Actualité Essais Lotus

Essai Classic : Lotus Elise S2 2002

Lotus Elise S2 2002
Lotus Elise S2 2002

Que les ayatollahs du châssis 111 me pardonnent par avance si j’enfonce des portes ouvertes, mais contrairement à bon nombre de mes camarades ici à AutomotivPress, je suis puceau de l’Elise. Enfin puceau ou presque puisque j’ai déjà fait quelques kilomètres en passager d’Elise S1, notamment un tour mémorable avec Philippe et sa “Poussinette” sur le déluge d’un Nordschleife aussi désert que détrempé, ou encore au Bugatti avec un autre Philippe, dont la monture est orange.

Je vais vous épargner la genèse de l’auto ni même vous vantez ses qualités de conception, j’ai dit conception et pas fabrication, hein, nuance importante, puisque beaucoup d’autres publications l’ont déjà fait et même très bien. Aujourd’hui je vais plutôt profiter de l’invitation d’Olivier à essayer sa S2 de 2002, seconde mouture de la petite Elise.

Lotus Elise S2 2002
Lotus Elise S2 2002

Une allure dynamique de l’extérieur

La S2 est une vraie nouveauté pour moi, j’avoue ne jamais l’avoir vraiment détaillée ayant toujours eu un faible pour la première génération. Mais en y regardant de plus prêt elle ne se contente pas uniquement d’un regard étiré bien moins rétro que les phares ronds de la S1. La plus jolie métamorphose se trouve sur les flancs : la petite prise d’air latérale est remplacée par une large ouverture dans le flanc qui prend naissance assez en avant dans la porte, un vrai coup de crayon de designer. L’arrière est aussi bien différent : le bandeau entre les feux arrière passe d’une forme convexe sur la S1, délicieusement rétro, à une forme concave sur la S2 terriblement agressive. Un petit détail qui change véritablement le look de la voiture. Le travail de refresh du design par petites touches a porté ses fruits, séparément une S2 semble très proche d’une S1, côte à côte les deux générations sont complètement différentes.

Lotus Elise S2 2002
Lotus Elise S2 2002
Lotus Elise S2 2002
Lotus Elise S2 2002
Lotus Elise S2 2002
Lotus Elise S2 2002

Un intérieur monacal

Pas de superflu à l’intérieur, ah si un autoradio quand même, l’alu brut au sol, peu ou pas de garniture, des baquets ultra fins, la recette de légèreté de la S1 se retrouve complètement à l’intérieur de la S2. Si un utilisateur de berline premium allemande pourrait manquer de repères, j’avoue que le ton donné dès le premier regard jeté à l’intérieur de l’auto me plait bien et est carrément en accord avec ce que l’on peut attendre d’un outil avec ce look.

Lotus Elise S2 2002
Lotus Elise S2 2002

Évidement au moment de s’installer à bord, heureusement sans la capote, ce gros ponton latéral complique un peu la tâche. Olivier a eu la bonne idée de monter un snap-off sur son volant, on dispose ainsi d’un peu plus de place pour glisser ses jambes. Si on fait abstraction de toute forme d’élégance perçue par d’éventuels observateurs, la manœuvre se passe plutôt bien dans l’ensemble, je suis sûr qu’avec un peu d’entrainement, et aussi un peu plus de souplesse, le mouvement pourrait devenir naturel et fluide, enfin presque ! Alors que j’avance un peu le baquet pour toucher les pédales je me rends compte de la beauté de l’objet : quelle finesse ce pédalier ! Ces pièces taillées dans l’alu brut sont soignées et épurée, ça existe comme job designer de pédalier ? On est assis très bas avec les jambes bien tendues, le volant tombe idéalement et la commande de boite n’est pas très loin, par contre la porte qui semblait si petite au moment de l’ouvrir est finalement assez haute. Rassurez-vous on est loin de la claustrophobie palpable d’une Audi TT, mais c’est assez surprenant.

Lotus Elise S2 2002
Lotus Elise S2 2002

Gentleman, start your engine

Assez parlé, lançons le 1.8L Rover ! Broaap prout broaap, ralenti pas vraiment rond… Olivier me rassure : « euh y’a une petite prépa DVA K13 avec une culasse à grosses soupapes, des arbres à cames plus pointus, un collecteur puis une ligne décata et une admission ». Petite prépa, petite prépa, c’est vite dit, le bouilleur à thé gagne 35cv au passage pour en sortir un peu plus de 155cv. Les premiers tours de roues et de volant me permettent de bien sentir l’absence de toute forme d’assistance. La direction est un peu lourde, entre la géométrie posée et les Toyo R888, il est vrai que ça n’aide pas. Heureusement dès la première dizaine de km/h atteinte la direction s’allège un peu. Le toucher de frein est franc et ferme, même à basse vitesse, et oui mon gars, on est dans une auto brute de sensations.

Lotus Elise S2 2002
Lotus Elise S2 2002

Passées ces premières surprises la petite anglaise se révèle étonnamment confortable et docile : la suspension filtre plutôt bien les irrégularités tandis que les sièges minimalistes maintiennent parfaitement les occupants. Le format de la voiture se prend plutôt facilement, la bête n’est ni large ni longue… La voiture étant maintenant en température, on peut augmenter un peu le rythme pour donner un peu plus de chance au châssis de démontrer ses capacités louées de toutes parts. Et bien me voilà pas déçu ! La direction plutôt lourde à très faible allure devient juste communicative comme il faut, remontant assez d’infos sans demander un surcroit d’attention mais permet surtout de placer l’auto avec une facilité déconcertante. La corde est là, je tourne le volant pour placer la voiture là et elle y va sans la moindre hésitation ni le moindre délai, magique. Les changements d’appuis se font de la même manière, roulis très contenu et transfert de masse limité, vraiment très efficace comme comportement ! Les amortisseurs 1 voie Quantum et les réglages de trains roulants SBMT une nouvelle fois participent grandement à l’efficacité générale.

Lotus Elise S2 2002
Lotus Elise S2 2002

Le moteur est ultra plein et donne encore plus lorsque l’on se rapproche de la zone rouge, tout en offrant un couple étonnant en bas du le compte tour. Je retrouve la volonté du 1600K pratiqué dans une Caterham bien plus légère. Sous un rythme de balade soutenu l’étagement de la boite fait que l’on retombe assez haut dans les tours pour ne pas avoir de temps mort, l’enchainement des rapports se fait avec une célérité tout aussi déconcertante que l’allure à laquelle grimpe l’aiguille du tachymètre… Le moteur est exploité au mieux grâce à cette boite, d’autant que la commande ne souffre d’aucune critique côté guidage. Allez si on veut chercher la petite bête on pourra peut-être trouver le débattement un peu long. Ça existe un quick-shift Elise ou alors c’est la MX-5 qui m’a mal habituée ?

Lotus Elise S2 2002
Lotus Elise S2 2002

En piste !

Comme cet essai se fait dans la région de Nîmes, la tentation de faire quelques tours sur le circuit de Lédenon est plus forte que celle de tester la rétro-vision lors d’un créneau en centre-ville. Avec un feeling et comportement ultra bon, un moteur volontaire, une boite bien étagée, il n’y a plus qu’à espérer un grip à la hauteur de l’ensemble ? Impossible de le prendre en défaut, que ce soit la motricité en sortie d’épingle, la direction en entrée de courbe ou l’équilibre général de l’auto. L’architecture châssis avec le moteur en position centrale arrière aide à mettre du poids et du grip sur l’arrière sans pour autant trop délester le train avant et rendre la voiture sous-vireuse. Non vraiment sur le sec, j’imagine qu’il en est très certainement autrement sur le mouillé, une Lotus Elise S2 est ultra efficace tout en étant rassurante.

Lotus Elise S2 2002
Lotus Elise S2 2002

Reste le feeling de la pédale du milieu auquel j’ai un peu de mal à me faire. Serait-ce la non-assistance ou les plaquettes Pagid RS14 qui me perturbent ? Reste que plus on appui plus ça freine, ça fait le job mais je pense que c’est ce qui me demanderait le plus de temps d’adaptation. Alors que j’étais plutôt content de cette prise en main qui me donnait l’impression d’envoyer un peu le pâté quand même, Olivier me propose de m’emmener en passager pour quelques tours. Ah ouais en fait je me trainais lamentablement !! Une fois la limite des 888 atteinte la voiture enroule doucement les courbes pour l’aider à pivoter, sans pour autant embarquer trop loin grâce à son poids très centré, mais certainement aussi parce que je lui avais parfaitement mis en température les gommes 🙂 Coté freinage Olivier me surprend à attendre le panneau trop tard pour sauter sur la frêle pédale en alu, mais ça fonctionne ! Incroyable cette auto si sage et presque docile, elle sait aussi faire la méchante en piste.

Lotus Elise S2 2002
Lotus Elise S2 2002
Lotus Elise S2 2002
Lotus Elise S2 2002

Et par rapport à une S1 ?

Coup de chance Ludo est là aussi avec une Elise S1, et voyant mon sourire à la descente de la bleue il me propose d’essayer la petite grise « pour comparer ». Au premier abord peu de différences une fois derrière le volant, les arêtes sont un peu moins marquées et l’œil apprécie plus de rondeurs. Contact et hop on file sur un filet de gaz qui aide aussi à tenir le ralenti. Après quelques tours je trouve la S1 bien plus brutale, violente et moins prévenante, ou plus vive comme vous voudrez… J’ai l’impression de jouer avec un couteau et de risquer de me couper à chaque instant. Surprenant comme constat ? Non pas vraiment car en fait cette S1 est loin d’être d’origine, elle est plus qu’optimisée avec un peu plus de 190cv et un châssis qui va avec ! Les quelques tours ensuite en passager de Ludo me montreront que cette puissance est largement suffisante pour aller chatouiller des autos bien plus grosses et surtout bien plus puissantes, le petit « David » a encore en stock de longues heures de jeu contre les gros « Goliath » 🙂 J’ai re-goûté à l’expérience sur le rapide circuit de Magny Cours F1 quelques temps après, la conclusion reste la même !

Lotus Elise S1 & S2
Lotus Elise S1 & S2

Fiabi… quoi ? Ah la fiabilité…

Évidement le talon d’Achille des Elise reste la fiabilité. Elles trainent cette mauvaise réputation qui sera sans doute vérifiable et vérifiée si vous achetez un prix plutôt qu’un historique, les fausses bonnes affaires en UK réservent rarement de bonnes surprises. Mais la voiture est suffisamment répandue, appréciée et utilisée pour que toutes les solutions de fiabilisation et de remise en forme (des trains roulants ou du système de refroidissement par exemple) aient déjà été testées et validées par la dynamique communauté de Lotussiens.

Lotus Elise S2 2002
Lotus Elise S2 2002
Lotus Elise S2 2002
Lotus Elise S2 2002

Aussi si vous envisagez sérieusement l’achat, prenez le temps de vous documenter sur le sujet, de prendre les bonnes infos aux bons endroits (Club Lotus France, forums dédiés Garage111, Elise.ch ou MySpeedster.ch – liste non exhaustive). Pour vendre sa voiture, comme en acheter une, vous pourrez alors de vous-même filtrer les bonnes affaires (qui ne restent jamais très longtemps en annonce) des autres. Et ne soyez pas timides, si l’Elise est un véritable dealer de plaisir à son volant, leurs proprios sont généralement très ouverts pour partager leur passion. Enfin si vous hésitez encore avant de franchir le pas, nul doute qu’un petit tour à son volant finira de vous convaincre.

Lotus Elise S2 2002
Lotus Elise S2 2002

Pour ma part je ne succomberai pas encore aux charmes du châssis 111, quelle que soit la génération qui l’habille, je reste toujours un peu trop frileux devant le manque de polyvalence de l’auto (et oui encore une mauvaise habitude de la MX-5) et de l’accessibilité mécanique disons relative (satané masque arrière !). Mais comme on dit il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis et les sensations distillées par une Elise sont tellement uniques qu’il y a un petit quelque chose d’addictif.

Lotus Elise S2 2002
Lotus Elise S2 2002
Lotus Elise S2 2002
Lotus Elise S2 2002

Crédit photos @ Ambroise Brosselin.

A propos de l'auteur

Ambroise Brosselin

Ambroise Brosselin

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour poster votre commentaire

Laisser un commentaire

Catégories :

Nous twittons, suivez-nous