Interview de Arnaud Duval, cofondateur de la marque lifestyle SevenFriday
Horlogerie / Montres

Interview de Arnaud Duval, cofondateur de la marque lifestyle SevenFriday

Arnaud Duval - SevenFriday
Arnaud Duval - SevenFriday

SevenFriday est une jeune marque horlogère lifestyle qui remporte un beau succès avec des montres au style décalé qui tranche dans le paysage horloger actuel. Plusieurs modèles s’inspirent directement de l’univers automobile. Arnaud Duval, cofondateur et designer de la marque, a accordé une interview à AutomotivPress pour présenter son histoire, ses créations et ses succès.

Présentation

Rémy Solnon/AutomotivPress : Pouvez-vous tout d’abord vous présenter et nous dire quel est votre parcours professionnel ?
Arnaud Duval : “Je suis ravi de pouvoir présenter SevenFriday aux lecteurs d’AutomotivPress. Pour me présenter rapidement, je suis originaire de Normandie, j’ai 41 ans et je suis titulaire d’un Master en design industriel. Après mes études je me suis installé en Suisse ou j’ai démarré ma carrière dans une agence de design en 2005. J’en suis ensuite devenu directeur de la création pendant 9 ans jusqu’en 2018, année où j’ai rejoint SevenFriday à Zürich. Cela m’a permis d’acquérir une solide expérience dans le domaine sans pour autant être enfermé dans un seul et même mode de pensée, j’ai toujours aimé prendre du recul et remettre en cause ce qui semble acquis. C’est un trait de caractère que nous avons toujours eu en commun avec Daniel [Niederer] – CEO de SevenFriday – avec qui nous avons fondé la marque en 2012, et c’est ainsi que l’aventure « 7F » est née.”

RS/AP : Quelle montre portez-vous aujourd’hui ?
AD : “Je porte aujourd’hui la SevenFriday T3/01, c’est le modèle que je porte le plus fréquemment, mais il m’arrive d’alterner avec la S1/01 et la M3/01”

Sevenfriday T3/01
SevenFriday T3/01

La marque horlogère

RS/AP : Pouvez-vous nous présenter la marque et son histoire ? Quelles sont l’origine et la signification du nom “SevenFriday” ?
AD : “Le nom SevenFriday nous est apparu rapidement comme étant le plus approprié. Il transmet avant tout un état d’esprit et une attitude Lifestyle. Bien que SevenFriday ait démarré par l’horlogerie, nous savions que le portfolio “produit” se diversifierait par la suite, et souhaitions un nom qui puisse être à même de rassembler notre communauté autour de valeurs qui nous représentent, à savoir travailler dur, ne pas perdre de vue ses objectifs, tout cela sans être trop formel, dans la bonne humeur et empli de bonne volonté. Bref, c’était pour moi le sentiment typique que l’on ressent le Vendredi, à l’approche du week-end… Tous les jours de la semaine se devaient donc d’être comme le Vendredi, d’où SevenFriday !”

RS/AP : Comment expliquez-vous le succès rapide des montres SevenFriday ?
AD : “Lorsqu’on lance une nouvelle marque, on s’attèle évidement à tout faire pour que le succès soit au rendez-vous. Mais pour tout dire, nous avons nous-mêmes été surpris par l’ampleur du phénomène, et du fait que la marque ait si rapidement pu rencontrer son public. Il y a quelques facteurs inhérents à la « formule SevenFriday » : un design différent mais cohérent, grande valeur perçue mais offre abordable ; la première marque à promouvoir ses produits horlogers sur Instagram, adhésion des followers qui s’est transformée en effet communautaire ; une offre moderne et rafraichissante à un moment où, en période post crise financière, les marques préféraient se rassurer en ressortant leurs pièces vintages, leurs classiques ; un marché chinois [et en partie l’Asie du Sud-Est] qui voyait naître une nouvelle génération de consommateurs, laquelle a immédiatement adhéré au côté cool et disruptif de SevenFriday ; enfin la légitimité apportée par nombre de collectionneurs ayant publié sur Instagram des photos de nos pièces au milieu de montres 10 à 100 fois plus chères.”

Arnaud Duval - SevenFriday
Arnaud Duval – SevenFriday

RS/AP : Dans combien de pays êtes-vous présents et combien de points de vente en France ?
AD : “80 Pays et 30 points de vente en France.”

RS/AP : Quels sont ses principaux marchés ? Quels sont les modèles qui se vendent le mieux ?
AD : “Chine, Asie Pacific (Indonésie, Singapour, Hong Kong, Taiwan, Thaïlande et Malaysie), USA, Middle East (Koweit, Arabie Saoudite, Bahrain), et les modèles : M2/02, P1B/01, P3C/02, T3/01 et toutes les éditions limitées.”

RS/AP : Comment sont assurés le SAV et l’entretien des montres ?
AD : “Localement par nos distributeurs avec leur atelier partenaire pour les réparations.”

SevenFriday P3C/09 Orange Carbon
SevenFriday P3C/09 Orange Carbon

Les montres

RS/AP : Vous êtes le designer de la marque. Vos montres sont reconnaissables au premier coup d’œil. Elles se distinguent par leur style décalé à l’image des M3/03 Psycho ou M3/05 Pimp aux coloris fluos détonants ! D’où vous est venu ce style très disruptif qui tranche dans le paysage horloger ? On reconnait d’ailleurs certaines sources d’inspiration automobiles.
AD : “J’ai voulu créer un produit horloger à forte identité dès le départ, quitte à ne pas plaire à tous le monde. Je me suis donc approprié les codes horlogers en les synthétisant sous une formule qui est la nôtre. J’aime déstructurer pour remettre en place sous d’autres formes (on est là plus proche d’une logique architecturale) ; qui m’a permis de dégager puis ensuite définir les grands principes qui m’ont amené à la création : le principe « box & interface » ; l’utilisation de mouvements japonais abordables, fiables, comportant un arrangement de fonctions intéressantes dans leur équilibre et dans le potentiel impact visuel ; de fortes inspirations industrielles dans le traitement des composants du cadran ; des interfaces volumiques (effet tridimensionnel) combinées à un travail graphique cohérent au niveau des typos, des infos produits sur le cadran et le caseback ; une forme de boitier (la « Box ») atypique mais lisible et facile à mémoriser par le public ; l’alternance permanente des finitions et des couleurs se mariant entre elles d’une manière inhabituelle à ce niveau de prix. En conclusion c’est une démarche qui tend à ne laisser personne indifférent.”

SevenFriday M3/05 Pimp
SevenFriday M3/05 Pimp

RS/AP : Vous proposez également des montres à l’affichage original de l’heure comme les V3/01 inspirée d’un compteur de vitesse ou encore la W1/01 Blade. Ont-elles été compliquées à réaliser sur la base de mouvements automatiques japonais “classiques” (Miyota ou Seiko) ?
AD : “Les affichages dont vous faites mention pourraient passer pour des complications horlogères, mais le travail s’est totalement concentré sur le design, et en particulier la traduction d’une autre forme de lecture de l’heure par complication visuelle. Le mouvement ayant servi de base n’a donc pas été modifié, par contre de gros efforts ont été fournis au niveau de l’interface et de sa construction.”

SevenFriday V3/01
SevenFriday V3/01

RS/AP : Toutes les montres SevenFriday se distinguent par leur boitier “coussin” imposant très masculin (45 à 47 mm). N’est-ce pas une gêne à la vente ? Allez-vous proposer des modèles plus compacts ?
AD : “Comme vous le mentionnez, nos boitiers se distinguent, et c’est un premier point à noter. Le boitier est volontairement particulier, de forme coussin, dite aussi « TV-shape », peu conventionnelle certes, mais identifiable au premier coup d’œil. C’est après tout une forme simple, douce, sans fioritures dans le sens où la boite ne comporte pas de cornes. Et c’est justement ce point qui permet, malgré une taille théorique importante, de révéler une montre tout à fait portable, avec une bonne assise sur le poignet.”

SevenFriday P3C/04 Red Carbon
SevenFriday P3C/04 Red Carbon

RS/AD : Pourquoi vous êtes-vous engagé dans la lutte contre la contrefaçon en intégrant dans chaque montre une puce NFC qui permet d’authentifier la montre ?
AD : “SevenFriday prend très au sérieux la protection de ses clients. Depuis sa création, en 2012, nous communiquons essentiellement sur les réseaux sociaux, ce qui nous a permis de développer une vraie communauté de clients et ‘fans’ de la marque, possédant ou non, une de nos montres. Il est pour nous important de prévenir et protéger ces potentiels futurs acheteurs de contrefaçons, de plus en plus nombreuses depuis le développement du Online ces 8-10 dernières années.”

Questions personnelles

RS/AP : Pour revenir à vous, quelles sont vos marques horlogères et/ou montres préférées ?
AD : “Urwerk pour leur approche géométrique et leur travail interfacique, Jaeger LeCoultre Reverso pour la perfection du « form follows function », Panerai, parce que bien que d’inspiration militaire, on sent l’importance du style, de l’équilibre et du beau au porter et MB&F parce que c’est juste délirant, et ça fait du bien de voir que les limites peuvent être constamment repoussées.”

Urwerk UR-100V "Planète Bleue"
Urwerk UR-100V “Planète Bleue”

RS/AP : Quelles montres possédez-vous ou avez-vous possédé ?
AD : “Cela va peut-être vous surprendre, mais on peut aimer l’exercice du design horloger sans pour autant être un collectionneur de montres. J’adore aller les voir dans les musées, ou encore « emprunter » quelques belles pièces de la collection de certains de mes bons amis (au passage, merci à eux de leur confiance !).”

RS/AP : Vous êtes amateur de voitures. Lesquelles possédez-vous et lesquelles avez-vous possédées ?
AD : “Je possède une Alfa Romeo GTV 2000 de 1973, le fameux « coupé Bertone » sur lequel je lorgnais depuis l’âge de 12 ans. Je l’ai acquise en 2008. J’ai entrepris une restauration complète, dans les règles de l’art, auprès d’un grand spécialiste Alfa en Suisse. Mais si demain l’occasion m’était donné d’en acquérir une deuxième, je m’orienterais vers une Porsche 928 GTS (parce que ce serait dommage de faire comme tout le monde et d’aimer la 911 ;)… ou alors un objet hyper-fun mais à l’usage nettement plus limité… une Lotus Elise 111S par exemple.”

Alfa Romeo GTV 2000
Alfa Romeo GTV 2000

RS/AP : Quelle est votre « Graal » horloger ?
AD : “Si je devais en choisir une, j’ai une affection particulière pour le modèle De Béthune DB28 (spécialement en déclinaison « Kind of Blue »)”

De Béthune DB28 Kind of Blue
De Béthune DB28 Kind of Blue

RS/AP : Et votre « Graal » automobile ?
AD : “Une Aston Martin DB4 GT Zagato, qui représente à mon sens la meilleure synthèse possible des deux grandes cultures automobiles anglaise et italienne. J’en suis tombé amoureux lorsque je l’ai découverte en couverture d’Automobiles classiques en 1997.”

Aston Martin DB4 GT Zagato 2VEV (Retromobile 2018)
Aston Martin DB4 GT Zagato 2VEV (Retromobile 2018) – Joris Clerc

RS/AP : Quelles autres passions que l’horlogerie avez-vous ?
AD : “La musique électronique, il m’arrive de composer dans mon coin, juste pour moi, c’est une autre forme de création qui me libère des contraintes industrielles.”

Un grand merci à à Anaïs Georges Duclos, fondatrice de DC-Agencies, pour la réalisation de cette interview.

Nous twittons, suivez-nous