Epoqu'Auto Historique

Epoqu’Auto, une 41e édition 30% plus grande !

Epoqu'Auto 2019
Epoqu'Auto 2019

Le rendez-vous lyonnais des passionnées de voitures et motos de collection revient cette année dans une formule à portée internationale. Du 8 au 10 novembre 2019 à Eurexpo Lyon, près de 66 000 m² de surface vont accueillir 3 plateaux majeurs, des modèles exceptionnels et des expositions originales. L’organisation sort les grands moyens avec la représentation du centenaire de Citroën, une pelletée de Maserati ou de Delage et, pour la première fois, une exposition réservée aux véhicules utilitaires pour ne citer qu’elles. La fameuse vente aux enchères le dimanche reste aussi de la partie pour les collectionneurs. 700 exposants et 70 000 visiteurs attendus, le rendez-vous annuel de la mécanique ancienne s’annonce explosif.

 

Un salon d’anciennes à l’ambition internationale

Pas de chichi pour la présentation de la 41e édition d’Epoqu’Auto, le ton est donné dès les premiers mots : elle devient la plus grande, en termes de superficie d’exposition, de son histoire avec 66 000 m². Du 8 au 10 novembre 2019 à Eurexpo, une dizaine de collections en tout genre se disposeront sous les yeux des visiteurs allant de la voiture populaire à la sportive moderne de son époque. Comme avec le dernier salon automobile de Lyon qui s’est déroulé fin septembre, le hall d’accueil donnera directement le ton avec l’exposition de modèles des trois plateaux principaux de l’événement. C’est-à-dire plusieurs Citroën pour fêter le centenaire de la marque, deux Maserati et deux luxueuses Delage accompagnées d’autres modèles prestigieux du Club des 3A. Avec ces 12 000 m² de place supplémentaire, les quelques 700 exposants ont de quoi étaler voitures, motos et accessoires qui ont façonné le passé glorieux de l’industrie mécanique ancienne. Les deux roues ne sont d’ailleurs pas oubliées avec un accent mis sur la marque lyonnaise Gnome et Rhône. Pour les habitués de la traditionnelle vente aux enchères dirigée par le commissaire-priseur Jean-Pierre Osenat, celle-ci prendra place dans le hall 6 dimanche à partir de 14h. Un programme toujours aussi complet et riche en nouveautés, malgré les quarante années de salon qui se sont écoulées depuis. D’ampleur nationale, Epoqu’Auto 2019 recherche dorénavant la ferveur internationale.

Citroën SM
Citroën SM (S Maserati)
Citroën SM
Citroën SM (S Maserati)
Citroën SM
Citroën SM (S Maserati)

Des expositions hétéroclites à deux ou quatre roues

Le Club des 3A, organisateur d’Epoqu’Auto, continue d’entretenir chaque année la pluralité des expositions. A deux ou quatre roues, et même à deux ailes, tous les modes de transport anciens sont représentés. Tous les modèles choisis par la suite font partie d’une liste non exhaustive de centaines de voitures et motos présentes sur le salon. En tête d’affiche, le centenaire de Citroën célèbre la voiture française par excellence. Le programme est riche en partant de la TYPE A Torpédo 4 Pl. (première voiture sortie d’usine avec le logo Citroën) de 1919 et en passant par les célèbres 2CV, DS ou encore CX d’époque pour la plateau « 100 ans de production ». Des modèles d’exception viendront se greffer aux trois thématiques mises en place pour le constructeur aux chevrons. Aussi bien sur la place des Lumières avec le TUB et quelques véhicules présidentiels, que dans le hall 6 réservé aux modèles de compétition avec la monoplace Jean Gali de 1948 et une BX 4TC ou dans l’exposition principale retraçant l’histoire de la marque, quelques perles sont à retrouver. Aux modèles déjà cités peuvent se rajouter le Scarabée d’or de 1922, la Traction 11 A Limousine de 1936 et plus récemment les XM et Xantia à moteur V6 pour ne citer qu’eux.

Citroën 2 CV 1950
Citroën 2 CV 1950
Citroën Traction faux cabrio
Citroën Traction faux cabrio
Citroën ID
Citroën ID

La deuxième marque française à l’honneur cette année incarne le luxe, le raffinement et l’influence de l’Hexagone sur le marché automobile entre 1905 et 1953. Il s’agit de Delage, aujourd’hui presque disparue dans les mœurs populaires. Les carrosseries des DE 1922 Torpédo sport, D8S 1933 coupé et une rarissime D6-70 berlinette Figoni 1938 ne laissent pas indifférents. La collection de dizaines de modèles uniques sera agrémentée de modèles compétitifs des années 1920 pendant lesquelles Delage a excellé. La 2 LCV avec son moteur 12 cylindres en V de 2 litres en est un exemple marquant car elle va remporter la victoire au Grand Prix de l’ACF à Montlhéry en 1924. Adeptes des concours d’élégance, vous ne serez pas déçu par le choix proposé…

Delage D8S sports coupe
Delage D8S sports coupe
Delage 2 LCV
Delage 2 LCV
Delage 2 LCV
Delage 2 LCV

Troisième constructeur à l’honneur et fleuron de l’industrie automobile italienne, Maserati a été choisi par les organisateurs pour incarner la section « prestige » de cette édition d’Epoqu’Auto. Après deux autres constructeurs italiens (Ferrari et Lamborghini), cette année honore les lignes acérées du trident de Bologne. Maserati ne produira que des voitures de course jusqu’en 1957, date à laquelle un changement de politique va amener l’entreprise à se concentrer uniquement sur des modèles de route un an plus tard. Ce revirement de situation va amener la technologie et le savoir-faire de la course dans des voitures de sport de série. Les 3500 GT et GTI de 1962, Quattroporte 1 de 67, Merak, Kyalami et la sublime Guibli, concurrente directe de la célèbre Miura, suffisent comme exemples pour témoigner de l’œuvre de Maserati. Enfin, une magnifique MC12 Corsa Stradale trônera sur la place centrale du salon dès l’arrivée du public. A noter que des motos de la marque seront aussi présentes sur le plateau deux-roues avec une L 160CC T4, une 125CC T2 Paralelogramme et bien d’autres modèles pour les connaisseurs.

Maserati 3500 GT 1958
Maserati 3500 GT 1958
Maserati Kyalami 1975
Maserati Kyalami 1975
Maserati Mexico
Maserati Mexico

Pour finir sur les engins à deux roues, Epoqu’Auto accueille cette année une exposition dédiée aux motos Gnome et Rhône. D’abord industriel et créateur de moteurs d’avions pendant la 1ère guerre mondiale, le constructeur français crée sa marque en 1919. Pour cela, il expose une dizaine de modèles différents autour d’un avion Blériot XI, célèbre pour sa traversée de la Manche en 1909. Une ABC, une type D2 de 1926 et une 750 type X sont mis en évidence autour d’une quinzaine d’autres. Du sport jusqu’au haut de gamme pour l’époque, les différentes motocyclettes fêtent eux aussi leur centenaire de vie. L’espace moto abritera par ailleurs un espace de vente de particulier à particulier pour la première fois cette année. Des déclinaisons de Honda CB 750 Four et de Kawasaki 750 Four H1 sont aussi à découvrir en poussant les portes du salon ce week-end. D’autant que d’anciens modèles de la marque lyonnaise New Map reviennent encore pour 2019.

Blériot XI
Blériot XI
GNOME & RHONE - ABC 400 VICTORIEUSE DES GRANDS PRIX DE FRANCE 1921 ET 22 © FRANCOIS-MARIE DUMAS
GNOME & RHONE – ABC 400 VICTORIEUSE DES GRANDS PRIX DE FRANCE 1921 ET 22 © FRANCOIS-MARIE DUMAS

Une vitrine vintage de l’art de la mécanique

Une autre nouveauté de cette 41e édition concerne un plateau unique réservé aux véhicules utilitaires. Aux côtés de la Fondation Berliet, émérite constructeur lyonnais de camions et de fourgonnettes entre 1939 et 1978, des autocars, des camions ou encore des tracteurs prendront place dans l’espace qui leur est dédié. Le Club des 3A s’est appuyé sur l’association locale du Patrimoine du Transport Routier Ancien pour créer un véritable engouement autour de machines souvent réservées à l’exploitation. Un point d’orgue à élargir encore plus les horizons du salon pour constituer un salon unique. Parmi les engins les plus fous, l’association a choisi un autocar Rochet Schneider de 1928 propulsé au Gazobois, une Moline de 1918 et un Porsche 217 1960 (tracteurs). Différents utilitaires Renault et Citroën seront aux côtés des désormais connus Berliet. Ce dernier expose quatre modèles dont un GBC 8 GAZELLE 1962 et un GLB 1960.

Autocar Rochet Schneider (1928/Gazobois)
Autocar Rochet Schneider (1928/Gazobois)

Epoqu’Auto ne se réserve pas qu’à de nouveaux plateaux à thème. Des événements récurrents permettent aux passionnés de revenir chaque année en connaissance de cause. Le spécialiste de l’histoire du sport automobile Autodiva revient en 2019 avec un nouveau constructeur oublié du plus grand nombre : Crosslé. Né en Irlande dans les années 1950, Crosslé va construire de petites barquettes et des Formule Ford artisanales pour conquérir de nombreux championnats d’Europe. Le plateau contient une petite dizaine de monoplaces comme la 6F de 1965, la 9S BMW Barquette ou encore une 9S Ford Continuation. Plus d’informations sur le stand… avec comme toujours beaucoup de bouquins et beaucoup de passion. Autre star récurrente, le plateau Youngtimers présente cette année une rétrospective consacrée aux coupés 4 places. Les voitures exposées sont variées allant de la BMW 850, à la Toyota Supra (lire notre article ici) en passant par les originaux Renault Avantime V6 et Subaru SVX.

BMW 850i
BMW 850i
Rrenault Avantime
Rrenault Avantime
Subaru SVX
Subaru SVX
Toyota Supra A60
Toyota Supra A70

Pour toujours baigner dans l’univers automobile, Epoqu’Auto propose une multitude de stands et de marchands en tout genre. Des équipementiers, des miniatures ou des marchands de voitures, les 590 exposants (nouveau record) auront de quoi satisfaire la moindre de vos pulsions mécaniques. Les clubs automobiles sont bien sûr de la partie mais les visiteurs pourront aussi trouver des restaurants, des agences de voyage et tout type profession avec un lien plus ou moins proche avec l’esprit du salon. La galerie des artistes s’élargit elle aussi avec près de 31 artistes cette année. Une grande fête autour de l’automobile et de la moto anciennes en soit. Pour terminer le week-end, la traditionnelle vente aux enchères est bel et bien présente le dimanche 10 novembre à partir de 14h00. Le salon Epoqu’Auto se déroule tout le week-end à partir de vendredi, avis aux amateurs de belle mécanique ancienne et aux plus nostalgiques !

A propos de l'auteur

Benjamin Lauriol (@LauriolBen)

Benjamin Lauriol (@LauriolBen)

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour poster votre commentaire