Actualité Ferrari Goodwood Revival Goodwood Revival 2015 Historique Vidéos

Goodwood Revival 2015 : Lavant Cup

Tous les ans la Lavant Cup met à l’honneur une marque ou un modèle en proposant une course « thématique ». On se souvient de l’édition 2009 avec uniquement des Mini ou plus dernièrement les Jaguar Type-D réunissant un plateau incroyable, cette année la course regroupait les Ferrari à freins à tambours d’avant 1960. Plutôt restrictif me direz-vous, mais un plateau richement fourni avec 26 voitures a donné un petit air d’Italie ensoleillée au circuit de Goodwood.

Une grille de départ qui a plutôt fière allure !

Et qui dit course d’exception, dit pace-car d’exception pour le tour de mise en grille : une 250 GT SWB, déjà ça vaut le détour. Sauf qu’en plus 7SPA, ou 2119GT, n’est pas une « banale one »

C’est en effet au volant de celle-ci, ici même en 1960 que Sir Stirling Moss à remporté le Tourist Trophy. Et c’est bien lui au volant, accompagné de Ross Brown le propriétaire de la voiture !

Et comme on est jamais trop prudent, il était secondé par un petit jeune, John Surtees au volant de la 250 LM Filipinetti des 24h du Mans 1965

N’allez pas croire qu’il n’y a que du rouge sur le plateau, bien au contraire

La bagarre aux avant-postes c’est même fait entre une grise et une jaune. Bataille plutôt virile puisqu’il y a même eu contact, léger je vous rassure, entre le 500TRC jaune de James Cottingham et la 750 Monza grise de Carlos Monteverde qui termine finalement second.

La doyenne du plateau, une 166MM Barchetta, souvent présentée comme la 1ère Ferrari victorieuse sur tous les fronts, on compte les Mille Miglia bien-sûr en 1948, 1949 et 1950, les 24h du Mans et de Spa et la Targa Florio en 1949. Joli palmarès pour la 166 !

Emmanuele Pirro au volant de cette 500TRC de 1957

Quelle allure quand même ce plateau !

212 Export de 1951 et son fameux V12 Colombo

Une année plus jeune, la 250MM était bien représentée sur le plateau

Une 250GT Boano de 1956, c’est quoi ?

Les ailes arrières d’une 860 Monza, notez les 3 pattes au passage…

Greffées sur une 250 GT Europa, facile finalement les Ferrari des 50’s 🙂

Crédit photos @ Ambroise Brosselin

A propos de l'auteur

Ambroise Brosselin

Ambroise Brosselin

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour poster votre commentaire

Laisser un commentaire

Catégories :

Nous twittons, suivez-nous