Actualité Morgan

Visite de l’usine Morgan – Malvern Link

Visite de l'usine Morgan
Visite de l'usine Morgan

Henry Fredrick Stanley Morgan est né en 1881 dans le Kent en Angleterre et grandit avec les débuts de la voiture « auto-mobile » qui prend doucement mais surement le pas sur l’hypo-mobile. Alors qu’il finit son apprentissage en tant qu’ingénieur dans la compagnie national du rail anglaise, il développe encore plus son gout et son attirance pour la mécanique automobile puisqu’il acquière sa première voiture en 1902, la seconde en 1904. Il quitte le monde à vapeur et les rails en 1905 pour s’installer dans un petit garage à Malvern Link pour répondre aux besoins naissant de maintenance automobile. Il devient alors distributeur, on ne pas vraiment parler de concessionnaire encore, pour les marques Darracq, Wolseley, Siddeley et Rover. Fasciné par ce nouveau mode de déplacement, il met en place un service d’omnibus autour de Malvern Link, une première dans le pays, qui fera et fait encore, bien des émules.

C’est donc assez naturellement qu’en 1909 il se penche sur la réalisation d’un engin de sa propre conception. L’idée est simple, un moteur de motocyclette Peugeot monté à l’avant d’un véhicule léger à 3 roues. Le résultat est au rendez-vous avec un engin ultra léger et sportif, destiné à son usage personnel.
Vu les réactions positives, Morgan Motor Company est créé dans la foulée, avec l’idée de pouvoir construire quelques 3-wheelers et les commercialiser. La suite est logique, le modèle se développe, devient un 2 places et touche un plus large public avec des motorisations variées, plus ou moins puissante. En parallèle les Morgan se font connaitre dans la compétition automobile avec un palmarès grandissant d’année en année.

Après quelques essais et développements, c’est au salon de Londres 1936 qu’est présenté la Morgan 4-4, pour 4 roues et 4 cylindres. La recette est simple, un châssis en acier, une armature en frêne habillée d’aluminium et un moteur de grande série. La voiture évolue assez peu et se contente de changer de motorisation au fil des développements des plus grands constructeurs anglais. En 1959, Sir HFS meurt, mais la passion demeure puisque son fils Peter prend sa suite à la tête de la société. Si on fait abstraction de la tentative Plus 4 Plus en 1963, il faut attendre les années 90 et l’essoufflement des ventes pour voir la gamme évoluer avec l’introduction d’un nouveau modèle, au design modernisé mais conservant les gènes Morgan : l’Aero 8. En 2003, la nouvelle génération, Charles, le fils de Peter et donc le petit fils de FHS, prend les commandes de l’entreprise … familiale !

Et quand on dit que l’histoire se répète, c’est le moins qu’on puisse dire, puisqu’en 2010, l’année des 101 ans du constructeur automobile, un nouveau modèle s’ajoute au catalogue : le 3-wheeler. Et oui, la version moderne du concept qui a vu la création de l’entreprise.
Les principes de fabrication restent les mêmes, la Plus 4 est toujours au catalogue fabriquée de la même façon ou presque qu’en 1936. Vous imaginez alors très bien qu’une visite de « l’usine » Morgan, dans les mêmes bâtiments de Malvern Link que ceux dans lesquels s’est installée FHS est un véritable voyage dans le temps… Embarquez avec nous dans la DeLorean, voyage dans le temps garanti !

Après une agréable nuit, on part de Bristol et sa belle gare !

Arrivée à Malvern Link, la gare est plus, enfin moins … vaste !

Pas de doute, nous sommes dans le bon village, la couleur est annoncée…

Et voila l’objet de notre visite : Morgan Motor Company !

Dehors dans un coin de parking, la dernière AéroCoupé pose aux cotés d’une Plus 8 dans une magnifique livrée rouge

Une voiture de service qui a du look !

Au passage une porte entrouverte qui donne envie d’en voir plus, ça arrive patience !

Et une autre, qui confirme encore plus cette envie !

Le premier bâtiment construit ici, et qui n’a pas changé, au fond a gauche le bureau du directeur des lieux Mr FHS, Peter et maintenant Charles

Une des rares 26 Plus 4 Plus construites, élégante, elle n’a pas su trouver sa clientèle…

Et y’a quoi derrière ? Les autos terminées en attente de livraison. Nous y reviendrons plus tard…

Pour aller dans l’ordre, on commence par l’atelier châssis, un peu plus de 10h en partant de là pour arriver à un châssis qui roule, prêt à être habillé…

Et là un châssis d’Aéro, en alu collé, là c’est 4 jours et demi pour l’assemblage… Celui qui commence l’assemblage le termine !

Une fois le châssis roulant, il faut l’habiller, on passe à la menuiserie !

Avec quelques éléments standards d’avance

Il manque l’odeur à la photo, on l’imagine mais elle rajoute une touche exquise !

Comme le châssis, chaque “caisse” est fabriquée par une seule et même personne qui la réalise de A à Z…

Celle-ci en est plutôt au commencement…

Le moule des supports d’aile AR, 3 fines et souples lames de frêne collées entre elle qui durcissent en séchant

Ils ont du en voir passer quelques unes des ailes arrière cet établi et ce moule !! Peût-etre en service depuis 1936…

Là on est pas loin de la fin…

Il faut ensuite habiller d’alu cette superstructure boisée

6 postes de travail, pareil, la encore 1 seule et même personne réalise l’ensemble de la partie alu

On part d’une fine feuille d’alu, découpe, formage, ajustage, c’est beau on est plein dans le savoir faire !

Tout est fait à la main, aucun doute là dessus

Détail du support de roue de secours et des renforts de la partie arrière

Après la caisse, il y a les ouvrant, ici un capot est en train de se former et plier

Quelques ailes longues prêtes à être à montées

Et quelques voitures en cours

Là encore, celui qui commence une auto la fini

Ajustements et finition sur place

Le faisceau électrique reste réduit à sa plus simple expression, Lucas prince des ténebres n’aura qu’a bien se tenir !

Et quelques caisses qui attendent de rejoindre leur châssis

C’est beauuuuuu !

Il y en a pas mal en cours, prêtes à partir de l’autre coté de la cour, dans l’atelier peinture et assemblage final

Il faudrait la laisser comme ça, a l’état brut ou presque !

Au détour d’une allée, une caisse d’Aéro qui traine…

Pour passer en peinture, les ouvrants et les ailes sont démontés, espérons qu’ils soient bien identifiés vu les efforts d’ajustement dans le précédent atelier

Puis le montage final se fait, carrosserie, intérieur, accessoires…

Là aussi, tout est fait à la main, pas ou peu de machine

Dernier détail dans la Finishing Bay

A des stades plus ou moins avancés sans vraiment de logique, mais la fin et les essais routiers sont proches

Un écrou de roue qui ne sortira pas de l’usine, c’est dommage il est magnifique et son vécu est palpable !

Et nous voilà dans le hall de voitures finies prêtes à partir, le choix des couleurs et motorisations est vaste…

Mais il n’y a pas que des Plus 4 et Aéro dans l’usine

Il y a aussi le si désirable Three-Wheeler qui depuis 4 ans fait figure d’ORNI dans le paysage automobile

La série spéciale SuperDry, je suis fan du flanc orange

Et le petit atelier d’assemblage

Dimensionné pour 150 véhicules par an, il faut en produire maintenant bien plus, le carnet de commande déborde et les délais s’allongent…

Le fameux moteur S&S de 1,9 laccouplé a sa boite de Mazda MX-5

Celui-ci est presque roulant et bientôt terminé

Un peu plus de boulot à fournir pour celui là

Et comme pour les autres, l’assemblage se fait par une seule et même personne, du début jusqu’à l’essai routier !

Avec les peintures de guerre, le look absolument abouti

Et pour finir un p’tit tour au musée et oui en 1957 tout était déjà là depuis longtemps, la ligne de la voiture, les bâtiments, l’ambiance…

Le Three-Wheeler, l’expérience chez Morgan depuis 1909 !

Une reconstitution du bureau Peter Morgan, le père de Charles et le fils de FHS

Crédit photos @ Ambroise Brosselin

A propos de l'auteur

Ambroise Brosselin

Ambroise Brosselin

6 commentaires

Cliquer ici pour poster votre commentaire

  • A l’attention de M ou Mme Picard:

    La mienne, deuxième main, est d’avril 2009 et porte le n° 697.
    Je l’utilise peu (17 0000 KM) mais c’est toujours un plaisir. Un autre monde.

  • Bonjour Jean-Luc,

    Nous pouvons vous conseiller de vous rapprocher du Club Morgan France ( http://www.morganclubdefrance.fr/ ) ou encore de l’importateur français que vous devez connaitre (Mr Mahul : http://www.morganfrance.com/ ).
    Les communautés Morgan sont actives en France, il existe même certains clubs régionaux, même si les Aéro 8 sont moins répandues nul doute que vous allez trouver d’autres propriétaires pour partager votre passion et échanger sur ce passionnant sujet !

  • Depuis décembre 2012 je possède une aéro 8 d’avril 2009, j’aimerai pouvoir échanger avec un propriétaire d’aéro 8 (série 3 si possible) pour quelques infos.

Catégories :

Nous twittons, suivez-nous