Actualité

Top Gear France : Itinéraire d’une émission surjouée

Top Gear France - Le Tone , Philippe Lellouch, Bruce Jouanny et le Stig
Top Gear France - Le Tone , Philippe Lellouch, Bruce Jouanny et le Stig

Que penser des deux épisodes de Top Gear France diffusés hier soir sur RMC Découverte ? Si l’on s’en tient aux chiffres d’audience mesurés par Médiametrie Médiamat, Top Gear France a réalisé un très bon score avec 926 000 téléspectateurs (3,6% de part d’audience) sur l’épisode 1, soit le double des diffusions de la version française de Top Gear UK. Un pic a été atteint à 21h39 avec 1 078 000 téléspectateurs. L’épisode 2 a réuni quant à lui 793 000 téléspectateurs (4,4% de part d’audience). Mais prenons un peu de recul et intéressons-nous à la qualité du contenu et au concept de Top Gear : est-ce une émission automobile divertissante ou une émission de divertissement automobile ?

Top Gear France - Le Tone , Philippe Lellouch, Bruce Jouanny et le Stig
Top Gear France – Le Tone , Philippe Lellouche, Bruce Jouanny et le Stig

Pour cette première tant attendue de Top Gear France ; RMC Découverte ayant fait un très gros buzz ; j’étais accompagné, hier soir, de personnes n’ayant aucune culture automobile, sans attrait sans dégoût pour la voiture. Le but, recueillir leurs impressions et savoir si elles avaient appris des notions sur l’automobile, le contenu délivré par l’émission a-t-il été pertinent ?

Leurs réponses ont rapidement dessiné un consensus : “Ça vanne à tout va, blagues lourdaudes et téléphonées, rires factices, textes surjoués récités au prompteur, pas assez de naturel, ce ne sont pas des présentateurs mais des acteurs…”. Et surtout ce qui ressort n’est pas très reluisant : “Ça les fait marrer de casser des bagnoles ?” ou encore “Faire les cons sur circuit en travers avec des caisses à 150 000 euros…”. N’en jetez plus, la coupe est pleine !
Le niveau zéro de la version américaine Top Gear USA n’est pas loin… et ce n’est vraiment pas un compliment !

Top Gear France plateau
Top Gear France plateau

Pour ma part, effectivement, j’ai trouvé que le show manquait de consistance. Aucune ou très peu d’informations techniques sur les autos, qu’elles soient anciennes ou modernes, cylindrée, puissance, couple, poids, concept et usage, concurrentes de l’époque (BMW E21, Renault Fuego, Matra Rancho) ou actuelles (Bolloré autolib, BMW i3). Les descriptions restent très (trop) superficielles, la production préférant se concentrer sur l’humour potache du trio Le Tone , Philippe Lellouche et Bruce Jouanny. Heureusement que le Stig ne parle pas !

Pour savoir que la finition de la Mercedes AMG GTS est mieux que celui de la Jaguar F-Type E Coupé ou que la Nissan GT-R Nismo a un grand coffre, il y a les autres émissions TV concurrentes (Auto-Moto sur TF1, Direct Auto sur D8, Turbo sur M6 ou V6 d’AB Moteurs) dont RMC Découverte ne s’est pas gêné de brocarder. Pas besoin de regarder Top Gear France pour cela, car sur le fond, on s’en fout de connaitre le toucher des plastiques moussés !

Contrairement à Top Gear UK, Top Gear France oublie de parler de la seule chose qui importe le plus, l’essentiel à mes yeux : LE PLAISIR DE CONDUITE ! Pour cela, rendez-vous sur le BBC2 ou sur la chaine Youtube de Chris Harris

Top Gear France - Stig
Top Gear France – Stig

Vous trouvez mon jugement sévère ? Sûrement, mais il ne faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain. La venue d’une nouvelle émission traitant de l’automobile est une très bonne chose, surtout dans notre époque de plus en plus autophobe. C’est rafraîchissant. Sur la forme, Top Gear France respecte à la lettre l’univers de Top Gear. Sur le fond, il y a beaucoup de chose à travailler pour insuffler de la passion automobile dans le contenu.

A la question :
Est-ce une émission de divertissement automobile ?” La réponse est oui, c’est du pur divertissement et l’automobile en est le décor et le faire valoir.
Est-ce une émission automobile divertissante ?” La réponse est non, l’automobile y est survolée stérilement et dans ce cas, il y a clairement une erreur de casting du trio des présentateurs qui n’arrivent pas à la cheville de leurs homologues britons.

A propos de l'auteur

Yvan T. (@Yvan_111)

Yvan T. (@Yvan_111)

12 commentaires

Cliquer ici pour poster votre commentaire

  • Je me permets un commentaire après le 3ème épisode.
    Pour moi, un bon de géant a été franchi : élocution plus naturelle, public plus réactif, etc …
    Cet épisode et la bande annonce des futurs me confortent dans ma première impression. Je pourrai devenir addict à cette version … surtout que Jérémy Clarkson a été viré de la BBC aujourd’hui …

  • La marge de progression est très grande et c’est en cela que c’est extrêmement prometteur. Top Gear UK a quelques années derrière elle… Elle ne s’est pas faite en deux émissions. Soyons patient, car les deux premières émissions gauloises ne sont pas si mal pour une première. Il faut revoir les premiers épisodes de Top Gear UK version 2000 pour se rendre compte que c’était loin d’être parfait.

  • Greg, je vous remercie de votre commentaire. Mon petit test était simple, montrer Top Gear France à des personnes neutres en terme d’automobile. Nous, passionnés, chacun avec nos propres affinités, nous portons un jugement orienté, suivant notre niveau de connaissance sur le sujet. Passons sur l’esprit potache et l’animation surjouée aux répliques téléphonées, il faut bien débuter. Par contre en terme de pédagogie, nulle. Qu’est ce que ces personnes ont retenu ? Rien, à part des mecs qui braillent en drift et qui cassent des bagnoles. Oui, c’est bien l’esprit Top Gear, mais sur la version UK, le téléspectateur sait pourquoi, les raisons en sont expliquées. Dans le cas de la version française, pour le moment, c’est le vide absolue, où l’abyssale inconsistance n’a d’égal que la grossière facilité.
    Vous avez raison, il ne fallait pas s’attendre à du Jeremy Clarkson en français ainsi que des excellents James May et Richard Hammond. Malheureusement, le trio de TGF en est très loin ! Aux vues des moyens techniques et marketing déployés pour la réalisation et la promotion de cette émission, quelle est la légitimité de cette version française ? Cette question mérite d’être posée. Laissons leur le temps de s’installer, la charte de Top Gear est très contraignante à respecter. En fin de saison, nous pourrons porter un jugement plus complet sur l’ensemble des épisodes.

  • Manu, je vous remercie pour la correction de fautes d’orthographe. Je maudis chaque jour la “Méthode Golbale” qui m’a appris à lire et écrire. Pour en revenir à Top Gear, je regrette surtout que la version française (comme la version USA) soit restée au niveau du premier degrés de l’univers Top Gear, alors que l’original version UK en est au delà. Pour le moment, c’est juste un copié/collé bête et méchant, où l’on retient plus les beuglements et braillements des présentateurs que les infos techniques et ressentis de pilotage… sans oublier les blagues bien nazes. Vu les moyens techniques et le marketing déployés pour la réalisation et la promotion de cette émission, le résultat est loin d’être convaincant.
    Vous avez raison, laissons leur le temps de s’installer dans leur rôle en respectant la charte très contraignante de Top Gear. Nous en reparlerons en fin de saison, afin de porter un jugement sur l’ensemble des épisodes.

  • J’ai pu voir le premier épisode, le second sera pour plus tard.
    Ben… moins déçu que ce que je le craignais !
    Pour une “copie”, qui restera toujours une “copie”, j’ai trouvé l’adaptation plutôt réussie. Même si je partage pas mal des observations négatives citées ici ou là. Au moins ils essayent et ça c’est déjà super et à encourager.

  • Greg, merci de votre commentaire, bonne synthèse de l’esprit Top Gear. Vos remarques sont pertinentes et bienvenues 🙂

  • Merci Manu pour la relecture et la correction des fautes d’orthographe. L’article très tranchant d’Yvan sur Top Gear France a au moins le mérite de susciter des réactions et c’est tant mieux ! Vos remarques sont pertinentes et bienvenues 🙂

  • La critique étant facile, je vais pour ma part critiquer… la critique.[…] En ce qui concerne le contenu, la pertinence évoquée en début d’article n’est véritablement pas le but fondamental de l’émission, loin de là… Cette remarque est d’autant plus étonnante qu’en fin de paragraphe le côté informatif est critiqué. Hormis cela, en effet le premier épisode était un brin lourdingue (comme cet article finalement), effectivement surjoué avec des blagues que l’on pourrait aisément qualifier de pas drôles. Mais c’est globalement un bon début pour un coup d’essai et un challenge aussi relevé, avec notamment un second épisode de meilleure facture et beaucoup plus intéressant. C’est très prometteur.

  • Rude, en effet. Ce sont les débuts, je suis d’accord avec l’analyse du surjoué ou du pas naturel, mais ils vont prendre leurs marques, leur public, etc …
    Pour ton entourage, je lui répondrai que oui, ça les fait marrer de casser des bagnoles, et ça fait parti du concept Top Gear. Et voir des bagnoles à 150000€ en travers me paraît tellement évident !!! Elles sont faites pour ça, pas pour les beaux quartiers des centre-ville ou les embouteillages de la côte d’azur …
    Je finirai par dire à ton entourage qu’il n’est peut-être, tout simplement, pas le public de Top Gear, quelque soit le pays de tournage. (je suis rude, là ?).
    Il ne faut pas, non plus, s’attendre à un Jeremy Clarkson parlant francais.
    Dans tous les cas, je continuerai de les suivre, les français comme les britons.

  • Tout comme Ambroise, ça manqye de naturel mais ça va se bonifier.
    et niveau automobile, la version UK ne donne des chiffres que s’ils sont fous ou s’ils sont ridicules…

  • Oh il est rude le Yvan ! Je reconnais que le premier épisode manquait vraiment de naturel dans les dialogues, on sent que c’est plus que préparé, répété et orchestré. Le second était un peu mieux malgré tout, même si je rejoins ton analyse sur le manque “d’informations automobiles” laissé au second rang derrière le show télévisuel.

    Allez laissons-les trouver leurs marques, je reste persuadé qu’ils vont se bonifier avec l’âge 🙂

Catégories :

Nous twittons, suivez-nous