plus.

Nouvelle S8 : cargo lancé à vitesse grand V

Annoncée il y a quelques jours, la nouvelle S8 déroge à la récente règle mise en place par Audi pour réduire ses consommations et émissions de CO2 : le diesel. La longue berline de 5,17m embarque un moteur V8 biturbo de 571 chevaux (420 kW) pour un couple gargantuesque de 800 Nm. La technologie MHEV adoptée par les autres modèles sportifs de la marque est là aussi de la partie. Cette hybridation légère (alterno-démarreur et batterie au lithium-ion) permet de réduire la consommation moyenne en désactivant totalement ou partiellement le moteur sur les trajets du quotidien. Un système de désactivation des cylindres engendre également une économie d’essence lors d’une conduite plus coulée. Le conducteur bénéficie d’ailleurs de cinq modes de conduites bien distincts allant du tout « Comfort » jusqu’au mode « Dynamic » aux velléités bien sportives. Cette dénomination S8 n’est pas là pour faire de la figuration et le démontre dans les chiffres : vitesse de pointe bridée électroniquement à 250 km/h et un 0 à 100 km/h abattu en 3,8 secondes (!). Pour un engin de plus de deux tonnes, les performances divulguées sont à faire douter certaines supercars pas si vieilles… Audi affirme en revanche que la berline ne dépasse pas les 12l/100 km en consommation mixte. Côté comportement, la S8 adopte une palanquée d’équipements high-tech pour s’adoucir ou se dynamiser. La suspension active « Audi AI » par exemple, fonctionne en combinaison avec la suspension pneumatique adaptive pour surélever ou abaisser chaque roue séparément, analysées par la caméra avant. Le différentiel sport de l’essieu arrière peut aussi stabiliser le véhicule en transférant le couple à la roue de l’intérieur du virage. Enfin la direction dynamique intégrale couplée à l’indémodable transmission Quattro sont elles aussi de série. Ce joli train-train s’accompagne des clapets actionnés automatiquement dans le système d’échappement pour mettre en valeur le son du V8.

Audi S8
Audi S8
Audi S8
Audi S8
Audi S8
Audi S8
Audi S8
Audi S8
Audi S8
Audi S8

Concernant le style, pas de bouleversement à l’horizon et la S8 se la joue discret. Outre les jantes de 21 pouces, les pare-choc avant, bas de caisse et quadruples sorties d’échappement trahissent la version survitaminée de la berline de base. A l’intérieur, cela se remarque avec les sièges chauffants au style plus sportif qui gardent toutes les fonctionnalités de massage et de ventilation, en option. Le Virtual Cockpit avec ses différents modes d’affichage est toujours présent, auquel s’ajoute un nouveau système intriguant. Grâce à l’interconnexion avec les infrastructures de plusieurs villes européennes, le véhicule peut recevoir des informations sur l’ordinateur central concernant les feux de signalisation. Via un serveur, le conducteur peut sélectionner une vitesse en lien avec la prochaine phase de feu vert. Peut-être gadget, la technologie mérite d’être testée dans des conditions réelles pour prouver sa place dans une allemande déjà bardée d’options. La S8 s’affiche à 156.400 € sur le marché français, malus de 12 500 € non compris. C’est le prix à payer pour bénéficier d’un véritable couteau suisse automobile, à même de faire rêver toutes les générations.

Audi S8
Audi S8
Audi S8
Audi S8
Audi S8
Audi S8
Audi S8
Audi S8
Audi S8
Audi S8
Audi S8
Audi S8

SQ8 : une once de sportivité, un SUV et un gros moteur diesel

Proposer un énorme SUV sportif avec un moteur diesel, il faut dire que l’idée de base paraît assez saugrenue. Audi Sport saute le pas pour s’adresser à une clientèle de niche et propose le SQ8. Celui-ci est déjà connu depuis l’été mais arrive dans les concessions d’ici peu. Petite piqûre de rappel de ce que propose le numéro 8 des SUV Audi. Le bloc 8 cylindres en V suralimenté par deux turbos est le même que son cousin SQ7 déjà présent dans la gamme. Fort de 900 Nm de couple disponible à bas régime, le moteur développe 435 chevaux pour emmener les 2,2 tonnes du mastodonte. Les performances annoncées sont plus que correctes avec le 0 à 100 km/h exécuté en 4,8 secondes. Le même système de micro-hybridation avec les batteries au lithium-ion que sa grande sœur S8 est utilisé pour faire baisser la consommation.
Pour concurrencer les Porsche Cayenne Coupé, BMW X6 et autres Mercedes GLE Coupé, Audi dégaine son SQ8 tardivement mais sûrement. L’amortissement piloté adaptatif, les freins en carbone et tout l’équipement retrouvé sur la berline sont là aussi de série. La transmission intégrale Quattro et la boite automatique à huit rapports sont aussi repris. Comme cités plus haut sur la S8, l’intérieur et l’extérieur du SQ8 sont légèrement modifiés pour donner plus d’exclusivité au plus gros modèle de la marque. Le SUV est dès à présent disponible pour la modique somme de 115 100 € sans options. La famille la plus luxueuse du constructeur aux anneaux est à présent garnie de ses modèles de sport ; le catalogue au complet, il ne reste plus qu’à faire des centaines de kilomètres d’autoroute pour utiliser ces voitures comme il se doit.

Audi SQ8 TDI
Audi SQ8 TDI
Audi SQ8 TDI
Audi SQ8 TDI
Audi SQ8 TDI
Audi SQ8 TDI
Audi SQ8 TDI
Audi SQ8 TDI