Isdera Imperator 108i : Concept-car Mercedes homologué pour la route, en vente chez Bonhams
Historique Mercedes Porsche

Isdera Imperator 108i : Concept-car Mercedes homologué pour la route, en vente chez Bonhams

Isdera Imperator 108i Série 2
Isdera Imperator 108i Série 2

« Société d’ingénierie pour le style, la conception et la course », voici la signification d’Isdera (Ingenieurbüro für Styling, DEsign und RAcing), petit constructeur automobile allemand basé initialement à Leonberg, puis Hildesheim. Excellence et innovation, telle est la devise de la petite équipe d’artisans qui entoure son fondateur Eberhard Schulz. Deux maitres mots qui seront le fil conducteur des réalisations d’Isdera.

“L’objectif n’était pas seulement d’être différent, de satisfaire le désir incessant de concept-cars plus polarisants. Nous avons construit de vraies voitures avec des solutions tangibles uniques. Intemporelles dans leur exécution, imprégnées par notre désir de faire avancer l’innovation.” diront plus tard ceux qui ont écrit l’histoire d’Isdera.

Isdera Imperator 108i Série 2
Isdera Imperator 108i Série 2
Isdera Imperator 108i Série 2
Isdera Imperator 108i Série 2
Isdera Imperator 108i Série 2
Isdera Imperator 108i Série 2

En 1969, le jeune Eberhard Schulz construit de ses propres mains sa voiture de sport, l’Erator GTE. Bien qu’ayant très peu de qualifications diplômantes, sans complexe, il démarche Porsche et Mercedes-Benz, en 1971, à la recherche d’un emploi dans leur département de design. Il arrive aux entretiens au volant de sa voiture comme une preuve suffisante de son talent, de sa passion et de son ambition : son Erator GTE représente son curriculum vitae ! Séduit, Porsche l’embauche.

Isdera Imperator 108i Série 2
Isdera Imperator 108i Série 2
Isdera Imperator 108i Série 2
Isdera Imperator 108i Série 2
Isdera Imperator 108i Série 2
Isdera Imperator 108i Série 2

Eberhard Schulz rejoint B&B GmbH & Co Auto KG à Francfort s/Main après avoir quitté Porsche. Cela lui permet de terminer le développement et de construire un prototype, pris sur son temps libre, le successeur de la Mercedes-Benz 300 SL. La CW311 fut présentée en 1978 au salon automobile de Francfort. Pour « pimenter » la réaction de la presse et des visiteurs, une étoile fut placée sur la calandre par B&B, opération qui fut à postériori approuvée par Mercedes-Benz. La marque à l’étoile n’avait aucun intérêt à mettre la CW311 en production.

Isdera Imperator 108i Série 2
Isdera Imperator 108i Série 2
Isdera Imperator 108i Série 2
Isdera Imperator 108i Série 2
Isdera Imperator 108i Série 2
Isdera Imperator 108i Série 2

Eberhard Schulz quitte B&B en 1982 et crée sa propre entreprise de production, de conception et d’ingénierie en petites séries : Isdera. En commençant par l’Isdera Spyder 033, le rêve de Schulz fut toujours de présenter la version routière de la CW311. Finalement, en 1983, la voiture a été lancée sous le nom d’Imperator 108i. Peu de choses ont changé par rapport au concept-car d’origine CW311. Les changements les plus notables concernaient le remplacement des phares escamotables par deux unités fixes et des feux arrière plus conventionnels provenant de Mercedes-Benz. Exceptionnellement, l’Imperator 108i comportait un périscope, comme sur la première Lamborghini Countach, pour la vue arrière à la place des rétroviseurs conventionnels, créant un renflement sur le toit.

Isdera Imperator 108i Série 2
Isdera Imperator 108i Série 2
Isdera Imperator 108i Série 2
Isdera Imperator 108i Série 2
Isdera Imperator 108i Série 2
Isdera Imperator 108i Série 2

Comparable aux voitures de sport exotiques de son époque, l’Imperator 108i, 1250 kg à vide, carrosserie en fibre de verre collée au châssis en acier tubulaire, comportait des portes-papillon. Elle était propulsée par le moteur V8 de 5,0 litres M117 de Mercedes-Benz de 296 ch, associé à une boîte de vitesses manuelle à cinq vitesses ZF, permettant 283 km/h en VMax et 5,1 sec sur le 0 à 100 km/h. Au fur et à mesure que Mercedes-Benz développait des moteurs V8 plus puissants (à culasses à 32 soupapes), ils furent utilisés dans l’Imperator 108i, comme les V8 5,6 et 6,0 litres AMG de 300 et 390 ch (224 et 291 kW). A l’intérieur, la voiture présentait un habitacle luxueux, avec de nombreux composants en provenance de la Porsche 928 et de pièces d’origine de la marque à l’étoile.

Isdera Imperator 108i Série 2
Isdera Imperator 108i Série 2
Isdera Imperator 108i Série 2
Isdera Imperator 108i Série 2
Isdera Imperator 108i Série 2
Isdera Imperator 108i Série 2

La suspension de l’Imperator 108i était à peu près la norme pour une supercar des années 1990 : indépendante à ressorts hélicoïdaux aux quatre roues, avec des doubles triangles à l’avant et des liens transversaux supérieurs et inférieurs à l’arrière. Les freins étaient à disques et l’Imperator 108i était livrée avec une direction assistée de série. En 1991, l’Imperator 108i reçoit un lifting avec le retour des phares escamotables, carrosserie restylée aux lignes moins anguleuses et plus courbes. Des évents ont été ajoutés au-dessus des passages de roue avant et la large entrée d’air du capot a été remplacée par une seule prise d’air NACA décalée. Dans le même temps, la calandre avant a été redessinée et les clignotants avant déplacés vers les extrémités des ailes. Les chiffres de production publiés varient en ce qui concerne le nombre d’exemplaires de la « Série 2 », allant de 13 à 17.

Isdera Imperator 108i Série 2
Isdera Imperator 108i Série 2
Isdera Imperator 108i Série 2
Isdera Imperator 108i Série 2
Isdera Imperator 108i Série 2
Isdera Imperator 108i Série 2
Isdera Imperator 108i Série 2
Isdera Imperator 108i Série 2

La production s’achève en 1993 avec un total de 30 exemplaires produits (un an de délai nécessaire pour chaque exemplaire), dont deux ont été exportés au Japon. Lors du Grand Prix de Monaco Historique de cette année, Bonhams met en vente  le seul exemplaire livré neuf au Japon.

Isdera Imperator 108i Série 2
Isdera Imperator 108i Série 2

Source CP Bonhams

Nous twittons, suivez-nous