Concours d'Elégance Historique

Concours d’Elégance Suisse 2019 : La suite de la visite

Concours d’Elégance Suisse 2019
Concours d’Elégance Suisse 2019

Mais il n’y avait pas que des anniversaires au CES19, pas moins de 19 classes regroupent plus de 90 voitures !

 

La classe dédié au V6 Dino fait face à celle qui regroupe les V12 Ferrari

 

Peut-être la moins connue de celles qui embarquent un V6 Dino, Mme Lancia Stratos !

 

Votre 246, vous la préférez en GT ou GTS sans le toit ?

 

Iconique, voilà un mot que je déteste dans les communiqués de presse pour les modernes mais qui colle tellement à la 250 GT Berlinetta

 

Nettement moins courante, cette 342 America, produite à 6 exemplaires seulement chez Vignale, permet de profiter du V12 cheveux au vent

 

Très 50’s et très GT, on aurait presque du mal à reconnaître une Ferrari de 3/4 arrière

 

Une Ferrari étonnante, à nouveau carrossée par Vignale, cette 250 Europa a été exposée au salon de l’auto de Paris 1953

 

Le travail de la face avant est tout simplement exceptionnel ! Le Jury ne s’y trompe pas puisqu’elle reçoit le convoité prix “Best of the Show”

 

Mais voici la Ferrari qui m’a le plus fasciné : la Formule 1 de la saison 1967, la 312, conduite entre autre par Chris Amon

 

Une véritable machine de course perdue sur les pelouses de Coppet

 

Le V12 3.0 litres, d’où le nom de 312, offre une place de choix dans son ouverture à 60° pour un échappement spaghetti du plus bel effet

 

14.000 tours par minute ! Inutile de relever la simplicité du tableau de bord par rapport à celui des F1 modernes…

 

Fiat 8V 1953 par Luigi Rapi, j’avoue préférer la Corsa présentée l’année dernière.

 

Difficile de reconnaître sous cet angle les lignes de la Rover 2000TC un fois transformée en coupé par Graber

 

Ferrari BB512, De Tomaso Pantera, mais par contre la troisième, verte, aucune idée de ce que celà peut-être !

 

Une face avant de Supra

 

Un arrière de CX Break

 

PMG ça vous aide ? Son nom complet est PMG Rapport Forté Estate sur base d’une Daimler Double-Six de 1981. Produite à 2 exemplaires, on n’est pas prêt d’en recroiser une. Qui a dit tant mieux ? 🙂

 

Cette Dodge Super Bee illustre parfaitement la classe “Size doesn’t matter”

 

Type-E au capot démesuré, Ford Mustang une petite américaine, mais entre les 2, qui suis-je ?

 

Une logo Aston Martin et Superleggera, je suis bien la DBSC, produite à 2 exemplaires en 1966

 

Si la face avant permet de reconnaître une Aston, surtout grâce à son capot

 

Mais l’arrière est définitivement trop loin des gènes de Newport Pagnell pour remplacer la vieillissante DB6

 

Quelques légendes autos se côtoient tranquillement

 

Quoi de mieux qu’une petite Alfa Romeo Giulietta SZ de 1960 ?

 

Une Giulia Sprint GTA peut-être ? Oui j’avoue…

 

Originale une Maserati verte, les lignes de la 3500 GTI ressortent plutôt bien

 

Ahh la Countach, un fantasme de jeune… Ne me dites pas que je suis le seul ?!

 

Une Alfa Romeo Montreal les yeux grands ouverts, je crois que c’est la première fois que j’en vois une comme ça

 

Alfa Romeo toujours, la 6C 2500SS de 1950 est aussi belle sous le capot

 

Qu’à l’intérieur

 

Pourtant le proprio semble inquiet de voir sa belle détaillée par le Jury

 

6C 2500SS toujours, mais plus ancienne, cet impressionnant coupé est de 1942

 

Les grandes routières d’avant-guerre, cette Avion Voisin C23 Charente de 1932 est l’illustration parfaite de cette classe

 

Sécurité piéton, non clairement pas à la mode dans les années 30 🙂

 

Délicieusement dans son jus, cette BMW 328 affiche une jolie patine

 

Et son intérieur témoigne de sa vie tumultueuse depuis 1939

 

Sa voisine, une Swallow de 1935 affiche des lignes étonnamment basse, j’aime beaucoup !

 

Quand on passe un week-end avec mémé, on a toujours un peu l’impression d’être sous surveillance

 

Allez, bientôt 9:17, on continue la visite…

 

Encore quelques images de ce CES2019 tout bientôt !

 

Crédit photos @ Ambroise Brosselin.