God Save the Car 2021, les anglaises à l’assaut de Montlhéry
Historique

God Save the Car 2021, les anglaises à l’assaut de Montlhéry

God Save the Car 2021
God Save the Car 2021

Ahh Montlhéry, je ne vais pas vous refaire le couplet de nostalgie, mais c’est toujours un grand plaisir que de revenir sur ce lieu chargé d’histoire. Et ça commençait à me manquer un peu, la dernière fois que j’ai foulé le béton de l’autodrome, c’était en 2014 pour le Youngtimer Festival (lire ici). J’ai donc sauté sur le God Save the Car 2021 pour satisfaire cette envie. Inscrit en Décembre, pour une date initiale en Avril, c’est finalement ce samedi 12 juin que l’évènement a pu se tenir et rassembler 1000 passionnés d’anglaises de tous âges (les passionnées et les anglaises) et de tous horizons. Quoi de mieux qu’une visite en photos pour se rendre compte de l’ambiance et voir ce que vous avez manqué !

Vidéo in board : Ford Cortina vs Jaguar Type E sur l’Autodrome de Montlhéry

Ca y est j’arrive, la lumière est au bout du tunnel parait-il !

 

L’autodrome n’a pas beaucoup changé, juste un peu vieilli, comme nous. Déception par contre, la circulation au sein de l’anneau est considérablement réduite, il n’est plus possible de rejoindre d’autres parties par l’intérieur pour voir l’action en piste ou simplement admirer cette cathédrale de béton qui constitue le squelette de l’anneau relevé. Le spectateur lambda doit se contenter des stands ou de la tribune qui lui fait face. Le centre de l’anneau est quant à lui occupé par des zones d’essais, interdit d’accès pour le public, ce cœur de verdure cerclé de béton perd un peu de son charme, mais la magie du lieu opère toujours autant…

 

La tour de contrôle fraichement rénovée est toujours là, fidèle au poste et resplendissante !

 

Les plus matinaux prennent le temps de s’installer, aérer la salle des machines et vider leur coffre

 

Ohhh une Westfield Eleven posée dans l’herbe, en voilà une qui me plait particulièrement !!

 

Qui dit anglaises dit Aston Martin, il y en avait quelques-unes … toutes grises 🙂

 

En parlant de couleur sobre, parfois on a l’impression de voir double avec ces deux Healey bronze métal

 

Un parfait échantillon de la diversité de la production britannique en une seule photo. Si vous me demandiez d’en choisir qu’une parmi les 3, je serai bien embêté…

 

Une sublime Invicta, un peu seule en attendant ses copines de l’Amicale des Cyclecaristes

 

Mais non m’sieur l’agent, je vous assure que c’est d’origine ce train avant ! Comment ça, les roues dépassent un peu des ailes ? Je ne vois pas ce que vous voulez dire

 

En parlant de Mini, elles étaient nombreuses et toutes plus charmantes les unes que les autres

 

Un beau duo sur le parking club

 

Celles-ci étaient dans les paddocks, prêtes à en découdre en piste. Certains diront que les versions sportives étaient un poil plus discrètes dans les 60s qu’en 2020…

 

Rhoo une Morris Almond Green, je crois que je suis amoureux

 

Au moins le message est clair !

 

Un peu large du train arrière, et pour cause puisqu’il accueille le moteur. C’est bel et bien une Mini Zcar propulsion, bien rare de notre côté de la Manche

 

Le regard inimitable du Clubman, les Union Jacks permettent de ne pas la confondre avec une Lada (ne tapez pas, en vrai j’adore les Clubman !!)

 

Bel alignement de Jaguar devant le pavillon 1924

 

Des berlines sportives et luxueuses, LA spécialité Jaguar

 

Oh mon dieu ce cul !

 

Et celui-ci aussi, encore pire, enfin mieux, enfin vous comprenez !!

 

On reste sur le thème des postérieurs, sous différentes formes et différentes époques

 

La touche Ian Callum est bien marquée sur ces 2 filles de la fin des 90s, avec des points communs évidents quand la couleur est identique

 

Avant de croiser la route d’un certain Carroll, les AC étaient Bristol, toutes en finesse et élégance, j’aime beaucoup

 

Le club MG est venu en force, avec un bel alignement de B et C

 

Les Midget ne sont pas en reste avec ces 3 modèles bien affutés qui n’auront pas ménagés leurs efforts sur le circuit. On aura reconnu les 2 jumelles au museau Ashley déjà aperçues à Ladoux (lire ici).

 

Et une Magnette ZB qui semble avoir appliqué jusqu’au bout de la lettre la doctrine chère à Colin : la lumière est droite !!

 

Quand on commence à se mettre au soleil on est tout blanc, puis on bronze d’abord sur le haut du visage puis on finit par être tout bronzé 🙂

 

Lotus Seven, la version original dans toute sa simplicité

 

Déclinée dans de multiples variantes, comme ici une RCB, ou comment l’Allemande qui s’invite chez les anglaises

 

On termine le tour des voitures avec cette rare Hillman Sunbeam Stiletto, un look particulièrement décalé, un moteur en porte à faux arrière, bref tout pour me plaire

 

Il est temps de regarder ce qui se passe en piste, ici la prégrille, on fait chauffer la mécanique avant d’affronter les 3.405 km du circuit routier qui emprunte un petit morceau de l’anneau. Pour ma part légère déception au moment de prendre la piste, le bitume a bien vieilli, la piste a perdu certaines homologations et pour brider la vitesse maxi des chicanes ont été ajoutées un peu partout. Entre celle dans la descente de l’épingle du Faye, la double au raccordement nord (une seule ne suffisait pas ?) ou celle en plots plastiques dans la ligne droite des stands, les freins sont largement sollicités et ces cassages de rythme artificiels n’apportent rien au tracé. Mais ne boudons pas notre plaisir, pouvoir fouler les plaques de béton de l’anneau reste une chance incroyable. Et puis finalement j’aimerai bien être aussi en forme que l’autodrome à l’aube de mes 97 ans … même avec quelques chicanes en plus !

 

Elle lui fait l’intérieur ou est-ce l’autre qui lui fait l’extérieur ? Il fallait être là pour savoir…

 

Une des petites Midget en action

 

La définition parfaite de la Mini Cooper pour moi : mk2 avec encore les charnières apparentes mais la grande lunette AR, rouge et toit blanc, jantes rose pétale noires avec de pneus un peu joufflus et juste à la bonne hauteur !

 

Après en vrai je les aime toutes les Mini

 

Mais non j’attaquais pas ! Sous l’œil du Bibendum en plus, il pourra témoigner 🙂

 

De profil on se doute de quelque chose quand même pour cette ZCar

 

La XJS qui fait l’intérieur à la plus récente et la plus puissante de la journée

 

Une McLaren 720S qui ici s’écrase au freinage pendant que l’aileron arrière mobile donne de l’appui au train arrière. Bel engin qui roulait fort !

 

A l’opposé de la chaine alimentaire, une des moins puissantes du plateau mais pas la moins sexy, une Sprite Mk1 (lire ici).

 

Roadster 2 places minimaliste, oui presque pareil, sauf que cette Type-C (une Lynx ici) a été conçue pour la compétition

 

Moment festif avec la traditionnelle parade ou toutes les autos présentes entre en piste pour 2 tours

 

On a pu croiser quelques têtes connues, comme François Allain, jamais très loin de son taxi anglais

 

Ou encore deux de ses acolytes de Vintage Mecanic : Olivier de Stefano et David André

 

Enfin last but not least, ma fidèle Cortina et moi… sur le banking, puis au pied du banking 😉

Ambroise/Ford Cortine - God Save the Car 2021 - Crédit photo @Autodrome Linas Montlhéry
Ambroise/Ford Cortine – God Save the Car 2021 – Crédit photo @Autodrome Linas Montlhéry

 

 

Crédit photos @ Ambroise Brosselin.

Nous twittons, suivez-nous