Actualité Historique Rallye Sport Auto

East African Safari Classic Rally 2017 : Au cœur de la course avec le Armsudle Classic

East African Safari Classic Rally 2017
East African Safari Classic Rally 2017

Chaque année en Septembre nous retrouvons avec joie Jo & Stu, nos hôtes à 2 pas du circuit de Goodwood pour le Revival. Et depuis 3 ou 4 ans maintenant, Scott fait parti de l’ambiance du Revival, logeant lui aussi ici. Forcément bien PetrolHead pour être ici, les discussions le soir autour d’un gin tonic nous laissent comprendre, qu’en parallèle de son job très prenant au département développement et tests des pneus Continental, Scott prépare une voiture de rallye. Garçon discret, il avoue presque timidement que le rallye qu’il compte faire est le East African Safari Classic Rally, rien que ça !?!

Né au Kenya, Scott y a passé ses jeunes années et garde un souvenir du Safari Rally qu’il allait voir avec son père à l’age de 6 ans. Cette participation n’est pas une vaine aventure, c’est plutôt le rêve d’une vie : retourner au Kenya participer au Safari Rally devenu Classic. Pour le choix de sa monture, il n’a pas pris la facile option d’une 911 ou d’une Escort, non il a jeté son dévolu sur une Datsun 160J Violet. Un peu tombée dans l’oubli, elle a pourtant glané 4 victoires d’affilée de 1979 à 1982 sur le Safari, continuant à écrire les lettres de noblesses de Datsun après les victoire des Bluebird et Fairlady 240Z. Visuellement c’est une copie de la voiture victorieuse en 1982, techniquement elle est plus proche de celles de 1979-1980 avec un 4 cylindres 2.0 litres L20B 8 soupapes, qui une fois gavé par 2 Weber sort “seulement” 120 ch mais beaucoup de couple. Plus de 10 ans séparent ses 2 photos, on imagine volontiers la difficulté de retrouver les infos, les pièces, les rassembler et les monter.

N’allez pas croire pour autant que Scott a rodé la voiture sur des rallyes régionaux, en Septembre dernier lorsque nous l’avons vu, il venait juste de mettre la voiture dans son container, direction Monbasa, après seulement quelques dizaines de kilomètres une fois finie. Un grand pas vers l’inconnu et l’aventure, mais savamment préparé et épaulé par un copilote, et ami, de choix : Harpal Sudle. Lui aussi britannique né au Kenya, il a participé à chacune des éditions de la version Classic du Safari. Autour d’eux une équipe logistique et d’assistance de choix, une des clés de la réussite pour voir la ligne d’arrivée. Scott est bien placé pour le savoir puisqu’il a participé à 2 éditions dans un team d’assistance !

Pour nous faire vivre de l’intérieur de Safari Rally Classic 2017, le team Armsudle nous livre son journal de bord, au jour le jour. Enjoy !

Day 0 : Derniers préparatifs

La voiture est arrivée il y a quelques jours, les derniers préparatifs sont terminés, nous avons fait le shakedown et tout fonctionne, sauf la température d’huile un peu haute. Quelques ouvertures supplémentaires dans la face avant devraient résoudre ce soucis…

Scott se prépare pour la longue et chaude journée demain, 306 km de liaison et 208 km de spéciale, tandis qu’Harpal continue de potasser le roadbook. Un mélange de calme et d’excitation donne une drôle d’ambiance à cette veille du grand départ…

Day 1 : Un rêve qui devient réalité

6h58, 23 novembre 2017, le rêve de Scott devient réalité lorsque le team Armsudle descend de la starting ramp. Cette première journée a failli tourner au cauchemar tant les conditions furent difficiles. Seulement 2 des 3 spéciales ont pu être disputées, trop de retard ayant été pris suite à des plantages dans des gués interminables. Le plus important pour Scott et Harpal : ils ont terminé la 1ère journée ! Côté assistance, première frayeur pour Kevin et Lara qui ont du remplacé une roue crevée sur leur voiture, de nuit dans une réserve naturelle avec des lions qui rugissent au loin. De quoi être un peu nerveux effectivement… La Datsun va bien, quelques bricoles bien-sûr mais les fondamentaux sont en forme !

Day 2 : Le rodage continue

Le deuxième jour permet de se mettre un peu plus dans le bain, tout va pas trop mal, presque 220 km de spéciales et le plus gros problème a été une crevaison. La troisième spéciale a du être annulée à cause des conditions climatiques une nouvelle fois. Nous nous stabilisons autour de la 22ème place au classement général, sur la trentaine d’équipage au départ, nous sommes heureux. En tête le grand Stig Blomqvist sur Porsche 911, et à mi chemin entre nous et le podium on retrouve Nick Mason sur une 240Z. Vivement demain et les 3 spéciales !

Day 3 : Magnifique !

Pour faire simple : magnifique ! Nous sommes arrivés au bout des 3 spéciales du jour, et petit bonus on grimpe à la 18ème place au général. En regardant les résultats en détails on constate qu’on fait le même temps qu’une 911 et seulement 3 secondes derrière une 240Z, plutôt pas mal pour une auto qu’on a assemblé dans le garage de la maison !

Bon Scott aura quand même essayé de faire peur à l’équipe d’assistance en arrivant ce soir avec un problème à régler de toute urgence : une fixation rapide du capot qui prend du jeu. Personne n’imaginait un début de rallye se passant aussi bien vu le manque de rodage de la voiture, on a donc pu en profiter pour remplacer les amortisseurs arrières et ressorts améliorer un peu le comportement de la voiture sur les sauts à grande vitesse.

On croise les doigts pour la 4ème journée qui nous conduira vers la journée de repos, qui ne sera pas de tout repose pour l’assistance puisqu’on liste déjà les opérations à faire…

Day 4 : Petite frayeur

La chance a un peu tourné aujourd’hui, avant de faire marcher arrière et nous permettre d’arriver au bout des spéciales sans même prendre une pénalité. C’est la 3ème spéciale de la journée, qualifiée par tous de “dure”, nous a fait une belle frayeur. Une barre de torsion a cassé net lors d’un gros choc dans un trou caché ! Quelques minutes à l’arrêt le temps de faire une réparation de fortune et nous avons pu rejoindre l’arrivée, ouf ! Mais ce n’était pas fini pour autant, 30 km de piste un peu dure pour rejoindre le point de ravitaillement qui nous permettra de constaster que la réparation semble tenir. C’est parti pour les 38 km de bitume qui nous séparent de l’arrivée finale et le parc fermé, malgré un rythme prudent on pointe 3 min avant le temps maxi, good job !

Et cerise sur le gateau, en regardant le classement il semble que nous ayons grapillé 2 places au générale, vraiment dure pour tous cette 3ème spéciale.

Day 5: Journée de repos, pas pour les mécanos !

Jour de repos, enfin presque, fenêtre de tir de 6 heures pour intervenir sur la voiture avec seulement 3 personnes qui travaillent sur la voiture. Autant vous dire qu’on la préparée cette journée, avec pas moins de 29 taches listées, parmi lesquelles la réparation de la casse de suspension et un remplacement préventif de la boite et l’embrayage.

Le vieil adage qui dit jamais 2 sans 3 nous fait un peu peur. Car si hier c’était la première avec la barre de torsion, aujourd’hui nous avons eu notre deuxième galère. Nous avons réussi à faire les 29 taches listées, tout s’est bien passé même si la casse de la barre de torsion avait un peu plus de dommages que prévu. Alors c’est quoi cette seconde galère ? La boite de vitesse !

On avait décidé de remplacer la boite et l’embrayage à cause de bruit de butée pas très rassurant, tout a été fait brillamment par Billy et Idris … jusqu’à ce qu’on redémarre la voiture. Alors que toutes les vitesses passent moteur arrêté, quand il tourne impossible de rentrer la 2 ! Ca grogne très fort et quand elle est engagé elle saute immédiatement. Pourtant cette boite de rechange a été testée en UK avant d’être mise dans les bagages. Evidement le temps de se rendre compte de tout ça, la fenêtre des 6 heures d’intervention était sur le point de se refermer. Pas d’autre choix que de décréter la journée de demain comme celle durant laquelle nous devrons limiter au maximum la casse.

La bonne nouvelle du jour c’est que le bruit de la 1ère boite venait bien de la butée largement entammée, la boite en elle-même semble OK et nous pourrons donc la changer demain lors de l’assistance de 2 heures en conservant la nouvelle butée. Enfin tout ça si le “jamais 2 sans 3” ne nous tombe pas dessus et si la journée de demain se passe bien sans la 2nd vitesse. Fingers crossed pour demain !

Day 6 : Keep calm…

Le t-shirt de Scott ce soir résume bien toute notre détermination ! On savait la journée difficile avec les soucis de boite, mais ce soir le classement nous confirme que tout s’est pas si mal passé : 18ème place au général !

Debout à 5h15 pour prendre la route de bonne heure, pas facile. A la fin de la première spéciale, si la 2nd va un peu mieux, c’est la 5ème qui nous fait soucis ! A la fin de la fin de la deuxième spéciale, c’est officiel nous n’avons plus de 5ème, elle ne reviendra pas d’ici la fin de la journée. A la fin de la troisième spéciale on rejoint l’assistance et on reste sur le plan d’hier : remettre la première boite de vitesse avec la seconde butée. Pas évidement en 2h quand on sait le temps que ça nous a pris hier…

Et malgré les 35 degrés ambiant, une fois lancé tout s’est bien déroulé voire même mieux ! Boite remplacée, le soucis de crémaillère de direction réglé, plein de petites bricoles en même temps, nettoyé l’intérieur et l’extérieur de la voiture … et tout ça en 90 min !!

Day 7 : Une claque pour la 160J

La 160J a pris encore une claque mais elle roule toujours ! La première spéciale du jour a due être raccourcie à cause d’un franchissement de rivière impossible, mais les 60 km parcourus ont été très très durs. Les 2 supports moteurs n’ont pas survécus, le moteur aura tellement bougé qu’il est allé plier les durites d’essence contre la barre anti-rapprochement, mais heureusement sans les sectionner… Les supports moteurs sont complètement déchirer, mais pas beaucoup d’autre solution que de mettre du scotch tressé autour de tout ça pour que ça reste en place jusqu’à ce soir.

On finit donc la journée heureux mais fatigué. Rien n’est gagné, la voiture souffre et il y a pas mal de bricoles que l’on doit surveiller, car si elles s’agravent la situation pourrait devenir bien plus compliquée.

Day 8 : Les rois de la boue mais “fucking” biellette

La journée a été incroyable dure, pour tout le monde, mais la perf faite sur la deuxième spéciale de 91 km nous donne le sourire, à toute l’équipe. Cette spéciale reprenait une partie des pistes de la première journée, là où beaucoup de monde s’était retrouvé pris au piège de la boue. De nombreux équipages se sont à nouveau retrouvé coincé, obligé de pousser ou se faire tracter et dépasser le temps imparti. Et parmi les 4 équipages à réussir l’exploit de pointer dans les temps, on retrouve la Datsun n°35, qui survola tous les bourbiers du jour, se classant à la 3ème place, incroyable !

La dernière étape, bien que raccourci aura quand même un impact sur le classement, au sens propre. Un énorme trou en tout début de spéciale a plié une biellette de direction. Pas la peine d’espérer continuer avec, 200 mètres plus loin elle casse. Les 15 minutes passées à la remplacer amputent un peu le gain de la première spéciale, mais le plus important est d’être à l’arrivée ce soir. La voiture a besoin d’attention, l’assistance de nuit permet de réparer la direction et les suspensions avant, ainsi qu’en remplacement des bras de suspension arrière, les anciens ayant complètement détruit les silentblocs, Scott pouvait sentir le train arrière bouger et se caler lors des fortes accélérations.

Coté classement nous voilà maintenant en 16ème position, même si nous ne sommes pas venu pour la gagne, on garde un oeil dessus. C’est déjà une victoire pour nous, à la veille de l’arrivée, d’avoir terminé toutes les spéciales dans les temps et sans pénalité. Il ne reste plus qu’à espérer que les 3 dernières spéciales de demain se passent de la même façon. 192 km c’est bien assez pour rencontrer toute sorte de galère. Devant nous à 2 min une Porsche 911, et derrière nous une 240Z qui a changé de moteur hier soir, le rythme est proche entre nous 3, nul doute que cette dernière journée sera intéressante et intense.

Day 9 : La ligne d’arrivée !!

La ligne d’arrivée est franchie, incroyable. Le moment de jeter un coup d’oeil sur la check list qui traine dans la voiture :

S’inscrire au rallye : Check
Prendre le départ du rallye : Check
Finir la première spéciale : Check
Finir la première journée : Check
Finir le rallye : Check
Ne pas prendre de pénalité : Check
Ne pas arriver dernier : Check
Finir autour de la 20ème place : Check (and smashed)

15ème au classment du East African Safari Classic Rally 2017 !!

Day 10 : Le container se ferme

A peine le temps de réaliser que nous sommes arrivé au bout du rallye qu’il faut déjà tout remballer. On charge tout dans le container, on ferme la porte du container et voilà. ”That’s All Folks” comme on dit à la fin d’un cartoon. Une vraie belle aventure humaine !

Crédit photos @ Team Armsudle,, Geoff Mayes et East African Safari Classic Rally.

A propos de l'auteur

Ambroise Brosselin

Ambroise Brosselin

2 commentaires

Cliquer ici pour poster votre commentaire

  • Bravo Harple and Scott. We followed you throughout and I know Scott, just how much you gave of yourself to get the car there, engine and all ! Best regards from Club Datsun-France….maybe an North African rallye next ? Cheers, Sean

Catégories :

Nous twittons, suivez-nous