Epoqu’Auto 2017, 70 ans de Ferrari : Un plateau unique en France

L’histoire de Ferrari est indissociable de la Scuderia, l’écurie de Formule 1 depuis 1929, catégorie dans laquelle le constructeur
a connu ses plus grands succès. Ferrari s’est illustré dans de nombreuses disciplines comme le Sport-Prototypes (Le Mans), le grand tourisme ou encore le rallye. Forte de son cette expérience en compétition, la marque au « cheval cabré » – emblème du pilote de chasse italien et héros de la première guerre mondiale Francesco Baracca – y puise les techniques équipant tous ses modèles de série. De la 166 MM, première automobile d’Enzo Anselmo Ferrari portant son nom, à la plus récente, la Ferrari 812 Superfast, Ferrari suscite toujours une « fascination irrésistible ». Enzo Ferrari aimait d’ailleurs décrire une automobile de sa marque comme « L’ incarnation d’une belle mécanique pour les hommes qui ont le désir de se récompenser eux-mêmes, de réaliser un rêve et d’insuffler pendant longtemps encore à leur vie le feu de la passion juvénile. »

Ferrari 166

Ferrari 166

Un jour, un destin…

Le début de Ferrari débute en réalité avant même que la marque apparaisse. À la fin des années 30, la Scuderia Ferrari n’est alors que le bras armé officiel d’Alfa Romeo en compétition. Au début de l’année 1939, Alfa Romeo annonce son intention de courir pour son compte
sous le nom d’Alfa Corse. Enzo Ferrari refuse de rejoindre l’écurie en qualité de directeur sportif et crée une première entreprise à Modène. Baptisée Auto Aviso Costruzioni, l’entreprise construit ses propres barquettes de course. Un coup d’essai qui n’est pas un coup
de maître, mais Enzo Ferrari a été touché par le virus de l’entrepreneuriat et la machine ne s’arrêtera plus. Il faut pourtant attendre 1947 pour qu’apparaisse la première Ferrari. Dédiée à la compétition automobile, la Ferrari 125S s’appuie sur un moteur V12 de 1,5 litre, une motorisation particulièrement inhabituelle parmi les barquettes de course à cette époque là. Un premier signe du caractère visionnaire du fondateur de la Scuderia.

Ferrari 500 et 625

Ferrari 500 et 625

L’apparition de la Ferrari 166 MM, en 1948, marque un tournant dans l’histoire de la marque, puisque c’est tout simplement la première Ferrari destinée à la route. Bien que radicalement différentes, la Ferrari 166 MM et la Ferrari Sport partagent de nombreux points communs au niveau mécanique. Un lien étroit qui caractérise encore aujourd’hui les modèles du constructeur transalpin, car Enzo Ferrari a toujours porté une attention particulière au moteur de ses voitures, préférant faire appel à des partenaires extérieurs pour la carrosserie. De là naîtra en 1952 la relation unique et privilégiée que Ferrari entretien depuis toujours avec Pininfarina – une exception : la 308 GT4 avec Bertone. La Ferrari 250 GT California Spyder, fruit de cette union et carrossée par Scaglietti, est considérée comme l’un des plus beaux cabriolets de l’histoire de l’automobile.

Les années 1960 marquent un tournant dans l’histoire du constructeur italien. Dans l’obligation d’augmenter ses ventes de voitures de tourisme pour financer ses activités en compétition automobile, il aborde un nouveau marché avec la Ferrari 250 GTE. Une nouvelle voiture capable d’attirer une clientèle, certes séduite par les performances sportives, mais également en quête de fonctionnalité. La 250 GTE est la première Ferrari grand volume et la première à être réellement produite en série.

Ferrari 250 MM

Ferrari 250 MM

Dans les années suivantes, Ferrari conforte ses positions avec les 250 Testarossa et 250 GTO, cette dernière étant considérée par beaucoup comme l’une des meilleures Ferrari de tous les temps. Toutefois, Enzo Ferrari doit faire face à une problématique toujours plus complexe et il finit par céder 50 % des parts de son entreprise à Gianni Agnelli, grand patron du groupe Fiat. Un virage essentiel dans le lien charnel qui unit la famille Ferrari à la marque éponyme, puisque l’accord prévoit que 40 % des parts encore aux mains d’Enzo Ferrari seront accordés à Fiat, la famille fondatrice ne gardant finalement que 10 %.

Un plateau exceptionnel

Toutefois, au-delà de cet aspect purement économique, Ferrari reste encore aujourd’hui un symbole unique dans le monde de l’automobile. Et sa puissance de feu sur tous les circuits de Formule 1 de la planète n’est pas étrangère à cet engouement. De Fangio à Vettel, en passant par Ickx, Raggazoni, Lauda, Pironi, Villeneuve, Prost et Schumacher, tous la majorité des plus grands pilotes ont un jour tenu entre leurs mains le volant mythique. Aucune écurie n’est en mesure de revendiquer autant de fans de par le monde. C’est donc cette légende, écrite sur la route comme sur les circuits, que les organisateurs d’Époqu’Auto entendent célébrer. Ils comptent pour cela, réunir un plateau exceptionnel d’une trentaine de voitures, grâce en partie à la Cité de l’automobile à Mulhouse, qui amènera 10 voitures, les autres voitures étant essentiellement fournies par des collectionneurs lyonnais.

Ferrari 375 MM

Ferrari 375 MM

Par ailleurs, un premier plateau de six Formule 1 et Formule 2 sera installé dans l’allée menant du Dôme au Hall 6. Rangées comme sur la grille de départ d’un Grand Prix, les 6 monoplaces ouvriront la route aux visiteurs, qui découvriront ensuite 25 voitures retraçant l’histoire de la marque. Un plateau d’une richesse exceptionnelle, encore rehaussé par la présence de trois Ferrari mythiques dans le dôme d’Eurexpo, pour un plongeon immédiat au cœur de la légende.

PLATEAU PRINCIPAL
Plateau Berlinettes V12
Ferrari 250 TDF – Ferrari 250 GT SWB – Ferrari 250 GT Lusso – Ferrari 250 GT TDF- Ferrari 275 GTB 2 – Ferrari 365 GTB 4 “Daytona” – Ferrari BB512i – Ferrari Testarossa – Ferrari 550 Spyder – Ferrari 599GTB – Ferrari F12 Tour de France – Ferrari 812 Superfast
Plateau 2+2 V12
Ferrari 250GT 2+2 – Ferrari 330 GT – Ferrari 365 GT 2+2 – Ferrari 400i – Ferrari 456 GT – Ferrari FF
Plateau Supercars
Ferrari 250 GTO – Ferrari 250LM – Ferrari 288 GTO – Ferrari F40 – Ferrari 599 GTO – LaFerrari Aperta

GALERIE D’ACCES HALL 6
Les Ferrari F1, F2 et biplace sport
Ferrari 166 F2 – Ferrari 212 F2 – Ferrari 500-625 F2 – Ferrari 156B F1 – Ferrari 500 TRC – Ferrari 250MM – Ferrari 308 IMSA
Ferrari F93A 1993, Châssis 143, conduite par Jean Alesi, ayant participé à 12 des 16 grands prix de l’année 1993 avec la team Scuderia Ferrari.
Ferrari de rallye
Ferrari 308 GTB GR 4, ce modèle a remporté le championnat de France de Rallye avec Jean-Claude Andruet.

SOUS LE DÔME
Les Ferrari V8
Ferrari 308 GTS – Ferrari 328 GTB – Ferrari 348 TB – Ferrari F355 Spider – Ferrari Dino 246 GT

Sources CP Epoqu’Auto

Crédit photos @ Cité de l’automobile à Mulhouse

Pierre Henri Brautot (@PH_Brautot)

Author: Pierre Henri Brautot (@PH_Brautot)

Share This Post On

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Lire les articles précédents :
Junghans Meister Driver Day Date
Junghans, partenaire de la 1ère édition du Rallye « La nuit jaune »

La manufacture allemande Junghans est le partenaire horloger du premier rallye nocturne « La Nuit Jaune » organisé par l’association...

Fermer