Porsche 356 SL, première de cordée au Mans
24H du Mans Historique Porsche

Porsche 356 SL, première de cordée au Mans

Porsche 356 SL
Porsche 356 SL

Nous sommes encore dans la célébration du cinquantenaire de la Porsche 917 (lire ici), apparue en 1969, mais ayant remporté ses grands succès en endurance lors des deux saisons suivantes avec comme point d’orgue, les deux premières victoires de la marque allemande au 24 Heures du Mans en 1970 et 1971. Porsche annonce aujourd’hui d’une part une série de vidéos commémoratives de sa riche histoire mancelle, ainsi qu’une tournée mondiale dans les Porsche Experience Centers et sur certains évènements automobiles majeurs.

On l’a dit et répété : Le Mans est dans l’ADN même de Porsche. Rendez-vous compte : Depuis 1951, pas une seule édition des 24 Heures n’a vu l’absence d’une Porsche. Les débuts ont été modestes, mais le bilan donne le vertige : 19 victoires au classement général bien sûr, mais aussi 108 victoires de catégorie !

Si les grandes victoires ont été acquises au bout de 20 ans et à grand renfort de moyens pour la jeune entreprise, les victoires de catégorie et autres podiums ont étés glanés dès les toutes premières années et même dès la première participation !

Porsche nous présente donc dès aujourd’hui 7 modèles choisis pour illustrer cette histoire à travers différentes périodes : voici le premier de cette série de 7.

Porsche 356 SL
Porsche 356 SL

Nom : 356/2 SL “Gmünd Coupé”. Fait marquant : 1ère participation, 1ère victoire. Pour cette première participation en 1951, c’est un modèle datant de… 1948 qui est choisi.

Porsche 356 SL
Porsche 356 SL
Porsche 356 SL
Porsche 356 SL

En effet, les toutes premières Porsche 356, construites artisanalement dans une grange à Gmünd au sortir de la seconde guerre mondiale, sont en aluminium et ont pour elles une masse réduite et un avantage aérodynamique sur les voitures contemporaines made in Stuttgart.
Trois coupés Gmünd parmi les 44 premiers véhicules reçoivent donc la première préparation course (allègement) pour atteindre 640 kg et le sobriquet de “Sport Leicht”.

Porsche 356 SL
Porsche 356 SL
Porsche 356 SL
Porsche 356 SL

La puissance ne dépasse pas 50 chevaux. Deux des trois voitures seront accidentées aux essais mais la survivante, conduite par Auguste Veuillet et Edmond Mouche, fait… mouche dans la catégorie S1.1 (moins de 1100 cc) et remporte la mise avec 2840,650 km parcourus à 118,360 km/h de moyenne, pour une 20ème place au général. Performance qu’ils rééditeront à l’identique en 1952. L’histoire est lancée.

Porsche 356 SL
Porsche 356 SL
Porsche 356 SL
Porsche 356 SL

La 3ème place de l’épreuve est atteinte dès 1958 avec la 718 RSK. Il faudra 10 ans de plus pour accéder à la 2ème place du podium, avec une 907 LH puis une 908 LH. Ce délai s’explique par le changement de dimension au cours des années 60, passant de voitures de petite cylindrée à de véritables armes ultra sophistiquées, affûtées sans relâche avec comme seul objectif et obsession de Ferdinand Piëch, la gagne dans la Sarthe.

Porsche 356 SL
Porsche 356 SL

C’est en 1970 que sera atteint le graal avec la monstrueuse 917 (lire ici), avec en prime la monopolisation de tout le podium !

Relisez nos articles sur la garage de Porsche aux 24 Heures du Mans à Teloché de 1951 à 1981, ici partie 1 et ici partie 2, ainsi que le Porsche Rennsport Reunion V à Laguna Seca (ici).

Crédit photos @ Raphael Dauvergne et Porsche

Nous twittons, suivez-nous