Concours d'Elégance Historique

Concours d’Elégance Suisse 2019 : Les anniversaires

Concours d’Elégance Suisse 2019
Concours d’Elégance Suisse 2019

Pour sa quatrième édition, le concours d’élégance Suisse a décidé de mettre à l’honneur les nombreux anniversaires que nous propose cette année 2019.

Commençons avec un chiffre rond les 100 ans de Bentley !

 

Cette 8 litres Open Tourer de 1931 carrossée par Vanden Plass en impose

 

Un air de famille avec cet incroyable et majestueux 8 litres Drop Head Coupé de 1932 carrossé par Thrupp & Maberly

 

Plus petit, ce 3 1/2 litre Three position Convertible de 1933 est carrossé par Salmsons & Sons

 

Evolution dans la tradition, le 4 1/4 litres Sport Tourer par Vanden Plas date de 1936

 

Surprenante cette Facel Vega, n’est-ce pas ? Effectivement puisqu’il s’agit bien d’une Bentley sortie 3 ans avant la première Facel Vega, une Mark VI Cresta II de 1951, carrossée par Facel Métallon, voici le pourquoi du comment !

 

Le traitement de la partie arrière est pour le moins moderne et déstabilisant, mélangeant les genres, les époques et les inspirations, on retrouvera entre autre le galbe de l’air arrière sur les Continental. Un magnifique exemplaire qui était attendu ici pour sa première présentation en public.

 

En parlant de Continental, derniers réglages sous le capot avant la présentation au Jury

 

Certainement la plus abordable des Bentley aujourd’hui, la T-Serie, cousine de la Silver Shadow. Dépêchez-vous, on sait pas combien de temps ça va durer 🙂

 

On change de clientèle, passant du côté laborieux de la force pour fêter un autre centenaire, celui de Citroën avec un hommage aux 3 chefs d’oeuvre d’André Lefèbvre, à commencer par la 2cv.

 

Un bel alignement de DS ensuite

 

Et aussi 3 Traction Avant donc ce très rare cabriolet 15-Six carrossé en 1949 par le suisse Worblaufen

 

Retour aux 2cv avec une Sahara reconnaissable entre mille grâce à sa roue de secours sur le capot

 

Et surtout son second moteur à l’arrière pour transformer la paisible 2cv en redoutable franchisseuse 4 roues motrices !

 

Le réservoir ayant perdu sa place à l’arrière, on les (puisqu’il y en un par moteur) sous les sièges avants. Au fait si vous êtes sous le charme, le tarif de l’un des 693 exemplaires produits devrait vous refroidir…

 

Raide neuve cette 2cv4 de 1961 !

 

Du côté des DS cette ID19 de 1957 retient toute mon attention, la couleur bien sûr, mais la rusticité basique de l’ID face à la DS me plait tout particulièrement.

 

DS23 familiale de 1973 au regard fixe, finition américaine certainement

 

L’élégance à la française, DS19 cabriolet usine de 1965, la pureté de la ligne qui conserve tout son modernisme pour l’époque

 

Le plus gros défaut du cabriolet DS ? Perdre le clignotant haut placé de la berline, sublimement remplacé par celui-ci !

 

Toute la gamme DS en une photo, cabriolet, berline et familiale

 

Les carrosseries spéciales sont aussi présentes du côté des tractions, avec un joli coupé de 1936, ou plutôt Faux-Cabriolet, selon l’appellation officielle, aux côtés d’une indémodable 11BL noire de 1956.

 

Joli trio, qui montre qu’à part la face avant, et les dessous, Worblaufen n’a pas garder grand chose de la berline 15-Six au moment de la transformer en cabriolet

 

Un peu plus loin et hors concours, un autre morceau de la légende Citroën avec une (D)SM(aserati) en état neuf

 

Et son V6 Maserati caché loin sous le capot de la belle française

 

Autre anniversaire joliment fêté, les 110 ans de Bugatti

 

La pureté des lignes d’une Type 54 Grand Prix de 1933, la ligne Bugatti dans l’imaginaire collectif

 

8 cylindres en ligne à compresseur, ce que l’on peut appeler un ramage à la hauteur du plumage

 

Type 59 de 1934, 750 kg pour 240 ch, on imagine l’engagement physique nécessaire pour conduire ces machines !

 

Patrick Peter, au pantalon moutarde, particulièrement intéressé par la belle française

 

La 22 Brescia et la 35A se laissent croquer par un des artistes présents

 

Attendue aussi, cette Bugatti type 57 C Stelvio de 1938 (châssis #57804 carrossé par Gangloff) fut la propriété de Woolf Barnato, le célèbre Bentley Boy, et derrière une élégante Type 49 Faux Cabriolet.

 

Delahaye, la regrettée marque française, aurait eu 125 ans en 2019. Probablement la doyenne du concours, cette 32A de 1912

 

Une autre époque de l’automobile ou chaque déplacement devait être une aventure mécanique et humaine

 

Une 135M coupé de 1938, carrossée par Chapron

 

Au regard pas très différent du cabriolet 135 par Tuscher, lui aussi de 1938.

 

Le style Chapron évolue, 135 cabriolet toujours, mais carrossé en 1946, avec un petit air de Super Traction Rosengart

 

Et last but not least, les 60 ans de la Mini rendent hommage au grand Sir Alec Issigoniss

 

Avec deux jolies Princess, dont cette luxueuse Vanden Plas 1100 bichonnée par sa propriétaire

 

La suite à venir dans la seconde partie sur le Concours d’Elégance Suisse 2019.

Crédit photos @ Ambroise Brosselin.