24H du Mans 24H du Mans 2013 Actualité Alpine Sport Auto

Alpine 9ème LMP2 aux 24 Heures du Mans 2013

Il y a 35 ans, en tête depuis la dix-huitième heure, Jean-Pierre Jaussaud et Didier Pironi profitent d’une large avance pour assurer leur première position. Malgré une alerte sur la boîte de vitesses, Didier Pironi passe sous le drapeau à damier avec cinq tours d’avance sur la première Porsche. L’objectif d’Alpine est atteint. La Renault Alpine A442B entre au palmarès des 24 Heures du Mans. 
Pour cette 81ème édition, le premier objectif est atteint pour le retour d’Alpine en compétition en 2013.  Nelson Panciatici, Pierre Ragues et Tristan Gommendy terminent au neuvième rang de la catégorie LMP2.Ralentis par un début de course compliqué avec deux interventions de l’équipe Signatech Alpine dans le box, l’A450 n°36 est ensuite passée de la 51ème à la 15ème place du classement général final et au 9ème rang de la catégorie LMP2.

Si après les qualifications, Philippe Sinault, le manager de l’équipe Signatech-Alpine expliquait : « Nous avons beaucoup progressé sur le comportement de la voiture. C’est un vrai sujet de satisfaction. Nelson Panciatici a réalisé une belle performance même si le trafic et les drapeaux jaunes ne lui ont pas permis de terminer aux avant-postes. Nous avons fini de regarder le chrono. Désormais, nous allons regarder la grosse pendule ! »
La course le confortait sur le niveau de performance de son équipe : « La première certitude est la qualité de notre équipe. Le travail effectué durant ces dernières semaines, et encore plus durant ces 24 Heures, a été exceptionnel. C’est une fierté de voir nos mécaniciens (Michaël Bimont, Pierre Gaches, Benoît Hamel et Denis Motot, chef de voiture) être primés par le jury de l’ESCRA ; prix déjà remis à l’équipe Renault Alpine victorieuse en 1978. C’est important car c’est avec eux que nous voulons construire l’avenir. Nous avons également pu mesurer à quel point le public avait envie que l’histoire d’Alpine continue. La course a été difficile moralement. Nous avons montré que nous avions un gros potentiel. La frustration a été atténuée par notre belle remontée. Il fallait montrer de quoi nous étions capables. Mais seule la victoire est belle. Et nous allons tout faire pour atteindre ce nouvel objectif le plus rapidement possible ! »

Nelson Panciatici : « On n’a rien lâché, notre Alpine A450 était bien équilibrée et nos pneus Michelin constants, ce qui m’a permis de la piloter à la limite en gardant simplement une petite marge de sécurité dans les dépassements. Je n’ai pas réussi à bien me qualifier car j’ai été gêné par le trafic, il n’était peut-être pas question de faire la pole mais une place dans le « top 4 » était à notre portée. L’Alpine A450 fonctionnait très bien. J’ai pris un bon départ pour occuper rapidement la 3ème place des LMP2 mais les problèmes nous ont fait perdre beaucoup de temps, il nous restait plus qu’à attaquer pour montrer notre potentiel et se faire plaisir, c’est ce que j’ai fait ! De l’avis de tous, c’était une édition des 24 Heures du Mans très difficile avec des conditions de piste changeantes et piégeuses, mais avec mes coéquipiers, Pierre Ragues et Tristan Gommendy, nous avons fait le maximum pour remonter dans le classement. Je pense que nous avons été performants. Je suis forcément déçu du résultat final car nos ambitions de podium étaient légitimes. Mon dernier relais a été le plus difficile mais il n’y avait plus rien à jouer. Il y a un potentiel avec cette équipe et l’Alpine A450… Nous l’avons prouvé ! »

Pierre Ragues : « Je crois que ce fut l’édition la plus difficile des sept auxquelles j’ai pu participer. Je n’ai pas fait un relais sans pluie. Les conditions de piste changeaient sans cesse. Pour le retour d’Alpine au Mans, les conditions auraient pu être plus sympas ! Il fallait être à l’arrivée, surtout après les problèmes que nous avons eus un début de course. Pour ma part, j’ai donné le maximum. Mais je suis un peu déçu et frustré car nos ambitions de podium étaient atteignables. »

Tristan Gommendy : « Ce fut une édition particulièrement difficile. Nous avons fait quelques petites erreurs. Nous nous sommes mis à l’écart du peloton durant la première partie de la course. Nous avons fait le maximum pour revenir. C’est en fin de course que je me sens le mieux et que je peux aller vite. Mon dernier relais était vraiment plaisant. J’ai dû rester près de trois heures dans la voiture. Mais on gardera un très bon souvenir de cette édition qui marquait le retour d’Alpine au Mans ! »

Prochain rendez-vous pour l’équipe Signatech Alpine en Autriche pour la troisième manche de l’European Le Mans Series les 19 et 20 juillet.

Source CP Alpines

Crédit photos @ Alpine et @ Sebastien Gaudin (SebLM72)

A propos de l'auteur

Pierre Henri Brautot (@PH_Brautot)

Pierre Henri Brautot (@PH_Brautot)

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour poster votre commentaire

Laisser un commentaire

Catégories :

Nous twittons, suivez-nous