Actualité TVR

TVR Griffith 400 : Cachez cette bâche que je ne saurais voir…

TVR Griffith 400
TVR Griffith 400

Que penser de la maquette bâchée de TVR exposée au London Motor Show cette semaine ? Le petit constructeur anglais sans grand moyen financier s’en remet au buzz médiatique pour faire avancer son business : faire renaitre une voiture de sport TVR, la “Griffith 400”, du nombre d’exemplaires pré-commandés.

TVR Griffith 400
TVR Griffith 400

Appelons là comme cela même si elle aura surement une autre dénomination, car il est difficile de se faire une idée d’une maquette intégralement bâchée. Le renouveau du TVR est annoncé depuis quelques temps déjà, avec le concours de Gordon Murray et de Cosworth. L’ingénieur anglais apporte son propre procédé de fabrication du châssis en fibre de carbone, nommé iStream Carbon, permettant de revendiquer une poids total d’environ 1,15 T. De son côté, le préparateur motoriste propose un V8 5.0L d’origine Ford, le Coyote que l’on trouve sous le capot de la Mustang GT, profondément revu avec un carter sec et une gestion électronique spécifique pour fournir 500 ch. Le rapport poids/puissance serai cohérent avec les TVR d’antan, l’objectif du 0 à 100 km/h étant d’être sous la barre des 4.0 sec.

TVR Griffith 400
TVR Griffith 400

Alors, TVR est il enfin de retour après une longue agonie ? Créé par Trevor Wilkinson en 1947, TVR renaît de ses cendres – tel le phœnix – à de nombreuses reprises. Première liquidation en 1965, ce sont les père et fils Arthur et Martin Lilley qui reprennent la marque. Puis en 1981, la récession qui ronge la Grande Bretagne et les méventes de la Tasmin ont raison de la marque rachetée par Peter Wheeler, un riche industriel. Sous sa présidence, le petit constructeur anglais va connaitre ses années fastes marquées par des modèles emblématiques : Cerbera, Chimaera, Griffith, Sagaris, Tamora ou Tuscan. La situation financière de TVR permet de développer ses propres moteurs, 6 cylindres en ligne (Speed Six) et V8 (AJP8), remplaçant les blocs fournis par BMC, Ford, GM puis Rover ou Triumph notamment. C’est la maladie de Peter Wheeler qui le pousse à revendre TVR en 2004 pour 15 M£ivres sterling à un jeune industriel russe de 24 ans, Nikolay Smolensky. Celui ci restera 5 ans à sa tête avant de céder l’entreprise en total déconfiture à Les Edgar, industriel britannique qui réinvestit pour proposer aujourd’hui le retour de TVR en 2017.

TVR Griffith 400
TVR Griffith 400

Au programme, un coupé sportif vendu £65,000 soit environ 82 000 €, mais le modèle de lancement tout optionné en édition limitée (Launch Edition) sera vendu £100,000 soit environ 127 000 €. La suite comporte une version découvrable – british oblige – et une version compétition alignée aux 24 heures du Mans, surement en GTE Am. La production de l’usine de Ebbw Wale (Pays de Galle) employant 150 personnes, comptera également des conduites à gauche (LHD) permettant d’élargir les marchés clients pour TVR, ne se contentant plus des conduites à droite (RHD) trop restrictives commercialement. L’usine historique de Blackpool (Lancashire) ne sera pas rouverte.

TVR Griffith 400
TVR Griffith 400
TVR Griffith 400
TVR Griffith 400

A propos de l'auteur

Pierre Henri Brautot (@PH_Brautot)

Pierre Henri Brautot (@PH_Brautot)

3 commentaires

Cliquer ici pour poster votre commentaire
  • Oui le Buick 215 est à l’origine du V8 Rover mais en 1963 GM arrêtait de le fabriquer quand en 64 Rover le relançait. Et je ne vois toujours pas le rapport avec Holden.
    Mais bon là on chipote un peu 😉

  • Bonjour Vincent,

    Pour GM, nous pensons au V8 de 215 CI (3.5L) tout alu de la Buick 215 et l’Odsmobile Jetfire, dont la licence et l’outillage ont été revendus à Rover. On retrouve ce moteur sur la TVR Tasmin 350i.

  • Vivement la révélation finale dont les réservataires auront la primeur cet été en principe.
    Concernant votre commentaire “La situation financière de TVR permet de développer ses propres moteurs”, je serais tenté de dire plutôt ” La situation financière de TVR n’aurait pas dû lui permettre de développer ses propres moteurs “. Et ce point a sans doute précipiter la chute.
    Sinon je ne pense pas que GM et encore moins Holden (pourquoi Holden ?) aient fourni des moteurs. On peut éventuellement ajouter Triumph (2500M) et Coventry Climax(Grantura) à Ford et Rover mais c’est tout.