Actualité Bentley Historique

Atelier NDR : Visite de la mecque pour les Bentley

Atelier NDR Bentley
Atelier NDR Bentley

L’équipe du Goodwood Road Racing a eu la chance de rendre visite au spécialiste Bentley, NDR dans la banlieue de Watford au Nord Ouest de Londres, voici une traduction libre de leur visite passionnante.

« J’ai commencé à travailler sur des Bugatti » annonce Neil Davies, le propriétaire des lieux. En jetant un œil autour de moi, que ce soit dans son bureau ou son atelier tous deux envahis par des pièces détachées de Bentley, ce n’est pas vraiment ce à quoi je pouvais m’attendre ! « C’était en 1983, on m’a demandé de l’aide pour sauver une Bugatti T51 Chiron, ensuite j’ai travaillé pour un collectionneur qui avait de nombreuses voitures, dont 48 Bentley. L’aventure a duré jusqu’en 1990, et j’ai ensuite créé NDR. »

Atelier NDR Bentley
Atelier NDR Bentley

L’atelier en lui-même est installé dans un bâtiment relativement moderne et plutôt rassurant quant au lieu où l’on souhaiterait que sa voiture aille. A son extrémité se trouve l’atelier de sellerie, distillant un arôme de cuir pleine fleur délicieux. Un peu plus loin l’atelier moteur, au milieu duquel on peut apercevoir le bloc de la Bentley Birkin monoplace, un compresseur totalement refait à neuf, un flotteur de carburateur en train d’être ajusté à la perfection ou encore un arbre came en cours d’inspection, le paradis des graisseux en somme !

Atelier NDR Bentley
Atelier NDR Bentley

Neil se décrit modestement comme ‘un passionné bricoleur’. La première Bentley qu’il a conduit était l’ex-Forrest Lycett 4.5 Litre. « On appelait cette voiture ‘la Hooligan’ car elle voulait foncer partout. A partir de cet instant j’ai été complètement conquis ! Au début, le business était pour moitié consacré à la course historique et pour moitié à la restauration. Mais en compétition je passais trop de temps avec mes clients à les aider. Vous connaissez l’expression ‘les cordonniers sont les plus mal chaussés ‘ ? C’était tout à fait moi ! Du coup j’ai décidé d’arrêter la compétition et de me consacrer à mon business à plein temps. J’ai la chance d’avoir ma femme Jo qui s’occupe de l’administratif et toutes ces choses-là, du coup je me focalise sur l’atelier. »

Les voitures qui illustrent les photos ont été envoyées par des clients d’Allemagne, de Belgique, de Suède et même d’Afrique du Sud. « Certains de nos clients allemands sont plus anglais que les anglais ! Ils aiment conduire leur voiture vêtus de fourrure, tweed et cagoule en daim, la totale quoi ! » La fidélité et le nombre croissants de clients l’a amené à construire ses propres moteurs. « Une Blower 100% d’origine côte plus ou moins 5 millions de Livres, cassez son moteur et vous perdez 1 million ! » Autant dire du consommable qui coute cher. Selon Neil une pratique de plus en plus répandue est donc de retirer ce moteur très couteux et de le remplacer par une reconstruction que NDR vous facturera environ 75.000 Livres. « Tous les internes sont neufs, on utilise des roulements modernes, des bielles Carillo, arbre à came nitruré et ainsi de suite. On fait aussi des boites de vitesses Type D neuves, des compresseurs neufs ou encore des carburateurs SU … neufs aussi ! »

NDR a déjà reconstruit 18 moteurs Blower neufs, 2 Speed Sixes et il est en train de terminer 2 Eight Litre. Avec un moteur neuf, les clients de Neil peuvent “tirer dedans comme des cochons” pour reprendre ses termes ! Les moteurs d’origine Bentley font partie de l’histoire et de l’héritage, c’est plutôt intelligent de les préserver, d’autant qu’une Bentley se doit d’être utilisée. Et autant que je sache ce ne sont pas des voitures de musée. On peut conduire une bonne Three Litre VDP d’origine tout au long du rallye Pekin-Paris tout comme vous pouvez l’utiliser dans la circulation moderne. Je connais même quelqu’un qui a mis un crochet de remorque sur sa Eight Litre et qui s’en sert pour tracter sa voiture de piste !

Atelier NDR Bentley
Atelier NDR Bentley

En traversant l’atelier, tout, absolument tout, retient mon attention, et encore plus cette Bentley Birkin dont la rénovation précédente chez NDR lui a greffé un magnifique 1929 Speed Six ce qui en fait une reconstitution parfaite de la célèbre Old Number Six.
Une question me travaille également quant à la couleur exacte du fameux British Racing Green (BRG), appelé communément vert anglais de notre côté de la Manche. Neil me confirme qu’il ne s’agit pas du nom de la couleur, mais simplement la définition de la couleur des voitures de courses anglaises, tout comme les françaises étaient bleues, les italiennes rouges et ainsi de suite… Aujourd’hui le Brewster Green est utilisé communément pour peindre une Bentley en BRG, mais pour Neil le vrai vert d’époque serait plutôt le Parson’s Green. Eternel mystère !

Une autre question me vient à l’esprit : est-ce que le matching number est aussi important que pour les anciennes allemandes par exemple, à savoir le moteur avec son numéro de série correspondant à la voiture pour s’assurer qu’elle est 400 % d’origine. La réponse de Neil est sans appel : « Alors là pas du tout ! Ou plus généralement non. Les Bentley étaient utilisées pour de vrai, que ce soit en course ou non, aussi elles étaient fréquemment optimisées ou recarrossées au fil de sa vie et des saisons. Une seule et même voiture peut avoir eu plusieurs vies depuis la sortie d’usine. Mais la tendance actuelle est d’essayer de les reconstruire le plus conformément à leur début. »

Atelier NDR Bentley
Atelier NDR Bentley

Plus d’infos sur NDR, l’atelier de Neil : http://www.ndr.ltd.uk/

Traduction du reportage en anglais d’Andrew Craig et photos Tom Shaxson – GRR

Pour voir l’intégralité des magnifiques photos et l’article original : https://grrc.goodwood.com/race/historic/ndr#kxWHO727CMw60WSC.97

A propos de l'auteur

Ambroise Brosselin

Ambroise Brosselin

1 commentaire

Cliquer ici pour poster votre commentaire

Catégories :

Nous twittons, suivez-nous