Audi SQ5 Sportback à la découverte de la Corse.
Audi Essais

Audi SQ5 Sportback à la découverte de la Corse.

Audi SQ5 Jpog
© Jpog.fr

Comme vous venez de le voir dans le titre, Audi nous a convié à découvrir la nouvelle version d’un de ses bestseller, le nouveau Q5 Sportback. Et pour parfaire cette découverte, cet essai s’est déroulé sur les magnifiques routes Corse. Embarquons.

Audi SQ5 Jpog
© Jpog.fr

Design dynamique

Bien que la recette soit désormais connue, le Q5 passe lui aussi à la recette Sportback. Au même titre que le Q3, cette nouvelle version adopte un nouvel arrière avec une chute de toit succombant à la mode des SUV coupé.

Audi SQ5 Jpog
© Jpog.fr

A l’avant, pas de changement par rapport à la dernière version restylée du Q5 normal. L’essentiel des changements s’observe de profil ainsi qu’à l’arrière bien entendu. Sur le profil, j’aime beaucoup le dynamisme qu’apporte cette nouvelle courbe de toit. Associée aux ailes galbées, la voiture parait bien posée sur la route. Notre version SQ5 présente en plus de belles jantes de 21 pouces au pneus à flanc bas (255/40).

Audi SQ5 Jpog
© Jpog.fr

Sur l’arrière, voici enfin les gros changements. Nouveau coffre, nouveaux feux OLED, il a fière allure ce SQ5. Vous noterez les 4 fausses sorties d’échappement qui ne nécessiteront pas de nettoyage spécifique ! Mais rassurez-vous, derrière on trouve un système d’échappement particulier, mais on y viendra plus tard.

Audi SQ5 Jpog
© Jpog.fr

Comme d’habitude, c’est très subjectif, mais personnellement, j’aime beaucoup le 3/4 arrière que je trouve plus réussi que le 3/4 avant, un peu fade à mon goût. Je vous laisse seul juge pour cela. Ah et pour finir, j’aime beaucoup aussi ce vert district avec ses nuances de jaune que l’on peut voir en plein soleil.

Audi SQ5 Jpog
© Jpog.fr

 

A l’intérieur

Audi SQ5 Jpog
© Jpog.fr

Lorsqu’on pénètre à bord, on est dans une Audi. Ok, super merci Mr Jpog ! Ce que je veux dire c’est qu’on trouve le style typique du constructeur d’Ingolstadt. Encore que ce nouveau Q5 Sportback présente l’ancienne version des planches de bord Audi. Exit la bande d’aérateurs, ou les écrans intégrés à la planche de bord.

Audi SQ5 Jpog
© Jpog.fr

Personnellement, je préfère cet écran qui sort du tableau de bord et qui, par conséquent, est plus haut. Il est ainsi plus facile à voir en roulant, et accessoirement, ça fait un peu moins de plastiques noirs laqués, meilleurs amis des micro-rayures.

Audi SQ5 Jpog
© Jpog.fr

Cet présentation du style étant faite, je n’ai rien à reprocher à la finition. On le sait, c’est un point fort des Audi et c’est encore le cas. Pas de craquement, constance des ajustements, la qualité est là et ça devrait très bien vieillir comme d’habitude.

Audi SQ5 Jpog
© Jpog.fr

J’ai beaucoup aimé les sièges de cette version S. Le maintien est très bon, tout comme le confort, un bon compromis. A l’arrière, la garde au toit n’est guère diminuée, ainsi l’habitabilité reste très proche de la version standard du Q5.

Audi SQ5 Jpog
© Jpog.fr

Au niveau du coffre, forcément on perd en volume de chargement (510l contre 550l), mais rien de rédhibitoire si vous ne déménagez pas toutes les semaines. Malgré la lunette arrière plus étroite, je n’ai pas eu la sensation de ne rien voir dans le rétroviseur central.

 

Direction Bonifacio !

Audi SQ5 Jpog
© Jpog.fr

Bien qu’Audi va vendre beaucoup plus la version hybride que cette version SQ5, je ne vais pas vous cacher, que c’est cette dernière qui m’a fait de l’oeil au moment de partir de l’aéroport. J’ai néanmoins essayé la version hybride le lendemain. Je vous comparerai les 2 versions dans la suite.

Audi SQ5 Jpog
© Jpog.fr

Direction le sud vers Bonifacio par la route T40 qui longe la côte par moment. Le bitume y est bon, la route plutôt large, de quoi s’acclimater facilement au gabarit de ce SQ5. L’occasion aussi de jouer avec les différents mode de conduite, Eco, confort, dynamic, et individual pour mélanger tout ça. Sur les petites routes, j’ai fini par configurer un mode individual, fait de suspensions confort et le reste en dynamic, sauf parfois l’échappement.
En effet, ce SQ5 dispose d’une ligne d’échappement avec un caisson de basse “naturel”, une sorte de deuxième silencieux avec un clapet pour l’activer.

Audi SQ5 Jpog
© Jpog.fr

Alors dans les faits, c’est très drôle, parce qu’avec ce système, le SQ5 donne l’impression de sonner comme un V8. Et honnêtement, ça marche. Mais le hic, c’est qu’on retrouve le défaut de certaines lignes d’échappement libérée, c’est à dire que lorsqu’on roule cool à régime stabilisé, j’avais comme une sorte de résonnance à 2700 tr/min. Désagréable. Mais heureusement on peut fermer le clapet et ainsi ne plus avoir ce désagrément.

Audi SQ5 Jpog exhaust
© Jpog.fr

 

La direction ne remonte pas énormément d’informations, mais la démultiplication et la fermeté est plutôt bonne. Sur la T40, les suspensions en mode “dynamic” sont plutôt adaptées et le maintien de caisse très bon. C’est toujours aussi fascinant de voir à quel point les SUV modernes virent à plat. Contre nature, mais fascinant.
En comparaison, la version hybride marque le pas. La voiture parait plus “molle”, et les pneus plus haut, favorisant le confort, n’aide pas vraiment à apporter de la précision dans le guidage. Bon rien de dangereux, mais en passant de l’un à l’autre, on sent bien la différence de typage.

Audi SQ5 Jpog
© Jpog.fr

Le parcours continue et il est temps d’aller voir ce que ce SQ5 nous raconte sur des routes de cols. Direction Carbini par la D59 qui va nous proposer tout ce qu’il faut de virages. Comme dit plus haut, je passe en mode “individual” avec pour seul différence avec “dynamic”, les suspensions en confort.

Audi SQ5 Jpog
© Jpog.fr

Quelques épingles plus tard, je dois dire que je suis surpris ! La transmission en mode sport renvoie beaucoup de couple sur l’arrière (jusqu’à 85%) et procure une surprenante agilité à ce gros bébé (2080 kg) !
Alors associez à ça, le V6 TDI de 341ch et 700 Nm de couple, et je peux vous dire que les sorties de virages sont de types expéditives !
A l’heure de tous ces hybrides, je le reconnais, je suis en train de m’amuser au volant d’un diesel… On aura tout vu ! Bon, ce SQ5 a tout de même une micro-hybridation 48V.

Audi SQ5 Jpog
© Jpog.fr

En fait, ce couple énorme et ce différentiel arrière changent toute l’auto. En effet la version hybride, forte de 367ch, n’atteint pas un tel dynamisme. Le moteur thermique 2.0l de 245ch et 143ch en électrique ne donne pas autant de sensation. Bien souvent, une fois passée l’aide de l’électrique à bas régime, on a l’impression que le moteur thermique pédale un peu.
Bon, j’exagère, la voiture est quand même donnée pour 5,3s au 0 à 100 km/h (5,1s pour le SQ5). Mais étrangement, l’accélération dans le SQ5 parait bien plus phénoménale.

Difficile de parler de consommation en Corse. En effet, chers lecteurs corses, vos routes sont des pousses au crime et il est compliqué d’y rouler en usant d’éco-conduite. Je ne pourrais malheureusement pas faire de retour réaliste là-dessus, mon enthousiasme ayant pris le dessus sur ma bonne conscience…

 

Retour sur terre

Audi SQ5 Jpog
© Jpog.fr

Il est temps de rendre les clés de ce SQ5 vert. Temps aussi d’aborder un peu les tarifs. Comme vous pouvez vous en douter, cette version S est la plus sportive et donc la plus chère de la gamme avec un tarif de base de 83 500 euros. Ouille, sachant qu’il faut y ajouter le malus de 20 000 euros. Tout ceci fait que notre version d’essai s’affichait à 116 800€ malus compris.
Autant vous dire que nous n’en croiserons pas à tous les coins de rue.
Le coeur des ventes devraient être les version hybride de 299ch et 367ch. La version 299ch débute en finition “Design” à 65 690€ et la version 367ch débute, elle, en finition S-line à 73 650€ (malus 0€).
Une chose est sûre, cette nouvelle carrosserie devrait se vendre car la tendance des SUV coupé est dorénavant bien installée. Audi prévoit une répartition des ventes de 50/50 entre la version classique et la version Sportback.
Et vous, vous êtes plutôt classique ou Sportback ?

Merci à Audi France pour cette belle invitation.

 

Nous twittons, suivez-nous