Essai Abarth 124 GT : Sur les traces du rallye de Rouergue | AUTOMOTIV PRESS
Abarth Essais Vidéos

Essai Abarth 124 GT : Sur les traces du rallye de Rouergue

Abarth 124 GT - Jordan Prot @Jpog Photographie
Abarth 124 GT - Jordan Prot @Jpog Photographie

Afin de promouvoir l’engagement de l’Abarth 124 R-GT en rallye, la marque nous a conviés à venir découvrir les spéciales du rallye de Rouergue au volant de la nouvelle 124 GT. Une invitation qu’on ne pouvait pas refuser en ce début d’été.

Abarth 124 GT - Jordan Prot @Jpog Photographie
Abarth 124 GT – Jordan Prot @Jpog Photographie

Rappel historique

Cela fait maintenant depuis 2017 qu’Abarth a décidé de s’engager à nouveau en championnat de France des rallyes avec leur nouveau modèle la 124 Spider Abarth. Quelle belle manière de renouer avec la glorieuse histoire de la marque et la mythique 124 des années 70.
Au contraire d’une certaine finition Gordini, Abarth n’a pas trahi l’idée originelle de son fondateur, qui consistait à prendre une voiture simple et l’optimiser au maximum pour la performance, en créant une vraie gamme sportive.
Ce contexte resitué, place à l’essai ! Depuis 2016, la marque vend son 124 Spider. Toujours plébiscité pour ses performances et son look, ils ont décidé de lui offrir une version un peu plus sportive avec cette nouvelle déclinaison GT.

Abarth 124 GT - Jordan Prot @Jpog Photographie
Abarth 124 GT – Jordan Prot @Jpog Photographie
Abarth 124 GT - Jordan Prot @Jpog Photographie
Abarth 124 GT – Jordan Prot @Jpog Photographie

Ce nouveau modèle qui vient chapeauter la gamme (40 900 euros) est donc équipé de nouveaux équipements spécifiques dont un magnifique hardtop en carbone de 16kg, ainsi qu’un jeu de jantes OZ ultraleggera bien connu des pistards pour leur poids (-3kg par roue dans le cas de la 124, en 17 pouces). Quelques éléments en carbone véritable s’ajoutent comme les rétroviseurs ou la lame de pare-chocs. Attention aux entrées de parking optimistes.
A noter que la GT reprend, bien entendu, les équipements de la Turismo (37 500 euros) avec son célèbre échappement “Record Monza” au son, disons… démonstratif !
Sachez par ailleurs que si vous avez déjà acheté votre 124, le pack de la GT est disponible en seconde monte au tarif agressif de 3400 euros (hard top, jantes…).

Abarth 124 GT - Jordan Prot @Jpog Photographie
Abarth 124 GT – Jordan Prot @Jpog Photographie

A l’intérieur, on retrouve de jolis sièges baquets cuir/alcantara, ainsi que des touches d’alcantara surpiqué rouges sur la planche de bord, de quoi se mettre dans l’ambiance. Une fois dans le siège, on se sent comme chez soi avec un siège au bon maintien, malgré mon petit gabarit, et un pommeau de levier de vitesse qui tombe parfaitement sous la main droite.  Le volant avec son marqueur rouge au sommet finit de donner envie de jouer avec lui.

Abarth 124 GT - Jordan Prot @Jpog Photographie
Abarth 124 GT – Jordan Prot @Jpog Photographie
Abarth 124 GT - Jordan Prot @Jpog Photographie
Abarth 124 GT – Jordan Prot @Jpog Photographie
Abarth 124 GT - Jordan Prot @Jpog Photographie
Abarth 124 GT – Jordan Prot @Jpog Photographie

Ces présentations étant faites, il est temps de presser le bouton de démarrage et de réveiller le petit (mais costaud) 1,4l de 170ch. Pour rappel,  la voiture ne pèse que 1060kg, mais nous y reviendrons par la suite.

Sous le soleil exactement

Le programme de la journée ? Reconnaître les spéciales 1 et 2 avant que le rallye du Rouergue ne les emprunte dès le vendredi suivant. C’est donc 150 km de petites routes qui vont s’offrir à nous, dans cette belle région de l’Aveyron sous un soleil de plomb (le thermomètre restera fixé sur 36 degrés une bonne partie de la journée).

Abarth 124 GT - Jordan Prot @Jpog Photographie
Abarth 124 GT – Jordan Prot @Jpog Photographie

Contact. L’échappement Monza nous gratifie d’un beau son rauque bien présent dès le démarrage.
La prise en main de la voiture est extrêmement rapide, et le gabarit facile à appréhender malgré ce grand capot.

Abarth 124 GT - Jordan Prot @Jpog Photographie
Abarth 124 GT – Jordan Prot @Jpog Photographie

La mécanique chauffe tranquillement sur les grands axes, le temps de se familiariser avec le régulateur à 80 km/h et constater que la voiture est bien insonorisée.
Bon, je ne pense pas que vous soyez là pour lire ce genre d’information.

Abarth 124 GT - Jordan Prot @Jpog Photographie
Abarth 124 GT – Jordan Prot @Jpog Photographie
Abarth 124 GT - Jordan Prot @Jpog Photographie
Abarth 124 GT – Jordan Prot @Jpog Photographie

Voilà les petites routes et la première spéciale déserte qui se présente, de quoi repasser la 3 et mettre un peu de gaz.
A cet instant, on profite vraiment de cette voiture. La voiture est légère et agile, l’échappement crépite, quel pied.
Les rapports s’enchaînent, épingle, talon-pointe (le pédalier s’y prête très bien d’ailleurs), on repasse la 2ème, gaz, le différentiel mécanique entre en action et on sort avec un léger contrebraquage et tout ça à moins de 80 km/h ! Voilà un bel équilibre.

Abarth 124 GT - Jordan Prot @Jpog Photographie
Abarth 124 GT – Jordan Prot @Jpog Photographie
Abarth 124 GT - Jordan Prot @Jpog Photographie
Abarth 124 GT – Jordan Prot @Jpog Photographie

La légèreté de cette voiture vous procure vraiment de belles sensations sans avoir à atteindre des vitesses inavouables. Les étriers brembo se révèlent efficace et les freinages peuvent se retarder de plus en plus.

Abarth 124 GT - Jordan Prot @Jpog Photographie
Abarth 124 GT – Jordan Prot @Jpog Photographie

Le châssis n’est pas en reste et le travail des suspensions Bilstein (de série, reconnaissable à leur couleur jaune) est remarquable par son compromis confort/efficacité. A aucun moment la voiture ne vient à sautiller sur les petites routes tout en préservant les mouvements de caisse, preuve d’une hydraulique bien calibrée. Après 150 km, aucun mal au dos à déplorer non plus. Le setup du châssis a vraiment été développé pour le plaisir sur petites routes de campagnes.

A l’instar de Philippe lors de son essai de la version Spider (Voir son article ici), je pense qu’un essai sur circuit pourrait permettre de voir si l’amortissement n’est pas trop souple pour une utilisation plus radicale.

Abarth 124 GT - Jordan Prot @Jpog Photographie
Abarth 124 GT – Jordan Prot @Jpog Photographie
Abarth 124 GT - Jordan Prot @Jpog Photographie
Abarth 124 GT – Jordan Prot @Jpog Photographie

Le moteur ayant peu de poids à emmener, la voiture propose de très bonnes performances au regard de sa puissance de 170ch (0 à 100 km/h en 6,8s). On entend un joli sifflement d’admission lorsqu’on accélère pleine charge et les crépitements au lâcher de gaz qui s’en suit participent au plaisir de conduite. Cependant, le moteur a un comportement très typé turbo. J’entends par là qu’en dessous de 2000 tr/min, on subit l’effet des moteurs downsizé et leur faible couple intrinsèque. Plusieurs fois il m’est arrivé de me retrouver en dessous de ce seuil en sortie de virage et, par conséquent sans la poussée attendue, qui déboule vers 2500/3000 tr/min. Il faut donc veiller à rester au-dessus de ces plages pour pouvoir profiter pleinement des performances du Spider.

Abarth 124 GT - Jordan Prot @Jpog Photographie
Abarth 124 GT – Jordan Prot @Jpog Photographie
Abarth 124 GT - Jordan Prot @Jpog Photographie
Abarth 124 GT – Jordan Prot @Jpog Photographie

Un petit bémol est à mettre sur le compte de la direction. Personnellement, je l’ai trouvé peut-être trop confortable et manquant de fermeté lorsqu’on roule sportivement. De plus, la démultiplication m’a plusieurs fois gênée à l’abord des épingles de la spéciale m’obligeant à replacer mes mains sur le volant. J’aurais apprécié une direction un peu plus directe, plus en accord avec la vivacité de l’auto selon moi.

Abarth 124 GT - Jordan Prot @Jpog Photographie
Abarth 124 GT – Jordan Prot @Jpog Photographie

Pour conclure sur cette première partie du roulage, je ne vous ai pas ramené uniquement des photos, mais aussi des vidéos pour que vous puissiez entendre le son de la voiture.

“J’ai littéralement l’impression d’avoir les fesses au dessus du fossé !”

Abarth 124 GT - Jordan Prot @Jpog Photographie
Abarth 124 GT – Jordan Prot @Jpog Photographie

Mais revenons à l’engagement d’Abarth en rallye. Ce petit roadtrip nous a mené à la base d’essai du Team Milano Racing qui engage les 124 R-GT en Championnat de France. Arrivés sur place, l’ambiance y est studieuse, l’équipe testant les réglages a adopté les jours suivants.

Abarth 124 GT - Jordan Prot @Jpog Photographie
Abarth 124 GT – Jordan Prot @Jpog Photographie
Abarth 124 GT - Jordan Prot @Jpog Photographie
Abarth 124 GT – Jordan Prot @Jpog Photographie

La version R-GT ressemble comme deux gouttes d’eau à la GT avec laquelle nous sommes arrivés. Cependant, en y regardant de plus près, on constate que sous la carrosserie similaire, les modifications et optimisations y sont nombreuses.
La plus flagrante se situe au niveau du moteur. Exit le 4 cylindres 1,4l de la version route, place au moteur utilisé dans l’Alfa Romeo 4C, le 1750 Ti. Dans cette version course, il développe 350ch, associé à une boite séquentielle et un système Antilag pour maintenir le turbo en charge en permanence. Pour rappel, la R-GT court dans la même catégorie que les Porsche 911 GT3 et rivalise en terme de performance.

Abarth 124 GT - Jordan Prot @Jpog Photographie
Abarth 124 GT – Jordan Prot @Jpog Photographie

Nous assistons à plusieurs séquences d’essai et donc de démarrage dans les conditions du rallye, avec de belles explosions à l’échappement qui résonnent dans les collines alentours. Ca arrache !

Abarth 124 GT - Jordan Prot @Jpog Photographie
Abarth 124 GT – Jordan Prot @Jpog Photographie

La route est plutôt grasse, avec des restes de l’orage de la nuit, mais le jeune pilote Nicolas Ciamin semble s’en accommoder. La fin de matinée approche et l’occasion de faire un baptême en passager aussi.

Abarth 124 GT - Jordan Prot @Jpog Photographie
Abarth 124 GT – Jordan Prot @Jpog Photographie

C’est avec impatience, et une pointe de stress, que je me place dans la peau du Co-pilote de Nicolas (Anthony Vilanova de son vrai nom). On attache le harnais 5 points, on pousse sur les jambes, on sert les sangles et on est solidaire de la voiture. Clong ! La marche arrière s’enclenche dans un bel à-coup, et on se place dans le départ de la spéciale fictive.

Abarth 124 GT - Jordan Prot @Jpog Photographie
Abarth 124 GT – Jordan Prot @Jpog Photographie

Pied sur le frein, le moteur se cale sur son régime optimal, les explosions s’intensifient, et top ! Nous voilà plaqués au fond du siège avec les rapports de la boîte qui montent instantanément dans une déflagration simultanée. A peine le temps de respirer que nous sommes déjà dans le premier virage à droite. A cet instant, je prends conscience de ce que l’expression “manger un point de corde” veut dire. J’ai littéralement l’impression d’avoir les fesses au dessus du fossé. Malgré la route humide, je suis bluffé du grip de la voiture, le train avant ne bouge pas, et je ne sens aucun sous-virage depuis mon siège passager. Petit coup d’oeil au compteur, nous sommes à 150 km/h sur cette petite route de campagne étroite.
Nicolas reste concentré, rattrapant les petits excès du train arrière en sortie de virage avec une sérénité que seuls les pilotes possèdent. Dernier freinage, nous voilà de retour à la base. Ce galop d’essai n’aura duré que 3min, mais ce sont de ces minutes qui vous paraissent bien plus longues qu’elles ne le sont, où l’on enregistre la moindre de ses sensations.

Pour en voir et entendre plus en version animée, je vous invite à regarder la seconde partie de l’essai en vidéo.

Abarth 124 GT - Jordan Prot @Jpog Photographie
Abarth 124 GT – Jordan Prot @Jpog Photographie

Merci au Team Milano pour cette formidable expérience ! Une grande première pour moi et à coup sûr, un sacré souvenir.

Merci d’oser !

Abarth 124 GT - Jordan Prot @Jpog Photographie
Abarth 124 GT – Jordan Prot @Jpog Photographie

En rentrant sur Paris, il est temps de faire le bilan de cet essai. Il faut vraiment saluer le travail d’Abarth qui cherche à rester en phase avec son histoire en proposant une voiture plaisir, bien conçue et LEGERE ! J’ai véritablement pris du plaisir à son volant et ce (magnifique) hard top en carbone étant amovible, on peut aussi profiter cheveux aux vents ce qui n’est pas désagréable avec ces températures estivales. En ces temps où l’automobile sportive n’a plus vraiment bonne presse dans l’opinion publique, merci à Abarth d’oser produire un véhicule dédié à se faire plaisir.

Abarth 124 R-GT - Rallye du Rouergue
Abarth 124 R-GT – Rallye du Rouergue

Pour ce qui est du rallye, durant le week-end qui a suivi, Nicolas Ciamin a remporté l’épreuve dans sa catégorie, et s’est même payé le luxe de réaliser le meilleur temps scratch lors de la spéciale 6 devant les R5 et autres 4 roues motrices ! Bravo à lui et à toute l’équipe.

De bonne augure pour la suite de la saison.

Abarth 124 R-GT - Rallye du Rouergue
Abarth 124 R-GT – Rallye du Rouergue
Abarth 124 GT - Jordan Prot @Jpog Photographie
Abarth 124 GT – Jordan Prot @Jpog Photographie

Catégories :

Nous twittons, suivez-nous