Essais Lotus Vidéos

Prise en main de la Lotus Exige Sport 410

Lotus Exige Sport410
Lotus Exige Sport410

C’est grâce au concessionnaire Parisien Lotus Rousseau St Ouen l’Aumône que j’ai eu l’occasion de prendre en main pour la première fois une Exige V6. Et pour mon plus grand bonheur il s’agit en plus d’une version Sport 410. Et comble de joie, la prise en main s’est effectuée non pas sur route mais sur le circuit de l’Ouest Parisien (Dreux) où j’ai déjà pas mal de repères.

Lotus Exige Sport410
Lotus Exige Sport 410

Il est difficile pour un site comme le notre d’obtenir le prêt d’une Lotus. En particulier, les véhicules de presse qui ne sont pas basés en France mais font le tour de l’Europe. Du coup les opportunités sont rares et la marque privilégie les “grands médias”, il faut compter sur la bonne volonté des concessionnaires pour pouvoir prendre le volant des bolides de Hethel.

C’est Hervé Rousseau, le sympathique et engagé concessionnaire parisien basé à St Ouen l’Aumône qui nous a convié pour cette prise en main de l’ensemble des modèles sportifs proposés dans ces concessions pour une journée à Dreux (nous aurons l’occasion d’en reparler lors d’autres essais). Et la cerise sur le gâteau était bien cette magnifique Exige Sport 410.

La version V6 de l’Exige (lire nos articles ici) n’est plus une nouveauté. Présentée en 2011 et commercialisée depuis 2012, elle a connu déjà une multitude de versions de 350 à 436 ch.

Pour la fiche technique, je me permettrais de vous renvoyer sur notre article dédié à l’Exige Sport 410, mais si vous avez la flemme de le relire, sachez que dans les grandes lignes, il s’agit de la version typée route (dénomination Sport) forte de 416 ch (410 bhp).

Lotus Exige Sport410
Lotus Exige Sport 410

Côté esthétique, cette Exige ne fait pas semblant avec ses appendices en carbone hérités de la version Cup 430. Aileron arrière, capot moteur, pour une version “route” la voiture est tout de même assez peu discrète et ressemble fortement à une vraie pistarde. L’occasion est parfaite pour vérifier ses aptitudes…

Intérieur : sport cossu

L’installation à bord d’une Exige V6, surtout avec un casque sur la tête, reste un peu acrobatique, mais il faut avouer que l’accès a été tout de même bien facilité par rapport à une Elise S1 (ma référence personnelle). A l’intérieur, il faut avouer une vraie progression au fil des versions chez Lotus. L’Exige Sport 410 n’est certes pas une GT luxueuse, mais la présentation est plutôt flatteuse. J’ai encore et toujours le coup de cœur pour le levier de vitesse à la tringlerie apparente. Aussi esthétique qu’agréable à manier comme nous le verrons plus tard.

Lotus Exige Sport410
Lotus Exige Sport 410

Tours de piste

Même s’il y a de quoi rester des heures à regarder l’Exige Sport 410, le mieux reste quand même d’en prendre le volant pour quelques tours de piste. A propos de piste, Dreux n’est certainement pas la meilleure option pour une voiture aussi performante que la Lotus. Courtes lignes droites, peu de virages rapides, l’Exige mériterait une piste plus rapide pour exprimer toutes ses qualités. d’autant que les normes de bruit régissant la piste obligent à passer au ralenti devant les stands pour ne pas affoler le sonomètre.

Lotus Exige Sport 410
Lotus Exige Sport 410

Mais pas question cependant de bouder mon plaisir. Je m’engage donc pour quelques tours. Premières impressions, la voiture est facile. Dans ce premier tour de chauffe à un rythme tranquille, l’Exige Sport 410 se conduit aussi facilement qu’une Elise Sport 220 près de deux fois moins puissante.

Il est donc rapidement temps d’accélérer un peu pour voir ce que la bête à dans le ventre. Sur la ligne droite en bout de piste je me permets de lâcher les chevaux. Non seulement ils sont bien présents et propulsent la Lotus comme un élastique, mais ils sont en plus très musicaux. Passé 4500 trs/min, le V6 d’origine Toyota change de registre pour évoquer une mécanique de compétition. C’est un plaisir à écouter pour un passionné, certainement pas le meilleur moyen de rester en bon termes avec ses voisins s’ils ne sont pas sensibles aux mélodies mécaniques.

Lotus Exige Sport410
Lotus Exige Sport 410

Mais une Lotus cela reste avant tout un châssis. Et celui de la Sport 410 est à la hauteur des attentes. Bien que la voiture soit typée route et qu’elle prenne tout de même pas mal de roulis dans les virages les plus serrés, au volant elle reste d’une efficacité remarquable. Tour de piste.

Le virage suivant les stands sur le circuit de Dreux est abordé tranquillement, particulièrement car il faut passer au ralenti devant les stands (le sonomètre toujours). Mais mine de rien, ce virage est technique car il faut prendre la corde relativement tard pour pouvoir remettre les gaz au plus vite. Abordé en troisième, il permet de se rendre compte de l’équilibre de l’auto en appui prolongé. L’Exige reste soudée au sol tout au long de la courbe et ce n’est qu’en faisant preuve d’optimisme qu’il est possible de la faire dériver un peu à l’accélération une fois le point de corde passé. Cependant même alors, la dérive n’est pas brutale et la voiture met en confiance le pilote.

Exige Sport 410
Lotus Exige Sport 410

Dans la parabolique au fond du circuit l’Exige s’engage avec précision dans la courbe sans que le train arrière n’en soit nullement perturbé. Il est possible alors de remettre les gaz assez tôt pour venir frôler le vibreur extérieur avec la mécanique à pleine charge, hurlant à l’amorce de la plus longue ligne droite du circuit.

Le freinage de l’épingle n’est qu’une formalité, la Lotus se plantant dans le bitume avec une belle force doublée d’une stabilité rassurante. L’épingle elle-même est peut-être le virage où les réglages relativement souples se font sentir, l’Exige prenant un certain roulis.

Lotus Exige Sport410
Lotus Exige Sport410

A la ré-accélération il est possible de générer un peu de survirage, mais l’électronique veille dans le mode enclenché lors de l’essai pour remettre la voiture dans le droit chemin. Il aurait fallu être en mode “off” pour bénéficier de plus de liberté (avec uniquement l’ABS connecté) mais cela ne semblait pas possible ce coup-ci.

Le gauche suivant est avalé sans difficultés juste avant un nouveau double gauche se resserrant dans lequel la stabilité de la voiture fait encore merveille. Il faut certainement rentrer plus fort que ce que je me suis permis de faire pour pouvoir véritablement placer l’auto sur les freins. Mais c’est certainement possible avec un peu plus d’expérience de la voiture.

Tout au long du circuit, le maniement du levier de vitesse est un vrai plaisir : suffisamment ferme sans jamais être difficile, précis et au ressenti très “mécanique”, il ajoute un vrai plaisir de pilotage à un ensemble déjà très vivant. Je serais bien tenté de monter un tel système pour remplacer la tringlerie par câble de ma bonne vieille Elise S1

Ces quelques tours de piste au volant de l’Exige Sport 410 ne constituent pas à véritablement parler un essai complet, mais ils m’ont au moins donné l’occasion de prendre le volant de cette machine terriblement attractive qui semble bien répondre aux attentes des passionnés. Plus facile à vivre qu’une Exige des générations précédentes grâce à un confort accru, tout en étant plus performante et musicale, l’Exige v6 est une grande Lotus. La version Sport 410 est certainement le compromis idéal pour qui veut en profiter sur route tout en se permettant parfois quelques escapades trackdays.

Lotus Exige Sport410
Lotus Exige Sport 410
Lotus Exige Sport410
Lotus Exige Sport 410
Lotus Exige Sport410
Lotus Exige Sport 410
Lotus Exige Sport410
Lotus Exige Sport 410
Lotus Exige Sport410
Lotus Exige Sport 410
Lotus Exige Sport410
Lotus Exige Sport 410
Lotus Exige Sport410
Lotus Exige Sport 410
Lotus Exige Sport410
Lotus Exige Sport 410
Lotus Exige Sport 410
Lotus Exige Sport 410

Crédit photos/vidéo @ Philippe Lagrange et @Jpog photographie

Catégories :

Nous twittons, suivez-nous