Grand Prix de Monaco Historique Historique Sport Auto Vidéos

Grand Prix de Monaco Historique 2018 : 2ème partie, de 1961 à 1980

Grand Prix de Monaco Historique 2018

Suite du compte rendu du Grand Prix de Monaco Historique 2018, après les autos jusqu’à 1960, voici la seconde partie avec les monoplaces de 1961 à 1980. L’âge d’or de la Formule 1 où les ingénieurs ont exploité, parfois de manière anarchique, l’aérodynamique jusqu’au principe de l’effet de sol apparu sur les Lotus 78 en 1977 à la demande de Colin Chapman. Malgré les changements de réglementations, ce principe aérodynamique – plaquer la voiture au sol pour diminuer les ailerons et réduire la traînée aéro – est encore utilisé sur les monoplaces modernes actuelles. Nous vous donnons rendez vous sans faute pour le 12ème édition du GPMH, car le spectacle est aussi passionnant qu’émouvant. Un événement à ne rater sous aucun prétexte.

Présentation des séries et résultats des courses

Série D : Voitures de Grand Prix de Formule 1 de 1961 à 1965 inclus.
Classe 1: Voitures équipées d’un moteur de 4 ou 6 cylindres.
Classe 2: Voitures équipées d’un moteur de 8 ou 12 cylindres.

Ex : La Brabham BT7 n°4 utilisée par deux Champions du monde et victorieuse de 2 GP du championnat du monde, la Cooper T60 n°14 victorieuse à Monaco en 1962 avec Bruce McLaren, la Ferrari 1512 n°5 pour le bruit de son V12 et sa ligne, la Lotus 18 n°20 victorieuse des GP de Monaco et d’Allemagne 1961 pilotée par Sir Stirling Moss, la Lotus 25 – qui introduit le châssis monocoque en F1 – n°9 victorieuse de pas moins de 7 GP du championnat du monde avec Jim Clark en 62 et 63.

Hiérarchie quelque peu bousculée par rapport aux essais libres qui avait vu le pilote Américain Joe Colasacco signer le meilleur temps juste sous la barre des 1mn50 devant l’Anglais Andy Middlehurst. En qualifs’, l’Anglais prend le meilleur en améliorant son temps de la veille de près de 2 secondes laissant Joe Colasacco à plus de 2 secondes. Derrière la Lotus et la Ferrari, les Brabham des Américains James King et Charles Nearburg. En 5° position, l’Anglais Ian Rowley sur Alfa Roméo est relégué à plus de 7 secondes.

Grand Prix de Monaco Historique 2018

Bon départ de l’auteur de la pôle, Andy Middlehurst (#9) déjà 3 fois vainqueur ici même, suivi du bouillant Américain Jo Colasacco (5#), de James King (#4) et de Charles Nearburg (#16). Déjà, après 1 tour de course, les 2 hommes de tête se détachent creusant un écart de 3 secondes avec les poursuivants. La lutte est intense avec un écart de 10 secondes entre les 2 premiers et King qui lutte avec Nearburg.
Le 8ème tour voyait une attaque franche de Colasacco sur Middlehurst qui résistait. Après une fin de course à suspense, Middlehurst décrochait sa 4ème victoire d’affilée ici, devant un Colasacco magnifique et la Brabham de King.

Grand Prix de Monaco Historique 2018
Grand Prix de Monaco Historique 2018
Grand Prix de Monaco Historique 2018
Grand Prix de Monaco Historique 2018
Grand Prix de Monaco Historique 2018
Grand Prix de Monaco Historique 2018
Grand Prix de Monaco Historique 2018
Grand Prix de Monaco Historique 2018
Grand Prix de Monaco Historique 2018
Grand Prix de Monaco Historique 2018
Grand Prix de Monaco Historique 2018

Série E : Voitures de Grand Prix de Formule 1 de 1966 à 1972 inclus.
Classe 1: Voitures ayant participé à des Grand Prix de F1 entre le 1er Janvier 1966 et le 31 Décembre 1969.
Classe 2: Voitures construites entre le 1er Janvier 1970 et le 31 Décembre 1972, équipées d’un moteur Ford-Cosworth DFV.
Classe 3: Voitures construites entre le 1er Janvier 1970 et le 31 Décembre 1972, équipées d’un autre moteur.

Ex : La présence exceptionnelle de 7 F1 3L à moteur 12 cylindres, 3 Ferrari, 2 Matra, 1 BRM et 1 Tecno (!), la Brabham BT33 n°33 qui a gagné le GP d’Afrique du Sud 70 aux mains de son constructeur qui a perdu la victoire «acquise» à Monaco dans le dernier tour, les 3 Ferrari 312 dont une pilotée par un ancien pilote F1 (n°3) qui a gagné en 70 le GP d’Italie avec le pilote suisse Clay Regazzoni et la n°4 victorieuse du GP d’Allemagne 72 aux mains de Jacky Ickx, la Lotus 49 n°5 victorieuse de 3 GP pilotée par Jim Clark dont celui de Hollande 67 qui marque la première apparition victorieuse du mythique moteur Ford-Cosworth DFV, la McLAren M19 n°15 victorieuse du GP d’Afrique du Sud 72 pilotée par Denis Hulme, les deux Matra MS120 pour la symphonie de leur V12 !

Stuart HALL (GBR) McLaren qui avait tourné aux essais libres en 1:33.352 ne réédite pas sa performance et laisse la pole au Suédois Wirdheim BJORN (March). Max SMITH HILLIARD (GBR) Surtees, Katsuaki KUBOTA (JPN) Lotus suivent en n’étant séparés que de 2 petits centièmes ! Paolo BARILLA (ITA) Ferrari s’offre la cinquième position, en améliorant ses temps de la veille de plus de 2 secondes. A noter la belle 10° place du Monégasque Clivio PICCIONE sur McLaren.

Grand Prix de Monaco Historique 2018

Parti de la pole position, Wirdheim Bjorn (#21), ancien Champion Intercontinental de F3000 est à la lutte avec Stuart Hall (#15). Derrière, Max Smith-Hilliard (#12), Katsuaki Kubota (#6) et Paolo Barilla (#3) sont déjà à 3 secondes après 1 tour. Au Tour 5, sortie de la safety car
à cause d’une voiture arrêtée dans le tunnel. Les 4 premiers se regroupent, suivi de Barilla. La lutte est intense ! Au tour 8, Smith-Hilliard part en tête à queue, laissant la 3ème place à Kubota suivi de Michael Lyons (#1). Kubota part à son tour à la faute dans l’avant-dernier tour, Lyons devient troisième ! Dernier tour d’anthologie entre les 2 premiers, séparés de 3 dixièmes à l’arrivée devant Lyons, Philippe Scemama (#11) et Charles Nearburg (#7).

Grand Prix de Monaco Historique 2018
Grand Prix de Monaco Historique 2018
Grand Prix de Monaco Historique 2018
Grand Prix de Monaco Historique 2018
Grand Prix de Monaco Historique 2018
Grand Prix de Monaco Historique 2018
Grand Prix de Monaco Historique 2018
Grand Prix de Monaco Historique 2018
Grand Prix de Monaco Historique 2018
Grand Prix de Monaco Historique 2018
Grand Prix de Monaco Historique 2018
Grand Prix de Monaco Historique 2018
Grand Prix de Monaco Historique 2018

Série F : Voitures de Grand Prix de Formule 1 de 1973 à 1976 inclus
Classe 1: Voitures équipées d’un moteur Ford-Cosworth DFV.
Classe 2: Voitures équipées d’un autre moteur.
Ex : Les 2 Ferrari 312B3 dont la détentrice en 74 de la pole position avec Lauda (N°11), l’Hesketh n°24 qui a gagné le GP de Hollande 74 pilotée par James Hunt, la Hill GH1 pour ce que représente Graham Hill multiple vainqueur à Monaco, champion du monde et père de champion du monde, la Lotus 72 n°2 parce que c’est le type de Lotus champion du monde en 70 et 72 mais aussi sous cette version victorieux avec Ronnie Peterson du GP de Monaco 74, la McLaren M23 n°8 victorieuse avec Peter Revson du GP du Canada 73 du même type que la championne du monde 74 (Emerson Fittipaldi ) et 76 (James Hunt).

Stuart Hall (GBR) sur McLaren s’empare de la pôle devançant de plus de 2 secondes Michael Lyons (GBR) sur Surtees qui n’améliore pas son temps de la veille. Au 3ème rang le toujours rapide Alex Caffi (MON) sur Ensign n’est qu’à 1/10° ! Suivent dans l’ordre l’Anglais Nick Padmore (Shadow), dominateur de la série B et Ulrich Schumacher (DEU) sur Ferrari.

Grand Prix de Monaco Historique 2018

La pluie a cessé mais la piste reste très humide. Bon départ de Stuart Hall (#8) devant Michael Lyons (#7), le vétérant Alex Caffi (#22), Marco Werner (#11) et Nick Padmore (#25). Attaque à la sortie du tunnel de Lyons qui passe Hall, Caffi est déjà à 1’’7 secondes. Un accrochage impliquant Roald Goethe (#4) met la course sous safety car dès la fin du premier tour. Nouveau départ et regroupement à l’entame du tour N°3. Les 3 premiers, Lyons, Hall et Caffi sont dans la même seconde. Werner et Pastorelli (#19) sont relégués à près de 10 secondes. Au tour N°9, Pastorelli sort de la piste. A force d’attaque au 11° tour, Caffi passe Hall et tente de prendre le meilleur sur Lyons. Hall est relégué à 7 secondes, Werner à 8. Bataille âpre entre Lyons et Caffi, ce dernier partira à la faute à la chicane et ne verra pas la ligne d’arrivée. Lyons empoche une victoire méritée devant Hall et Werner.

Grand Prix de Monaco Historique 2018
Grand Prix de Monaco Historique 2018
Grand Prix de Monaco Historique 2018
Grand Prix de Monaco Historique 2018
Grand Prix de Monaco Historique 2018
Grand Prix de Monaco Historique 2018
Grand Prix de Monaco Historique 2018
Grand Prix de Monaco Historique 2018
Grand Prix de Monaco Historique 2018
Grand Prix de Monaco Historique 2018
Grand Prix de Monaco Historique 2018
Grand Prix de Monaco Historique 2018
Grand Prix de Monaco Historique 2018

Série G : Voitures de Grand Prix de Formule 1 de 1977 à 1980 inclus
Classe 1: Voitures conçues sans effet de sol.
Classe 2: Voitures conçues avec effet de sol et équipées d’un moteur Ford-Cosworth DFV.
Classe 3: Voitures conçues avec effet de sol et équipées d’un autre moteur.
Ex : La Ligier JS11/15 n°25 victorieuse au GP de Belgique 80 pilotée par Didier Pironi, qui est parti à son volant de la pôle position à Monaco et a longtemps mené le GP, la Lotus 78 n°5 qui est le modèle qui a introduit l’effet de sol en F1, les Williams FW06 n°27 et FW07 n°28 qui ont amené la marque au sommet de la F1, la FW07 présente a gagné le GP d’Argentine 81 avec Carlos Reutemann qui l’avait emporté à Monaco en 80 sur une voiture du même type.

Essais qualificatifs série G – classe 1 : C’est l’Anglais Michael Lyons (Hesketh) qui remporte la première partie des qualifications de la série G (classe 1) en 1 :31.453, il devance son compatriote Max Smith-Hilliard de près de 3.5 secondes. En 3ème place l’Allemand Christophe D’Ansembourg sur McLaren pointe déjà à 5 secondes du leader. Les Britanniques Jamie Constable (Shadow) et Philip Hall (Theodore) prennent les 4ème et 5ème places sur la grille.
Essais qualificatifs série G – classe 2 et 3 : Une séance qualificative mouvementée où Martin O’Connell (GBR) sur ATS a été le seul à descendre sous la barre des 1 :30, à 2 petits dixièmes, Jordan Grogor a cru jusqu’au bout à la pole. A plus de 2 secondes, Max Smith Hilliard (GBR) Shadow, déjà 3ème en série E. 4° place pour le Néerlandais Nicky Pastorelli sur Arrows à 3.4 secondes du leader suivi du Canadien Michael Cantillon relégué 4 .3 secondes du rapide O’Connell.

Grand Prix de Monaco Historique 2018

Piste humide allant en s’asséchant pour la course. Martin O’Connell (#8) s’élance en tête, on ne le reverra plus ! Derrière, Michael Lyons (#24) double immédiatement Jordan Grogor (#30) parti devant lui. En prise avec des problèmes de pneus, Lyons baisse de rythme, il sera passé par Padmore puis par Grogor. Belle bataille entre Grogor et Pastorelli (#35) qui se finira par une sortie de route à Sainte Dévote pour le #35. O’Connell continue son cavalier seul, Padmore et Grogor luttant toujours pour la 2ème marche du podium. A l’arrivée O’Connell beau vainqueur, devance Padmore, Grogor, Lyons et Constable (#17) parti de la 17ème position sur la grille.

Grand Prix de Monaco Historique 2018
Grand Prix de Monaco Historique 2018
Grand Prix de Monaco Historique 2018
Grand Prix de Monaco Historique 2018
Grand Prix de Monaco Historique 2018
Grand Prix de Monaco Historique 2018
Grand Prix de Monaco Historique 2018
Grand Prix de Monaco Historique 2018
Grand Prix de Monaco Historique 2018
Grand Prix de Monaco Historique 2018
Grand Prix de Monaco Historique 2018
Grand Prix de Monaco Historique 2018
Grand Prix de Monaco Historique 2018
Grand Prix de Monaco Historique 2018

Tous les classements sont disponibles ici.

Source CP ACM / Crédit photos @ ACM / Crédit vidéos @ Goodwood Road & Racing

Catégories :

Nous twittons, suivez-nous