Actualité Livre/Book Vidéos

Michel Vaillant : nouvel album Voltage, saison 2

Après le 1er album de cette nouvelle saison 2, “Au nom du fils” lancé par Philippe Graton, fils de Jean, père de Michel Vaillant, voici que parait “Voltage”, nouvel album du plus célèbre des pilotes automobile de bande dessinée. Pour son retour, les auteurs ; Philippe Graton, Denis Lapière et Benjamin Benéteau ; ne jouent pas la carte du vintage mais cherchent de nouveaux défis en rapport avec les questionnements du vingt-et-unième siècle. Pour “Voltage”, Michel Vaillant est partenaire de l’aventure de Venturi lors de la tentative de record du monde de vitesse de la Venturi VBB-3.

Michel Vaillant Voltage
Michel Vaillant Voltage

Le pitch

Interdit de course jusqu’à la fin de la saison après les événements de la course de Portimão, Michel Vaillant traverse une période de doute. Troublé par la détermination de son fils, engagé dans une entreprise qu’il juge incompatible avec les valeurs de la famille, Michel Vaillant décide de relever un nouveau défi : battre le record de vitesse avec une voiture électrique sur le Lac salé de Bonneville, aux États-Unis.
La pression qui pèse sur ses épaules est forte. La crédibilité et le prestige des usines Vaillant se trouvent mis en jeu dans cette performance. Il n’a en effet pas droit à l’échec, tant vis-à-vis des sponsors que de son père, le patriarche de la famille, qui n’a jamais caché son mépris pour l’électrique. S’ajoutent à cette tension les inquiétudes de Françoise, préoccupée par les risques que va prendre Michel en pilotant ce prototype.

Michel Vaillant Voltage
Michel Vaillant Voltage

Un héros de BD en accord avec son temps

« Michel Vaillant a toujours évolué avec son époque. Il a couru contre Jean-Manuel Fangio et Jean Behra dans les années 1950, contre Ayrton Senna et Alain Prost dans les années 1980 ou Michael Schumacher dans les années 2000. Il a suivi l’évolution du sport automobile. En revanche, il est resté ce personnage créé dans les années 50, avec les caractéristiques des héros de ce temps-là. Dans les dernières aventures et je ne pouvais m’en prendre qu’à moi même, puisque que ça fait vingt ans que j’écris les scénarios de Michel Vaillant, il y avait un sentiment de tourner en rond. J’avais envie d’autre chose, mais je n’y arrivais pas. L’évolution actuelle du monde automobile est passionnante, sur le plan sportif, technologique, sur les enjeux stratégiques des nouvelles énergies, mais aussi à propos de la place de la voiture dans la société. C’est une remise en question globale. Il fallait que le personnage de Michel Vaillant puisse rejoindre les préoccupations du monde contemporain » déclare Philippe Graton.

Michel Vaillant Voltage
Michel Vaillant Voltage

Michel Vaillant privé de licence en sport auto !

Suite aux événements du 1er album “Au nom du fils”, Michel Vaillant se retrouve privé de licence et donc de compétitions sur circuit. Philippe graton s’explique : « C’est le coup de théâtre pour le début de ce deuxième album. On en a beaucoup parlé avec Denis Lapière, qui avant de s’y connaître beaucoup en voiture et d’aimer Michel Vaillant, est un très bon scénariste, il connaît la dramaturgie et les règles d’architecture d’un récit. A la fin de “Au nom du fils”, Michel Vaillant a quitté une course au moment du départ, commettant une imprudence que personne n’aurait jamais pensé qu’il puisse commettre. Peut-être a-t-il compris qu’il y avait quelque chose qui comptait plus pour lui que le sport automobile ? C’était intéressant pour l’évolution du personnage et ça donnait une scène très spectaculaire. Mais tout cela a un prix… Si un pilote fait ça, il reçoit une sanction. Michel n’est pas au dessus des lois de la course ».

Michel Vaillant Voltage
Michel Vaillant Voltage

Référence à March 1 pour Steve Warson

« Voltage » fait référence à l’un des titres les plus célèbres de la série 1, « Mach 1 pour Steve Warson », mais ici, les rôles s’inversent. Michel s’illustre sur le Lac Salé de Bonneville et Steve rêve d’un destin politique.
Philippe Graton précise : « Je n’ai pas eu en tête un remake et j’avoue que je n’ai pas un seule seconde pensé à « Mach 1 pour Steve Warson » en écrivant ce tome avec Denis. Le seul point commun, c’est le lieu. On ne fait que très brièvement référence à Chuck Danver et au Sonic Bird. C’est l’objet d’un dialogue je crois. L’idée n’était pas du tout de revisiter Mach 1. Ceci dit, j’ai eu l’occasion de faire un reportage au Lac Salé et d’observer tous les fous furieux qui s’y rendent pour battre des records de vitesse. C’est un endroit unique et j’ai été séduit parce qu’on retrouve là l’esprit d’origine du sport automobile. Ce sont des gens qui bricolent des engins incroyables, extravagants et qui risquent leur vie pour battre un record. Ça fera peut-être un jour l’objet d’un Dossier Michel Vaillant ».
Denis Lapière ajoute : « A aucun moment je me suis dit que nous étions en train de revisiter un classique. J’ai relu « Mach 1 pour Steve Warson » après, et j’en ai conclu que nous étions ailleurs. Dans cet album, c’était l’avènement du Leader. Avec « Voltage », on n’a pas gommé le passé, mais on ne s’intéresse pas à l’auto-citation ou à l’hommage permanent. Par exemple, on voit Hawkins, l’un des Texas Drivers, sur le Lac Salé. C’est n’est pas un clin d’œil. C’est normal qu’il soit là : c’est un pilote américain, du Texas, le type même de gars assez fondu pour aller rouler à du 500 km/h dans un machin qui tient à peine avec des boulons et qui s’arrête avec deux parachutes ! »

Michel Vaillant Voltage
Michel Vaillant Voltage

Partenariat avec Venturi

Gildo Pastor, nouveau propriétaire de Venturi qui lui a donné un nouveau souffle avec cette orientation électrique, amoureux et passionné, a contacté Philippe Graton il y a 5 ou 6 ans pour attirer l’attention sur l’activité de Venturi. Quand on a attaqué le scénario de « Voltage », Philippe Graton repensé à sa proposition. Avec Denis Lapière, une rencontre a été organisé à Monaco. Ils ont réalisé que Venturi était en train de vivre de véritables aventures. Pas seulement en battant le record du monde de vitesse avec un moteur électrique, mais aussi avec des challenges en Antarctique, des véhicules électriques dans des conditions subarctiques, faisant des prouesses technologiques extraordinaires. Il y avait la matière pour un scénario.
Denis Lapière : “Philippe et moi essayons d’inscrire cette BD, non pas dans le présent, mais carrément dans le futur. Il faut avoir un coup d’avance. On évoque de plus en plus l’électricité comme l’avenir de l’automobile. On sent même des tiraillements chez les Vaillant avec des conflits générationnels qui couvent“.

Michel Vaillant Voltage
Michel Vaillant Voltage

Nouvelles scènes graphiques

Graphiquement, ce deuxième album explore d’autres atmosphères, presque sans scènes de circuit. L’essentiel de l’action se déroule sur le Lac Salé.
Denis Lapière précise : “Ce qui était intéressant du point de vue du scénario, c’est comment on raconte en bande dessinée l’histoire d’un bolide de 80 cm de haut qui file à 700 à l’heure sur une étendue blanche. Franchement, il n’y a rien de moins facile à mettre en scène ! Voilà un challenge pour les auteurs ! On a beaucoup sué là dessus avec Benjamin Benéteau, pour arriver à rendre ça le mieux possible. J’espère que les lecteurs seront convaincus”.
Benjamin Benéteau : “En lisant le scénario, je me suis dit que ça ne serait difficile. Je me suis heureusement rapidement rendu compte qu’autour de ce lac, il y avait des éléments graphiques qui pouvaient être intéressants. C’est à dire que je pouvais jouer sur le blanc du désert, les montagnes, des contrastes et des nuances particulière. Il y a également un travail sur les bruitages, plus proches de ceux des réacteurs d’avion. Enfin, ce scénario était une véritablement occasion d’interroger la mise en scène : trouver des plans plus intéressant pour exprimer la vitesse, les accélérations linéaires,… La palette graphique m’a permis de faire des effets spéciaux comme cette planche où j’ai intégré un effet de vibration dans le cockpit. Ce sont des innovations”.

Sources : Dupuis Edition & ActuaBD.com

Catégories :

Nous twittons, suivez-nous