Historique Retromobile Salon Auto

Retromobile 2019 : Sous le signe du sport avec Raphaël

Retromobile 2019 - Raphael Dauvergne

Ce n’est jamais très facile de mettre des mots sur les images des autres. Mais dans le cas présent j’avoue ne pas être mécontent de la tâche confiée par le boss, me voilà parti pour commenter les visites en images de nos envoyés spéciaux à Rétromobile, ou comment visiter un même salon, par procuration, sous 3 regards différents. Commençons avec Raphaël…

Porschiste avant tout, je suis certain que c’est la 993 GT en arrière plan qui a du attirer Raph’ sur le stand du marchand The Cultivated Collector. Mais une fois devant cette rare beauté, impossible de décoller son regard et son objectif de l’un des 20 exemplaires de route de la Mercedes CLK GTR !

 

La fin des 90’s et le championnat FIA GT, toute une époque…

 

FIA specs again, cette 993 GT toute de blanc vêtue et sans sponsor laisse apparaître une plastique de rêve ! Comme quoi les lignes dictées par la fonction ne dénaturent pas forcément la beauté originale de 993, bien au contraire même…

 

962 CR ?! WTF !! Oui c’est le moins que l’on puisse dire. Schuppan 962 CR, ou comment faire une version routière de la 962 victorieuse aux 24h du Mans.

 

La volonté de Vern Schuppan, pilote de F1 australien probablement nostalgique des 24h 1983 qu’il remporta au volant d’une 956, ne voulait pas en rester là à l’aube de sa retraite des circuits. Alors au début des années 90 il se décida à fabriquer SA 962, destinée à la route. L’histoire sera brève avec seulement 6 exemplaires produits.

 

Le Flat 6 bi-turbo de 935 développe ici 600 ch, avec 980 kg affichés sur la balance et une aéro validée dans la Hunaudières, les 370 km/h de VMax promis semblent crédibles.

 

Cette 962 de route vous semble trop aseptisée, trop éloignée de l’originale et son ADN de compétition ? Le Flat 6 c’est pour les filles vous ne jurez que par le Flat 12 ? Claudio Roddaro partage votre avis, voici sa 917K de route.

 

La déco Martini Racing lui doit beaucoup, en effet il a repris les modifications faite par le Compte Rossi qui avait homologuée une 917 pour la route en 1974 pour monter son dossier d’homologation.

 

Inutile de vous dire que les démarches n’ont pas été facile, mais elle arbore fièrement sa plaque monégasque et peut prendre la route comme n’importe quelle autre auto !

 

On reste chez Porsche avec un passage par l’expo Artcurial et cette craquante 550 A Spyder de 1957.

 

Le A derrière le 550 la différencie pour sa structure tubulaire au lieu du précédent châssis en échelle. Celle-ci sort d’une restauration parfaite et présente un état neuf incroyable.

 

Juste à côté, 5 fois moins cher mais pas forcément 5 fois moins désirable, une Carrera GT de 2006… 1900 km au compteur !

 

Miam ce rare Jaune Vitesse !

 

Suis-je le seul à voir une filiation entre les 2 Porsche sous cet angle ? 49 ans les séparent tout de même…

 

La vente “Vibration” propose une incroyable collection de lots F1, à l’image de ce casque porté par Michael Schumacher durant la saison 1999. Une idée du prix ? Estimation en 15 et 25.000 Euros !

 

Le stand Lamborghini mettait à l’honneur la Miura, avec l’unique Miura Roadster présentée au salon de Bruxelles 1968.

 

Malgré un bon accueil par le public, elle ne fut jamais produite, dommage les “retouches” apportées par Bertone lui donnait une autre allure

 

Chez Fiskens, difficile de ne pas tourner de l’œil tant les beautés se côtoient, Raph’ en homme de gout semble arrêter son choix sur cette Aston Martin DB4 Zagato

 

Comme vous pouvez vous en douter, je ne peux qu’approuver ce choix, surtout que SUA 50, le châssis 0181/L fut la voiture personnelle de Mr Zagato, Elio le fils du fondateur de la Carrosserie éponyme. Parmi ces spécificités, on remarque au premier coup les “pare-chocs” tubulaires, pas nécessairement très heureux, et surtout la prise d’air sur le capot à la place des habituelles 3 bossages.

 

Chez Tradex, un vendeur italien, c’est une belle et rare Porsche 908/2.

 

Voiture clé dans l’histoire Porsche en endurance, notamment avec son Flat-8 de 3.0 litres.

 

On change de siècle avec cette Maserati MC12 GT1

 

Déclinaison ultime d’une supercar ultra aboutie, la chose est pour le moins bestiale !

 

En parlant de bestialité, en voici 2 exemples avec le même genre d’arrière tronqué pour l’aéro.

 

Au passage vous aurez reconnu une Lancia 037 de rallye … et une CLK GTR de route. Et oui une seconde sur les moquettes du salon, incroyable !

 

Encore plus incroyable ? Retrouvez une version compétition en plus de ces 2 versions de route.

 

Finalement la version de route était presque sage à côté de celle qui donnera le premier titre en championnat FIA-GT en 1997. La suite de l’histoire avec l’aventure au Mans de la CLK GTR est à lire ici.

 

Le parfum du Mans à la fin des 90’s vous manque après avoir vu cette CLK GTR ? Un tour sur le stand du Concours d’Elégance de Chantilly devrait vous combler avec une McLaren F1 GTR longue queue !!

 

Difficile de ne pas laisser traîner ses yeux sur cette 911 classic délicieusement néo-moderne…

 

On parlait de classiques délicieuses, en voici un bel étalage chez Hodlmayr avec un duo de choc : Ferrari F40

 

Et Bugatti EB110S (lire notre article ici).

 

S pour Supersport, souvenez-vous, 355 km/h en 1992, on a été quelques uns à fantasmer sur la chose !

 

N’allez pas croire pour autant que toutes les autos présentées à Rétromobile sont raides neuves, la preuve avec cette Mercedes 300SL qui porte quelques cicatrices de sa vie passée

 

On termine cette visite sur l’épaule de Raphaël par une sélection de Formule Un.

 

Renault revient sur son riche passé en F1

 

Comme l’année dernière Richard Mille expose une magnifique sélection de McLaren

 

Une M7C-01 de 1969 avec une aéro qui se découvre encore

 

La bestiale MP4/2-01 de 1984, ex-Niki Lauda

 

Autrement plus affûtée, une MP4/13-04 de 1998, F1 avec laquelle Mika Hakkinen remporte le 1er de ses 2 titres de Champion du Monde

 

Last but not least comme dirait Eddie Jordan, la Jordan F1 de la saison 1993, pilotée par Thierry Boutsen et Rubens Barrichello, une belle monoplace qui ne marqua que 3 points durant la saison.

 

Crédit photos @ Raphaël Dauvergne