24H du Mans Actualité Sport Auto

24 Heures du Mans 2017 en vidéos : Porsche, Jackie Chan DC Racing, Aston Martin, Ferrari…

24 Heures du Mans 2017 - Raphael Dauvergne
24 Heures du Mans 2017 - Raphael Dauvergne

Le Mans reste une course incroyable et chaque édition réserve son lot de surprises. Cette 85ème édition n’a pas failli à la règle, avec “la possible victoire d’une voiture de seconde catégorie” comme disent les médias généralistes, c’est à dire une LMP2. Mais Porsche réussi le tour de force de rafler la mise en remportant une 19ème victoire dans l’épreuve sarthoise, qui restera dans les annales, avec la 919 Hybrid n°2 (Bernhard/Bamber/Hartley) qui était classée 50ème à mi-course ! La marque allemande réussi le “Hat Trick” en s’imposant en 2015, 2016 et 2017 au grand dam de Toyota qui aura tout tenté et joué de malchance, malgré des TS050 Hybride bien plus performantes que les Porsche, mais moins endurantes. Derrière la seule LMP1-H rescapée (!), c’est l’équipe sino-américaine Jackie Chan DC Racing qui placent ses deux Oreca 07-Gibson LMP2 sur le podium, 2ème (Jarvis/Laurent/Tung) et 3ème (Cheng/Gommendy/Brundle) au classement général après la disqualification de la Vaillante Rebellion n°13. Le Jota Sport qui accompagne le Jackie Chan DC Racing cette année – en Championnat du Monde d’Endurance FIA WEC – a réalisé le hold-up du siècle. Dingue !

Porsche (très) chanceux et/ou Toyota (très) malchanceux

Très dominatrices aux essais, les trois Toyota TS050 Hybrid annonçaient la couleur aux deux Porsche 919 Hybrid, qui dès le départ donné se sont révélées moins en retrait qu’on l’imaginait. Cependant, les protos allemands ont été les premiers à connaitre des problèmes. En début de soirée, la 919 n°2 de Bernhard/Bamber/Hartley doit rentrer au stand pour un soucis d’hybridation sur le train avant. Elle repart 55ème, ne laissant espérer qu’un anonyme résultat, mais au final, son trio de pilote n’a cessé de remonter pour s’installer définitivement en tête peu avant la dernière heure de course ! La voiture sœur, la n°1 de Jani/Lotterer/Tandy, alors en tête de course, a connu une défaillance de pression d’huile en fin de matinée dans les Hunaudières, laissant échapper la victoire.

Malédiction dans le camp japonais, dès 23h00 la TS050 Hybrid n°8 de Buemi/Davidson/Nakajima a été ralentie par un problème sur le système hybride, plongeant le trio dans les profondeurs du classement, pour finalement remonter dans le top 10. Elle se classera à la 7ème place. Humiliant. A 1h00 du matin dimanche, à la 10ème heures de course, Toyota perd en 20 minutes ses deux protos de tête. La n°7 du poleman Kamui Kobayashi s’est arrêtée en bord de piste suite à un souci d’embrayage et quelques minutes plus tard, la n°9 de Nicolas Lapierre se fait percuter par une LMP2 au bout de la ligne droite des stands. Aucune des deux voitures ne pourra repartir et regagner le garage dans la pitlane.

Hold-up de Jackie Chan DC Racing !

Le Jackie Chan DC Racing (DC pour David Cheng) a marqué cette 85ème édition des 24 Heures du Mans, en faisant taire de nombreuses critiques. Ancien client de Signatech-Alpine en 2016 (A460b n°35), c’est vers le Jota Sport que l’équipe sino-américaine s’est tournée cette année pour assurer une supervision technique et engager deux Oreca 07-Gibson, n°38 (Jarvis/Laurent/Tung) et n°37 (Brundle/Cheng/Gommendy). Le Jota Sport a une grande expérience de l’Endurance que cela soit en GT, ELMS ou WEC. En 2007, Simon Dolan (gentleman driver) reprend Jota Sport, une filiale de la société aéronautique Jota Aviation (dans laquelle il était investisseur), spécialisée dans le sport automobile. Jota Sport deviendra rapidement partenaire du constructeur Zytek et également partenaire officiel d’Aston Martin. En 2016, Jota Sport est engagé en Championnat du Monde d’Endurance FIA WEC avec une Oreca 05 et en European le Mans Series avec une Gibson 015S, sous la bannière du G-Drive Racing, pour qui elle assure la gestion technique. Pour l’équipe du Jackie Chan DC Racing dirigée par Sam Hignett et managée par Rémy Brouard, ce fut le sans faute au Mans. Les pilotes de la n°38 ont été impeccable, Oliver Jarvis et Ho-Pin Tung, et la jeune “rookie” français de 19 ans, champion du monde de karting venant du LMP3, Thomas Laurent a été exceptionnel. Le trio de la voiture sœur n°38 a été également parfait, David Cheng n’ayant pas à rougir parmi les autres pilotes LMP2. Au final, les deux voitures du team sino-américain trustent le podium aux côtés de la Porsche n°2.

Signatech-Alpine est passé tout près de la 3ème place au classement général suite à la défaillance de freins qu’a rencontré Andre Negrão, à 40 minutes de la fin. Vraiment dommage. Peu à la fête lors des essais, les Ligier JS P217 et Dallara P217 s’en tirent finalement avec les honneurs. Le châssis français promu par Onroak Automotive (Jacques Nicolet) se classe 5ème avec le United Autosports, n°32 (Albuquerque/Owen/De Sadeleer) et le châssis italien décroche la 8ème place avec le Cetilar Villorba Corse, dont c’était la première participation au Mans, n°47. Entre les deux on trouve les Oreca 07 du Graff, n°40 (Allen/Bradley/Matelli) et du CEFC Manor TRS Racing, n°24 (Graves/Hirschi/Vergne). L’Oreca 07 n°26 du G-Drive Racing part à la faute dans l’heure du début de course.

Sur le fil, Aston Martin arrache le LMGTE Pro face à Corvette

Les émois et remous de l’édition 2016 du LMGTE Pro sont oubliés, la BOP (Balance de Performance) ayant rééquilibrée les forces en présence. Suite aux qualifications, les Porsche 911 RSR se sont vues “allégées” de 8 kg pour revenir au niveau des autres voitures, avec ces conditions météo très chaudes. Les cinq marques présentes Aston Martin, Corvette, Ferrari, Ford et Porsche se sont battues comme des lionnes pendant un sprint mémorable qui a duré 24 heures. 6 heures avant l’arrivée, la position du leader LMPGTE Pro avait changé 27 fois ! Les américains ont cru jusqu’au but à la victoire de la Corvette C7.R n°63 de Jordan Taylor mais c’était sans compter sur le détermination des Aston Martin qui se sont révélées aussi rapides que fiables. La Vantage GTE n°97 de Johnny Adam l’a finalement emporté après un combat acharné durant les 5 dernières minutes : contact entre les deux GTE à Mulsanne puis Taylor (Corvette C7.R) passe dans le bac à la 2ème chicane puis Adam prend l’avantage dans la ligne droite des stand lors du dernier tour. Taylor se classera finalement 3ème après avoir subi un crevaison, laissant la Ford GT n°67 de Derani/Priaulx/Tincknell monter sur le seconde marche du podium. Derrière, on trouve la Porsche 911 RSR n°91 de Lietz/Mako/Pilet qui manque le podium pour un arrêt à un quart d’heure de la fin (carburant et 2 pneus !) et la Ferrari 488 GTE n°71 d’AF Corse de Bird/Molina/Rigon.

JMW Motorsport décroche le LMGTE Am

La Ferrari 488 GTE n°84 du JMW Motorsport de Stevens/Smith/Vanthoor, très en verve aux essais, s’est vite détachée pour remporter la catégorie LMGTE Am, une première course de l’équipe britannique avec la GT italienne. Les Ferrari ont été dominatrices puisqu’elles trustent le podium et sont même quatre 488 GTE dans le top 5 : n°55 du Spirit of Race, n°62 de la Scuderia Corsa et n°61 du Clearwater Racing. Seule l’Aston Martin Vantage GTE n°99 du TF Sport brise cette hégémonie à la 4ème place. L’Aston Martin Vantage GTE n°98 de Paul Dalla Lana, Mathias Lauda et Pedro Lamy ayant connu des soucis durant la nuit termine en  8ème position.

Retrouvez toutes les vidéos des 24 Heures du Mans 2017 > ici <

Le classement PROVISOIRE des 24 Heures du Mans est consultable > ici <

A propos de l'auteur

Pierre Henri Brautot (@PH_Brautot)

Pierre Henri Brautot (@PH_Brautot)

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour poster votre commentaire

Catégories :

Nous twittons, suivez-nous