Historique Porsche Salon de Genève

La Porsche 917 fête ses 50 ans !

Porsche 917 - Museum Porsche

Le 12 mars 1969 était présentée, au salon de Genève, la voiture la plus ambitieuse de l’histoire de la marque Porsche, et peut-être de l’histoire.

La 917, c’est avant tout l’œuvre d’un jeune et brillant ingénieur aux dents longues, qui a pris depuis quelques années la tête du département compétition dans l’entreprise de son oncle. L’entreprise, c’est la maison Porsche, vingt ans d’existence et déjà une solide tradition de compétition. L’oncle, c’est Ferry Porsche, fils du Professeur Ferdinand Porsche et fondateur de la marque. Le neveu, c’est Ferdinand Piëch. Si le jeune ingénieur a hérité du talent de son grand père maternel, il nourrit un véritable complexe de ne pas porter le nom de Porsche.

Ferdinand Porsche (droite) et Herbert Linge (gauche), 1949
Ferry Porsche et son fils Ferdinand Alexander Porsche, approx. 1960

Sous la conduite de Piëch, et malgré les réticences de Ferry Porsche, le service courses de la marque allemande, spécialiste des petites cylindrées, va monter en puissance jusqu’au sommet du sport automobile pendant toute la seconde moitié des années 60 avec une formidable lignée de prototypes (lire notre article ici au Porsche Rennsport Réunion V) : 906, 910, 907, 908… et 917.

Ferdinand Piëch (gauche) et son son oncle Ferry Porsche (droite), approx. 1960

Animé par son désir de triompher partout et à commencer par les 24 Heures du Mans ; objectif raté en 1967 avec la 907 LH et 1968 avec la 908 LH ; Piëch entraîne en 1969 la marque allemande dans un projet terriblement audacieux : développer une nouvelle voiture outrageusement performante qui ne courra pas en prototype (catégorie limitée en à 3 litres de cylindrée depuis 1968) mais dans la catégorie Voitures de Sport (non limitée en cylindrée mais soumise à un minimum de production censé dissuader les constructeurs). Justement pour 1969, le minimum à construire passe de 50 à 25 exemplaires. Piëch va donc mobiliser des ressources insensées pour produire une voiture de course hyper technologique pour son époque, dotée d’un monstrueux 12 cylindres à plat de 4.5 litres (Type 912) puis 4.9 et 5.0 litres, et d’un châssis tubulaire de seulement 47 kg dans lequel passent les canalisations d’huile pour gagner du poids, et dont les tubes sont mis sous pression afin de détecter des éventuelles fissures. Le projet mené par les ingénieurs Helmut Flegl et Hans Mezger, va coûter cher, très cher… jusqu’à mettre très sérieusement en danger les finances de son oncle. Car ces 25 Porsche 917, il va falloir les produire…

Hans Mezger, 1970

Le premier exemplaire, le châssis 917-001 est assemblé début mars 1969 et présenté au Salon de Genève avant même ses essais de mise au point. L’aspect est très proche d’une 908 LH dont elle reprend les principales subtilités (comme l’aérodynamique active). Rappelons-le, cette voiture est appelée à rien de moins que de remporter les 24 Heures du Mans pour la première fois de l’histoire de Porsche et par la même, à faire définitivement rentrer le constructeur dans la cour des grands. Nouveauté, l’arrière de la voiture peut être converti en courte ou longue queue selon les caractéristiques du circuit. La brochure indique un prix de 140.000 DM, ce qui est très inférieur au coût de revient réel.

Porsche 917 – Salon de Genève 1969
Ferdinand Peïch (droite) – Porsche 917, 1969

Pendant ce temps à l’usine, c’est la course contre la montre pour terminer 24 autres exemplaires pour valider l’homologation. Ce sera fait de justesse pour la visite des inspecteurs de la FIA à Stuttgart le 21 avril 1969. Le châssis 001 trône au premier plan de la désormais célèbre photo des 25 917 alignées dans la cour de l’usine. Tout le personnel du constructeur allemand a été sollicité pour assembler les voitures, jusqu’au couturières. En réalité l’essentiel des voitures est bien incapable de rouler. Qu’à cela ne tienne, Piëch les fait garer en rangs très serrés pour éviter les requêtes embarrassantes. L’homologation est décrochée…

Porsche-917 – Construction des 25 ex. pour l’homologation, 1969
Porsche 917, 1969 – 25 ex. homologation FIA – Ferdinand Piëch (gauche) et Helmuth Bott (droite)
Porsche 917, 1969 – 25 ex. homologation FIA – 917-001 au premier plan

Nous verrons l’avenir de la 917 au cours de sa carrière dans de prochains articles (voir liste à la fin de cet article), mais pour l’instant concentrons-nous sur le devenir du châssis 001.

Si elle n’a jamais connu la compétition, elle a tout de même servi à la mise au point lors d’essais sur le Nürburgring.
Pour le salon de Francfort 1969, elle gagne de nouvelles couleurs orangées.

Porsche 917-001, 1969

Quand fin 1969 est annoncé le partenariat avec l’écurie de John Wyer pour 1970, c’est encore 001 qui prend du service en endossant les couleurs du pétrolier Gulf.

Porsche 917-001, 1970

Puis en octobre 1970, quelques semaines après la tant attendue victoire du châssis 023, 917-001 est transformée en version courte « K », peinte aux couleurs victorieuses de Porsche Salzbourg et intègre le Département Presse de Porsche pour des opérations de promotion avant de couler une douce retraite au Musée Porsche (lire ici un aperçu de la visite) pendant plusieurs décennies sous cette forme.

Porsche 917-001 n°23
Porsche 917-001 n°23
Porsche 917-001 n°23
Porsche 917-001 n°23
Porsche 917-001 n°23
Porsche 917-001 n°23

Pour célébrer ses 50 ans, 917-001 a subi une restauration de plus d’un an par les équipes du Porsche Museum pour lui redonner son aspect original de mars 1969. Mécaniciens de musée, anciens techniciens et ingénieurs de Zuffenhausen et de Weissach, ainsi que des archives historiques et des entreprises partenaires, ont été mis à contribution. Le projet était particulièrement exigeant dès le départ en raison des multiples transformations que la voiture avait subi avec le temps comme un véhicule de test et de présentation.

Porsche 917-001 restauration 2019

La priorité absolue fut la conservation et la réutilisation des matériaux originaux de la voiture chaque fois que cela était possible et techniquement réalisable (analyse et comparaison des matériaux avec des dessins et des photographies de conception d’époque). Avec cette approche, les parties avant et arrière de la carrosserie ont été reproduites avec soin en utilisant une technologie 3D ultramoderne. En référence aux dessins de conception originaux, la partie arrière du cadre en aluminium a également été restaurée à l’origine.

Elle sera ensuite l’une des stars de l’exposition « 50 Years of Porsche 917 – Colours of Speed » visible au Porsche Museum de Mai à Septembre. Dire qu’il me tarde de la découvrir ainsi serait un euphémisme ! Bon anniversaire, 917-001 !

Porsche 917-001 restauration 2019
Porsche 917-001 restauration 2019

A suivre nos prochains articles pour célébrer tout au long de cette année les 50 ans de la 917, restez fidèle à notre site et ses publications 😉 :
– Projet et genèse de la 917,
– La saison 1969 : Une mise au point difficile
– La saison 1970 : La consécration
– La saison 1971 : Maturité et bannissement
– Celle qui a tué la Can-Am
– L’après 917
– Visite de l’expo “Porsche 917 – Colours of Speed” à Stuttgart

Catégories :

Nous twittons, suivez-nous