Tour Auto 2018 : Journal de bord de Jean-Pierre Lajournade | AUTOMOTIV PRESS
Historique Sport Auto Tour Auto

Tour Auto 2018 : Journal de bord de Jean-Pierre Lajournade

Tour Auto 2018 - Jaguar Type-E - Joris Clerc ©
Tour Auto 2018 - Jaguar Type-E - Joris Clerc ©

Deux semaines après l’arrivée du Tour Auto 2018, Jean-Pierre Lajournade nous a confié son journal de bord. Il ne cache pas sa déception de finir cette édition à la 30ème place alors qu’il a toujours été aux avant postes, mais le sport auto est ainsi fait. Il faut penser ses blessures et regarder vers la prochaine course, qui sera Le Mans Classic avec sa Jaguar Type E.

AutomotivPress : “Jean-Pierre, comment se passe cet première journée du Tour Auto 2018 ?”
Jean-Pierre Lajournade : “Avec le numéro 201 nous partons le premier du plateau 4. La route est sèche, mais à mi-spéciale dans une courbe droite insignifiante je pars dans le bas côté, la voiture se couche dans le fossé, elle en ressort et par miracle après plusieurs zig zag sur la route, j’arrive à la remettre en ligne et nous voila sur la route pour en terminer. Le Tour Auto a failli s’arrêter là, on a laissé une poignée de secondes dans l’opération. Nous réalisons le 4eme temps à 2 secondes de Caron et sa Cobra. Le meilleur temps est réalisé par la GT40 de Cottingham/Smith, les vainqueurs de l’an dernier. Le deuxième temps par une surprenante Type E anglaise de JD Classics aux mains de Cris Ward.”

Tour Auto 2018 - Jaguar Type-E - Joris Clerc ©
Tour Auto 2018 – Jaguar Type-E – Joris Clerc ©

AP : “Quelle remontée de Cris Ward !…”
JPL : “Il avait le numéro 239, donc parti 39ème. Je vais pendant un moment croire à une erreur de chronométrage. Nous retrouvons l’assistance à la sortie de la spéciale et ils constatent que j’ai arraché une écope de refroidissement de pont, l’autre est pleine de terre. Léger nettoyage et nous quittons l’ES1 pour diriger vers le circuit de Dijon Prenois.”

AP : “Sur le circuit de Dijon-Prenois, comment ça se passe pour toi ?”
JPL : “Les essais se passent bien, je fais le 4ème temps. La GT 40 fait le meilleur temps, devant la Type E anglaise N°239, une l’AC Cobra de l’allemand Ellerbrock. Caron et son AC Cobra sont les premières victimes de la course. Son joint de culasse le lâche, il rentre au stand pour mesurer l’étendue des dégâts, il partira de la dernière ligne. Il fera sa course malgré tout mais à petite vitesse et perdra 1’57’’ sur le leader et 1’15’’ sur nous. Ce n’est pas fini pour lui mais vu son type de panne ça n’ira certainement pas loin. Je fais ma course et le classement final est conforme à la grille de départ, je finis 4ème. La surprise au niveau de la Type E anglaise se confirme et elle finit 2eme à 25 secondes de la GT40 et me colle 17 secondes en 8 tours soit plus de 2 secondes au tour. Nous sommes 3ème au classement général…”

Tour Auto 2018 étape 1, Paris - Besançon

Tour Auto 2018 étape 1, Paris - Besançon

AP : “Que t’arrive t il à Besançon, au soir du premier jour ?”
JPL : “Tout le paddock parle de la Type E N°239 de JD Classics pilotée par Ward et tout le monde est surpris par son bruit et ses accélérations. Les commissaires techniques sont interpellés et une vérification technique va être faite. En pareil cas, la voiture « douteuse » est contrôlée mais d’autres identiques aussi. Les commissaires techniques viennent consulter notre fiche d’assistance et constatent que je dois terminer à 21 h 02. Ils m’informent que je dois me tenir sur place pour un contrôle à 21 h 02 sans la nécessité que mes mécaniciens soient là. Lorsqu’ils arrivent à 21 h 15, vu qu’ils viennent de terminer le contrôle de la 239, le contrôle initialement prévu est beaucoup plus important. Donc, avec la collaboration de mon équipe, ils me contrôlent la cylindrée (course, alésage), l’allumage, les freins, le matériaux moteur, le matériaux caisse et ouvrants. Je suis reconnu conforme tout comme la Type E de Jean Marc Rivet Fusil, elle aussi contrôlée et préparée chez Welch en Angleterre comme moi. Par contre nous comprenons très vite que la Type E n°239 est très loin de la conformité : Bloc moteur en aluminium, cylindrée non conforme 4.7L, freins aluminium, matériaux caisse non conformes, etc…”

AP : “Deuxième jour, un circuit et 2 ES, c’est tendu au classement ?”
JPL : “Le classement est publié au départ, les pénalités sont attribuées, comme par exemple à Caron qui a pointé en retard suite à sa panne. En se dirigeant vers la 1ère ES, à Levier, second accro pour nous. C’est un chemin communal, à travers la forêt. Tout se passe bien et d’un seul coup sur un grand gauche insignifiant je sens la voiture « talonner », la voiture se déporte vers la droite, la roue arrière droite part dans la gravette. La sanction est immédiate, c’est la sortie de route. En regardant les autres voitures on les voit bien talonner aussi. J’ai certainement fait l’erreur de garder le de mes suspensions en pluie. J’étais trop souple ce qui a facilité le « talonnage ». Une fois que nous nous sommes trouvés dans le champ après couché 30 mètres de clôture, Christophe me crie : « vite repart, ça roule… ». Effectivement nous avons pu rejoindre la route et terminer l’ES. Nous finissons 17ème et laissons environ 30 secondes dans l’affaire. La voiture est marquée de partout, le devant, derrière et côté droit mais aucun élément de direction ou suspension n’est atteint.”

AP : “Au final, tu n’as pas été trop pénalisé ?”
JPL : “Comme si ça ne suffisait pas sitôt repartis après l’ES, Christophe s’aperçoit que son téléphone n’était plus dans la contre-porte. En effet, dans le tête à queue, sa porte s’est ouverte et le téléphone s’est envolé. Sur le routier, nous nous arrêtons, j’appelle les relations concurrents pour leur demander, s’il peuvent, après la course, envoyer quelqu’un afin d’essayer de retrouver le téléphone.
Vu les 30 mètres de clôture couchés l’endroit était facilement repérable. Il fallait, malgré tout, retrouver le téléphone dans le champ. Et bien, ils ont retrouvé le téléphone, la voiture balai l’a ramené et à 20 heures un commissaire viendra nous le restituer dans le parc fermé à Megève !”

Tour Auto 2018 étape 2, Besançon - Megève

AP : “Sur le circuit de Bresse, tu restes dans le top 5…”
JPL : “Comme la grille de départ est constituée d’après le meilleur du circuit d’avant, je me retrouve en deuxième ligne, 4ème temps. Une course où je vais commencer à gérer. Je ne peux rien faire d’autre d’autant plus que la sortie dans les champs m’a un peu refroidi.
Je finirai 5ème, en laissant passer Caron qui est revenu en course après une réparation dans la nuit de son joint de culasse. Vu les pénalités dont il a écopé, c’est fini pour lui, ce n’est plus un concurrent pour nous. Cependant, je ne sais pour quelle raison si ce n’est celle de me faire perdre du temps pour favoriser une autre Cobra, il me bouchonne pendant les trois tours restant. J’évite aussi de me faire sortir par la Cobra 206, un peu trop téméraire à mon goût. Il viendra s’excuser après… mais bon…”

AP : “L’ES suivante ne va pas te réussir plus que les autres…”
JPL : “Nous y arrivons vers 16 h 30. Dans cette ES, je n’y comprends rien, la route est défoncée, ça cogne de partout, je n’arrive pas à rouler et affront ultime, la GT40 qui était partie 1 minutes derrière nous, nous rattrape, je la laisse passer et il m’est impossible de la suivre. Je ferai un temps minable, 15ème… Je l’explique par le fait que notre Type E qui est réglée très dure, mais quand même… Malgré tous nos déboires, nous sommes 5ème au classement général. Devant il y a la GT40, la Type E 239, la Cobra 206 qui n’arrivera pas à Megève, classée mais pas au départ le lendemain et la Lotus Elan du Suisse Favaro qui a fait un superbe temps dans l’ES ou je me suis traîné. Il est à 12 secondes devant mais vu les circuits qui arrivent, ça ne m’inquiète pas trop.”

AP : “3ème jour et ça ne commence pas fort pour toi…”
JPL : “Le départ est fixé à 7 h 30. Nous nous rendons au parc de départ sans aucune appréhension. Et là, les vrais ennuis commencent, la voiture ne veut pas démarrer, pas d’allumage… Normalement nous n’avons pas le droit d’intervenir sur la voiture. Si les mécaniciens interviennent c’est la pénalité. Nous n’avons pas le choix, Dominique et Jacky interviennent, un commissaire arrive et constate. Nous passons un accord, il note ce que l’on fait et il verra ensuite avec la direction de course. Finalement au bout de 30 minutes la voiture tousse, elle démarre, nous franchissons la ligne de départ, Dominique et Jacky changent l’allumeur et ça roule. Nous arrivons malgré tout à l’heure au départ de l’ES 6 à 60 km de Megève.”

Tour Auto 2018 - Jaguar Type-E - Joris Clerc ©
Tour Auto 2018 – Jaguar Type-E – Joris Clerc ©

AP : “Cette ES 6 est un terrain connu pour toi ?”
JPL : “Belle ES toute en montée, nous l’avions déjà faite en 2014. Nous faisons le 5ème temps. Favaro et sa Lotus Elan font une nouvelle performance. Au classement général nous sommes 4ème. La GT40 et la Type E 239 continuent de creuser l’écart, la Lotus Elan est devant nous pour 19 secondes. Nous filons vers Saint Nazaire le Désert pour l’ES mythique du Rallye de Monte Carlo. Après une longue attente cette ES sera annulée car l’ouvreur en BMW M5 s’est sorti gravement. L’équipage a du être héliporté. Les ES sont ouvertes par trois voitures BMW M5. Deux sont aux mains des anciens champions que sont François Chatriot et Ari Vatanen, la troisième est confiée à un pilote local. Il a voulu faire le malin pour se comparer son temps à Chatriot et Vatanen et il s’est sorti violemment.”

Tour Auto 2018 - Kevin Goudin
Tour Auto 2018 – Kevin Goudin

AP : “Comment ça se passe à Ledenon ?”
JPL : “Je n’ai pas bien ce circuit en tête, il est très compliqué, plein de montées et descentes borgnes. Je m’applique pendant les essais à prendre mes repères. Je suis en deuxième ligne à côté de Frédéric Jousset et son AC Cobra. C’est un garçon assez impulsif et au départ au premier virage, il me tasse sur le bas-côté, je suis obligé de lever le pied, ensuite il est plus lent que moi et me gêne. J’essaye de le passer dans un freinage et comme il me tasse une nouvelle fois, je saute sur un vibreur, et là d’un seul coup, plus de son, plus d’image, la voiture s’arrête je ne pourrai plus repartir, je n’ai plus d’allumage. C’est fini, je suis rangé sur le bas côté. Le Tour Auto est fini pour nous au niveau du classement général. La course continue et pour la première fois nous allons courir pour le fun, plus d’enjeu mais quand on est en compétition il n’y a pas de demi mesure, nous allons continuer comme si de rien n’était. La pénalité qui nous pendait au nez suite à l’intervention dans le parc le matin peut tomber, ça n’a plus d’importance. “

AP : “ES suivante au pied du Mont Ventoux, La Gabelle, tu fais le 3ème chrono !”
JPL : “Je reconnais bien cette ES puisque je nous l’avons faite en 2014 lors du Rallye Orange Ventoux et j’avais cassé mon moteur à l’arrivée donc souvenir intact. Nous ferons le 3ème temps. La GT40 commence à assurer, la Type E 239 fait le scratch et nous colle 20 secondes en 9 km alors qu’il ne connait pas la route contrairement à nous. Nous faisons mieux que la Lotus Elan de Favaro de 18 secondes.”

AP : “10ème ES, le circuit Paul Ricard, comment tu l’abordes ?”
JPL : “Comme je n’ai pas fini la course de Lédenon je pars en dernière ligne. Je n’aime pas trop le Paul Ricard. Au départ les voitures dans les dernières lignes se traînent et comme je ne peux accélérer et les doubler qu’après la ligne de départ je ronge mon frein et je vois les voitures de devant s’échapper. Malgré tout dans le premier tour, je doublerai 12 voitures, puis je remonte petit à petit en doublant les deux Lotus Elan de Kohler et Favaro. Pas de doute l’Elan sur les grands circuits est très pénalisée. Je finirai 4ème, malgré un petit tête à queue sans conséquences. L’équipe est contente et moi aussi mais je n’ai pas forcé plus que ça, je me suis appliqué. Un événement est à noter, la Type E 239 est tombée en panne…”

AP : “Ça fait du bien au moral pour l’ES suivante, non ?”
JPL : “Tout va bien et nous ferons le 3ème temps derrière la GT40 et une Porsche 2L.”

Tour Auto 2018 étape 3, Megève - Avignon
Tour Auto 2018

AP : “Dernier jour avec 3 ES mythiques dans l’arrière pays Niçois…”
JPL : “Départ à 10 h Et là c’est la surprise, la TYPE E 239 est là. En fait il avait cassé son pied d’allumeur. Bien que loin au classement général, comme nous, il continue et s’adjugera les trois meilleurs temps des trois dernières ES… L’ES 12 est belle, toute en montée, nous faisons le 3ème temps derrière cette Type E 239 et la GT40. A l’ES 13, petit souci, je tape un rail en bois qui borde la route. Je roule toujours en visant toujours le sol et je mets la roue toujours au bord de la route. Or le rail est constitué d’un billon de bois vertical planté au bord du goudron. Mais le billon horizontal qui fait office de rail, empiète sur la route et donc c’est 15 cm qui manquent. Dans un virage à droite, je serre à droite en visant le bord de la route, mais je tape le billon horizontal avec le côté droit de la voiture qui était déjà bien chiffonné lors de la sortie dans le champ. Je ferai le 7ème temps.”

AP : “Et puis coup de théâtre !?”
JPL : “A la fin de l’ES, grosse surprise, la GT40 qui partait juste derrière nous, arrive au ralenti. Il vient de casser sa boite de vitesses. Il se traîne, on croisera son camion d’assistance et c’est fini pour lui. Comme quoi rien n’est jamais joué… Finir avec le Turini c’est le « pied ». Au départ dans le parc d’attente, tout le monde se relâche un peu, les jeux sont faits et donc il n’y a rien à gagner pour personne. Favaro est juste derrière moi au départ et je lui dis : « Ne fais pas le con ! tu as gagné le Tour Auto ! ». Il n’ose y croire et pense que la GT 40 va réparer, c’est impossible et je lui confirme qu’avec la boite cassée il ne sera pas là. Dans cette ES, il attaquera comme un diable, fera le deuxième temps derrière la Type E 239 et nous faisons le 3ème temps. Favaro nous colle 13 secondes. Le garçon descendra de l’auto en criant : « Yes ! je me suis régalé… » Il n’a pas encore réalisé qu’il était le vainqueur de ce Tour Auto 2018.”
JPL : “Nous finissons 30ème , ce qui ne veut pas dire grand-chose si ce n’est que sur la centaine de voitures en VHC en plateau 3 et 4 se battant pour la victoire finale, seulement un vingtaine sont arrivées au bout sans incident et sans pénalités, c’est dire la difficulté de l’épreuve.”

Tour Auto 2018 étape 4, Avignon - Aix en Provence
Tour Auto 2018

AP : “Tes conclusions sur ce Tour Auto 2018 ?”
JPL : “On va oublier ce Tour Auto 2018. Nous avons perdu ce Tour Auto, lors de la panne de Megève et mis un point final à Lédenon. Personne n’est responsable et la vraie raison de la panne nous ne la connaissons pas de façon certaine. Ma plus belle satisfaction c’est de voir Raphaël Favaro gagner avec une Lotus Elan. Le garçon est Suisse, il a la quarantaine, gentil comme tout, pas un sous de malice. Il fait son assistance lui-même avec un copain qui le suit avec un seul camion. Bien que concessionnaire Alfa Jeep en Suisse, il a reconstruit sa voiture tout seul. Sa Lotus est magnifique et il conduit très bien et très vite. Comme je lui ai dit à l’arrivée et au micro, puisque nous étions ensemble, je suis fier de le voir me succéder en tant que vainqueur en Lotus Elan. Il a le bon état d’esprit et sa victoire il la mérite.”

Crédit photos @ Joris Clerc, Kevin Goudin, News d’Anciennes, Peter Auto/Tour Auto

A propos de l'auteur

Yvan T. (@Yvan_111)

Yvan T. (@Yvan_111)

1 commentaire

Cliquer ici pour poster votre commentaire

  • Jean Pierre, MERCI pour ces mots…qui valent pour moi bien plus qu’un bout de bois….
    Raphaël#211

Catégories :

Nous twittons, suivez-nous