Actualité Alpine Caterham

Alpine – Caterham : la fin de l’entente cordiale ?

Alpine et Caterham
Alpine et Caterham

D’après nos confrères d’ Autocar.co.uk, le partenariat conclu fin 2012 entre Caterham et Renault, pour faire revivre la marque Alpine à Dieppe et se partager les coûts de développement et de construction d’une nouvelle voiture sportive, serait sur le point de se conclure prématurément. En effet, cette séparation aurait pour origine des tensions sur le projet commun et un retard provoqué par Renault pour mieux adapter sa voiture.

Alpine et Caterham
Alpine et Caterham

Caterham est entré à hauteur de 50% dans le capital d’Alpine Renault via une société nouvellement créée, la SAAC (Société des Automobiles Alpine Caterham), mais la belle histoire devrait s’arrêter là alors que plusieurs concepts de modèles étaient à l’ordre du jour. Un seul verra le jour à la fin 2016, une voiture sportive dotée de 250/280 chevaux chez Alpine (surement le moteur de la Megane RS) et 300 ch chez Caterham, la voiture devant peser moins de 1100 kilos et ayant pour cible les Alfa Romeo 4C et Lotus Elise. Les deux autos auront une base commune mais ce seront des véhicules distincts, différenciés et porteurs respectivement de l’ADN d’Alpine et de Caterham Cars.

L’initiateur du renouveau d’Alpine, Carlos Tavares, n’étant plus là pour coordonner le projet, il n’y a plus de contre poids face au patron de Caterham, Tony Fernandes. Fondateur de Caterham F1 et actionnaire de Caterham Cars, il est d’humeur très impatiente. Est ce un coup de bluff de la part des anglais pour faire accélérer le projet et alimenter le buzz, par presse interposée ? Les équipes de Caterham sont coutumières du fait pour imposer leurs positions.

Pour le moment, Renault et Caterham ont refusé de confirmer ou commenter cette séparation à venir. D’ailleurs cette rumeur est démentie par un délégué CGT du site de Dieppe où sera fabriqué l’Alpine, réaffirmant la date initiale de mi-2016, tout en précisant que la marque retravaille le design. La fin du partenariat remettrait en cause l’équation économique et la rentabilité du projet, bien plus difficile à atteindre tout seul plutôt qu’à deux. De même, qu’en sera t il également de l’impact à long terme sur le partenariat moteur en cours en Formule 1 pour Caterham F1?

Catégories :

Nous twittons, suivez-nous