Actualité Historique

Les trésors de la Gombe aux enchères : vente de la collection Gérard Gombert

Les trésors de la Gombe
Les trésors de la Gombe

“C’est l’histoire d’un mec, aurait dit son ami Coluche. Moi je dirais d’un homme libre. C’est aussi l’histoire d’une époque, et une histoire d’émotion, celle qui vous saisit quand on pénètre dans «l’Hacienda». Sur la vie et la passion de Gérard Gombert tout a été dit, par ceux qui l’ont bien connu, Gilles Valérian et Benoît Boulanger que je remercie. Mais sur son œuvre le regard est plus incertain. Était-il le “Facteur Cheval” de l’automobile de collection, un psychopathe pris du délire de l’accumulation ou un artiste contemporain dont l’installation serait digne de figurer à la FIAC. Comment cet homme qui aimait tant la vie a-t-il pu laisser pourrir les objets de son désir ? Il devait penser avec raison que les ravages du temps n’ont pas les mêmes effets sur les hommes que sur les automobiles et que si sa résurrection à lui était compromise, celle de ses chères autos ne l’était pas du tout. Il s’était ainsi laissé pénétrer peu à peu par cette ambiance mélancolique, née de l’envahissement irrémédiable des tôles par la nature, du mariage des ronces et de la mécanique et de l’atmosphère poétique et mystérieuse qui s’en dégage.”

Les trésors de la Gombe
Les trésors de la Gombe

Voici comment Jean-Pierre Osenat, patron de la maison de vente aux enchères du même, présente Gérard Gombert, mieux connu sous le nom de “La Gombe”, dont la collection pour le moins atypique sera dispersée le 10 novembre prochain sous son marteau.

La Gombe fut un véritable personnage du sud, en partie pour ses performances en tant que pilote moto, puis pour son activité d’entretien, préparation et réparation de voitures sportives. Rapidement il se fait spécialiste des autos en fibres, ayant un talent particulier pour cette matière, et plus particulièrement des Alpines et Lotus Elan. Après un premier atelier à Antibes, il déménage près de Fayence sur une grande propriété lui permettant d’héberger nombre d’autos, à l’abri mais également à l’extérieur.

Les trésors de la Gombe
Les trésors de la Gombe

Finalement un peu en marge avec la société, La Gombe s’enfermera dans cette époque qu’il a tant appréciée, refusant toute proposition de sauvetage des belles endormies chez lui se dégradant au fil des années. Disparu en Avril dernier, l’ensemble de sa propriété est maintenant dispersée aux enchères et mettant à jour les trésors qu’il ne partageait qu’avec des visiteurs n’ayant pas l’intention de lui proposer une quelconque transaction.

Impossible de ne pas penser à la Collection Baillon qui a défrayé les chroniques lors de Rétromobile 2015, si l’état des voitures et similaire, leur rareté l’est presque autant mais celle-ci sont bien moins anciennes. Les prix devraient donc moins s’envoler mais nul doute qu’il y aura quelques belles affaires à faire pour qui aura le courage d’entamer une restauration certainement titanesque !

Voici une petite sélection des pépites qui seront en vente le 10 Novembre prochain à 14h00. On commence avec certainement la plus surprenante l’Alpine A210 prototype des 24h du Mans 1967 qui participera à l’épreuve mancelle encore les 2 années suivantes. A restaurer complètement, elle est estimée à 80.000 €, presque raisonnable pour un morceau de l’histoire Alpine et l’une des 9 A210 produite. A noter qu’il s’agit certainement de la seule A210 immatriculée puisque La Gombe, aidé par quelques connaissances, avait obtenu une carte grise pour pouvoir se rendre par la route jusqu’au Paul Ricard avec !

Les trésors de la Gombe
Les trésors de la Gombe

Parmi les très nombreuses Alpine accumulée, une A106 de 1957, premier modèle de l’histoire Alpine basé sur un châssis de 4cv. Plutôt incomplète et modifiée, la mise à prix de 1.000 € devrait être largement dépassée !

Les trésors de la Gombe
Les trésors de la Gombe

Une A110 cabriolet, voilà une auto rare qu’on voit peu fréquemment. Et pour cause puisqu’il n’y en a eu que 20 de produites … dont 2 seront à vendre à l’Hacienda à 6.000 €.

Les trésors de la Gombe
Les trésors de la Gombe

Mais n’allez pas croire qu’il n’y a que des Alpine, la preuve avec un arrière de Miura avec son V12 transversal en état de décomposition avancé… Mis à prix à 20.000 €, difficile d’imaginer ce qu’il pourra devenir.

Les trésors de la Gombe
Les trésors de la Gombe

Autre morceau de l’histoire automobile, une AC Bristol avec un passé riche puisque sa première propriétaire ne fut autre que Françoise Sagan en 1958 !

Les trésors de la Gombe
Les trésors de la Gombe

Pour voir l’ensemble des lots incroyables mis en vente, rendez-vous sur le site Osenat qui présente de belles photos dans cette atmosphère presque dérangeant. La visite des lieux sera possible les mardi 8 et mercredi 9 novembre, précédant la vente du jeudi, 10h30 pour les objets automobilia et 14h00 pour les voitures.

Une page se tourne puisque l’histoire de La Gombe sera véritablement terminée, espérons que ces autos continuent d’avoir une vie incroyable mais un peu plus active que celles de ces longues dernières années…

Les trésors de la Gombe
Les trésors de la Gombe
Les trésors de la Gombe
Les trésors de la Gombe

Source : CP Osenat

Catégories :

Nous twittons, suivez-nous