Essais Mini

Essai Mini Cooper JCW GP II

Mini John Cooper Works GP II
Mini John Cooper Works GP II

Vous appréciez la Mini Cooper S ? La version affutée John Cooper Works vous a plu ? Oubliez tout cela avec cette ultime version JCW GP II, limitée à 2000 exemplaires dont une soixantaine pour la France. Affichée 6 650 euros de plus que la JCW, la GP II gagne 7 chevaux, 2 dixièmes au 0 à 100 km/h (6,3 sec) et 4 km/h en VMax (242). Alors ce caprice épicé est il raisonnable ? Nous avons pris le volant pour un essai contact d’un exemplaire prêté par Mini France et ses équipes à Lyon.

Mini John Cooper Works GP II
Mini John Cooper Works GP II
Mini John Cooper Works GP II
Mini John Cooper Works GP II

GP version 2

Face au succès de la première série limitée de le JCW GP lancée en 2006, Mini remet le couvert en améliorant encore cette ultime version. Les caractéristiques moteur n’évoluent presque pas, la puissance restant toujours à 218 cv (160 Kw) à 6 000 tr/min avec un régime maxi calé à 6 500 tr/min. Le couple du 4 cylindres turbo 1.6L à injection directe et calage variable s’affiche quand à lui à 260 Nm voir 280 (28,6 mkg) avec l’overboost à 2000 tr/min jusqu’à 5 100 tr/min. Puissance et couple spécifiques sont respectivement de 136 cv/L et 175 Nm/L. D’un poids contenu de 1160 kg, le rapport poids/puissance reste attractif avec 5,3 kg/cv. Le tempérament moteur de cette JCW GP II s’annonce vigoureux…

Mini John Cooper Works GP II
Mini John Cooper Works GP II

Châssis optimisé “track days”

BMW et Mini ont axé le développement principal de la JCW GP II sur le châssis, améliorant considérablement le dynamisme de l’auto au risque de la rendre inconfortable, mais c’est au bénéfice de l’efficacité. Les jantes de 17 pouces abritent des disques de freins de 330 mm à l’avant (+36 mm vs GP 2006) avec étrier à 6 pistons et 280 mm à l’arrière (+21 mm vs GP 2006). Les pneus sont plus larges que la JCW, 215/40 R 17 contre 205/45R17 et surtout plus tendre au dessin type semi-slicks homologués route. Les suspensions Bilstein sport sont réglables en hauteur (-20 mm à l’avant / -15 mm à l’arrière) et la carrosserie adopte un habillage des plus racing, avec gros becquet et spoiler à lame spécifiques, entrée d’air, diffuseur arrière avec fond plat, double sortie d’échappement. L’auto bénéficie d’une barre anti-rapprochement à l’avant bien sur mais surtout à l’arrière en lieu et place de la banquette arrière de la JCW normale. Une nouvelle géométrie des trains complète cette panoplie, avec un carrossage négatif. Aucun doute, ce châssis se veut plus rigide et mieux guidé…

Mini John Cooper Works GP II
Mini John Cooper Works GP II
Mini John Cooper Works GP II
Mini John Cooper Works GP II
Mini John Cooper Works GP II
Mini John Cooper Works GP II
Mini John Cooper Works GP II
Mini John Cooper Works GP II
Mini John Cooper Works GP II
Mini John Cooper Works GP II

Rouge comme du piment, explosif au volant

Les conditions météo de notre essai n’étaient pas optimales, avec une chaussée humide et grasse, rien de tel pour souligner les défauts de comportement d’une auto. Les ruades du trains avant, sous l’effet du couple, ont débordé l’autobloquant électronique, provoquant de belles pertes de motricité. Le moteur est un vrai régal, coupleux à souhait dès 1000 tr/min, il pousse sans faiblir avec force, jusqu’à 6 000 tr/mn. Là encore, inutile d’amener l’aiguille du compte tour jusqu’à la zone rouge. Le plaisir est ailleurs, il faut dire que le poids à emmener est faible, faisant de la JCW GP II un vrai jouet, un Kart sur route… On adore ! Parfaitement rempli à l’approche des 2500-3000 tr/min, le moteur distille un joli son rageur et rauque très flatteur à l’oreille, affichant clairement les couleurs de cette bombinette. La boite de vitesses à 6 rapports dispose d’un mode sport avec coup de gaz au rétrogradage.
Comme prévu, le châssis est agile avec un bon toucher de route, la direction est bien calibrée, précise et informative à souhait. Le freinage est particulièrement efficace et endurant. L’amortissement est très ferme mais les excellents sièges baquets confortables compensent par un très bon maintient. La position de conduite ne souffre d’aucune critique. Cette Mini JCW GP II n’apprécie pas les bosses et la moindre irrégularité du macadam influe sur la direction, qui permet de “lire” le profil de la route. Les glissades du train arrière ne sont jamais piégieuse… Rouler vite dans ces conditions demande attention et concentration. Son terrain de jeu favori est de loin le bitume plat des circuits.

Mini John Cooper Works GP II
Mini John Cooper Works GP II
Mini John Cooper Works GP II
Mini John Cooper Works GP II

Faut il craquer pour ce jouet ?

A 37 900 €uros, l’addition est plutôt salée pour cette Mini très épicée. Mais quel régal, quel plaisir d’emmener cette JCW GP II là où vous le souhaitez, au doigt et à l’œil sur la chaussée. Très dynamique, assez légère, bien motorisé, c’est l’engin idéal pour faire du track days le week end et aller au travail en semaine, à condition d’accepter les inconvénients de la formule, exclusivement pour 2. Nous avons été séduit par son moteur vigoureux à la sonorité plaisante, son comportement joueur et pistard, son look radical et collector. A défaut, il faudra accepter ses pertes de motricité, son confort très ferme, son ergonomie intérieure sacrifiée… et son tarif déraisonnable. Mais quand on aime, on ne compte pas !

Mini John Cooper Works GP II
Mini John Cooper Works GP II
Mini John Cooper Works GP II
Mini John Cooper Works GP II
Mini John Cooper Works GP II
Mini John Cooper Works GP II
Mini John Cooper Works GP II
Mini John Cooper Works GP II

Crédit photos @ Joris Clerc

A propos de l'auteur

Yvan T. (@Yvan_111)

Yvan T. (@Yvan_111)

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour poster votre commentaire

Catégories :

Nous twittons, suivez-nous