Dodge Ford Historique Vidéos

L’histoire des voitures du film Bullitt : Mustang vs Charger

Bullitt : Ford Mustang vs Dodge Charger
Bullitt : Ford Mustang vs Dodge Charger

Si vous êtes un tout petit peu amateur d’automobiles et un tout petit peu de cinéma, je suis certain que ce rébus ne va pas vous prendre très longtemps : Ford Mustang, San Francisco, Steve McQueen. Evidemment je veux parler du mythique film Bullitt, rendu célèbre pour sa course poursuite de près de 10 minutes ! Deux stars pour cette légende, Steeve McQueen bien sûr, mais sa Mustang verte lui vole presque la vedette. Ford l’a bien compris, puisqu’après une série spéciale en 2008 pour les 40 ans du film, c’est pour le 50ème anniversaire que la dernière Mustang s’est parée du Highland Green pour une nouvelle série Bullitt. Présentée en grandes pompes avec a Alors que Ford vient de présenter une série limitée Bullitt de la toute dernière Mustang au salon de Détroit, avec en guest star Molly McQueen, la petite fille de Steve, mais aussi l’une des 2 Mustang ayant participé au tournage. Voilà qui nous a donné envie de revenir un peu sur l’histoire de cette auto originale préservée miraculeusement…

La course poursuite du film Bullitt fait désormais partie des classiques du cinéma américain, un duel entre deux 2 icônes américains : la Ford Mustang et la Dodge Charger.

La Mustang Fastback GT390

Deux Ford Mustang Fastback V8 GT390 de 1968 (N°8R02S12558 et N°8R02S12559) furent fournies par Ford. Les deux voitures identiques étaient peintes en Highland Green avec les jantes Cragar, une boite 4 pour passer au sol les 320 ch du V8. Seules quelques modifications ont été apportées pour pouvoir placer l’éclairage et les caméras tout en améliorant le châssis et la suspension pour les sauts à travers les rues de San Francisco.

 

Fun facts, à la demande de Steve McQueen les Mustang furent débadgées, point de cheval ou d’ovale bleu sur les voitures ! Pour parfaire la préparation de la poursuite, il loua un circuit afin que Bill Hickman (le conducteur de la Dodge, ancien coureur moto et cascadeur du film) et lui même, puissent s’entraîner pour les scènes où les deux voitures se frôlent. Et durant ces essais la Mustang principale fut égratignée au niveau du capot et pare choc avant par les gravillons. Evidemment, Peter Yates le réalisateur n’en fut pas particulièrement heureux, mais Steve réussis à le convaincre qu’une auto un peu “roots” correspondait mieux au personnage de Bullitt… Pas faux !

 

McQueen était un peu déçu des performances de la Mustang par rapport à la Charger, surtout sur les scènes au dessus de 100 mph de l’autoroute. Pour équilibrer un peu la donne, la Dodge fut équipée de pneus plus étroits facilitant au passage drift et burns et son moteur fut même, selon la légende qui entour le tournage, privé de 2 cylindres en débranchant les bougies. Un bruit sans doute largement diffusé par Dodge pour aider les ventes de sa Charger !

 

Après le tournage, la Mustang la moins endommagée (N°8R02S12559) fut vendue à un employé de Warner Bros nommé Robert Ross, qui l’a vendue peu après à un policier du New Jersey, Frank Marranca. La voiture refait surface en Octobre 1974, dans les colonnes des petites annonces de la page 121 du magazine Road&Track. “1968 ‘Bullett’ (sic !) Mustang Driven by Mc Queen in the movie” Steve Mc Queen, sans un peu nostalgique et aux aguets, repéra l’annonce de la vente de SA mustang mais arriva trop tard : Bob Kiernan, un fermier du New Jersey avait déjà conclu l’acquisition de la Mustang. Il voulait depuis longtemps une Fastback, Bullitt ou pas Bullitt, celle-ci fut une bonne affaire pour 6000 $.

 

Bob l’utilisa régulièrement, et lorsque qu’il eu une voiture de fonction c’est sa femme qui utilisa la Mustang pour aller au travail. Son souvenir de la voiture ? “Elle consommait beaucoup d’essence !” Pendant ce temps là, McQueen fit tout pour essayer de la racheter mais essuya à chaque fois un refus, comme en témoigne cette lettre datée du 14 décembre 1977. Il mourra en 1980 sans avoir pu assouvir son désir de retrouver la Mustang de Bullitt, sa Mustang.

 

En 1980, avec un peu plus de 65.000 miles au compteur l’embrayage de la Mustang rend l’âme, elle est remisée au garage pour ce qui sera un looong sommeil. En 1984 Bob est muté à Cincinnati, la Mustang le suit dans le déménagement. Puis en 1994 direction la Floride pour la famille Kiernan, la Mustang qui n’a pas bougé en 10 ans reste dans le Kentucky chez un ami de la famille. Un an plus tard direction Nashville, et Bob où il achète une ferme pour assouvir sa passion du cheval. Un petit garage en bois, au bout de la propriété accueille la Mustang. C’est à ce moment que la vie peu active de la 1ère Bullit s’arrête… C’est Sean, le fils de Bob, qui hérite de ce lourd secret, la Mustang qu’il connait depuis son enfance est celle de Bullitt ! C’est en discutant avec des collègues de travail qu’il lâche le morceau, voilà comment la belle endormie retrouve la lumière des spots. 100 % authentique, c’est un vrai morceau de l’histoire automobile qui refait surface !

 

La deuxième Mustang (celle qui plie la suspension avant à la fin de la scène de poursuite) fut tellement endommagée pendant le tournage qu’elle partit à la casse…

Récemment Hugo Sanchez,un mexicain passionné de Mustang recherche une caisse pour monter une réplique d'”Eleanor”. Il trouva son bonheur dans une casse de la Baja California.

 

Il amena la caisse à son ami carrossier qui s’étonna de quelques bricoles peu habituelles : des renforts de châssis , l’aile arrière-gauche intérieure trouée, une bonne quantité de dommages au châssis dans des endroits étranges et, dernier indice qui finit d’éveiller les soupçons : en grattant la peinture blanche la teinte Green Highland apparait…

 

Mais surtout c’est le N° de châssis qui certifia les choses : 8R02S125558. Il s’agit bien de la seconde Mustang du film… soit disant détruite ! Le gros trou dans l’aile arrière servait à faire passer l’alimentation de l’éclairage utilisé pour le tournage des plans intérieurs (les caméras de film de 35mm ont besoin de beaucoup d’éclairage pour exposer le film correctement). L’auto fut authentifiée par des experts et est en train d’être complètement restaurée.

 

La Dodge Charger Magnum V8

Ford prêta aussi deux Ford Galaxie sedan pour la scène de la poursuite, mais les producteurs trouvèrent les voitures trop lourdes pour sauter les collines de San Francisco. A la place, on leur préféra deux Dodge Charger Magnum V8 de 1968, une Charger R/T 1968 (V8 440 ci) jaune et une version automatique (non R/T ) bleue dégotées au concessionnaire Dodge du coin, malgré le contrat qui lie le film à la marque Ford !

 

Elles furent peintes toutes les deux en noir et furent modifiées au niveau du châssis :
barres de torsion raccourcie, bras inférieurs renforcés, amortisseurs plus rigides et des ressorts NASCAR à l’arrière.

 

Après le film, les deux Charger furent, pour des raisons d’assurances,”officiellement” détruites. Officieusement la charger principale R/T fut rapidement reconditionnée, repeinte en jaune et reparti en concession avec 62 000 miles au compteur.
Elle partit à Tucson en Arizona en 1970 ou elle ne bougea plus jusqu’à la fin des années 1990, quand l’amateur expérimenté “Mopar” Arnold Welch la retrouve … avec une livrée Gold. Il ne connaissait pas l’origine de cette auto,elle était en piteux état et elle n’avait pas démarré depuis 1973.

 

Lors de la séance de décapage,en mettant la tôle à nue,il trouva sous le Yellow Gold, du jaune, du noir… et du jaune! bizarre… Puis l’auto était percée à plusieurs d’endroits sur le plancher et la carrosserie, aussi à l’origine de pas mal de rouille à cause de l’eau de pluie qui s’infiltrait par ces orifices. Welch pensa à la Dodge de Bullitt et compara avec des photos du tournage où l’on voyait le camera man assis dans le coffre sur un siège fixé au plancher,idem pour la camera.

 

L’auto est sortie d’usine le 15 Janvier 1968, tout porte à croire que c’est l’auto du film même si la Warner Bros n’a plus aucune archive la concernant. L’auto fut complètement restaurée et mis en vente à 1 million de Dollars, mais ne se vendit pas !

 

La seconde Charger ,automatique fut réutilisée dans une autre film où elle fut complètement détruite et brûlée, peu de chance de la voir resurgir de nulle part !

Merci Gnico de 2thering.com pour les recherches archéologiques et Wikipedia.

A propos de l'auteur

Ambroise Brosselin

Ambroise Brosselin

2 commentaires

Cliquer ici pour poster votre commentaire

  • J’avais lu la même chose concernant de débadgeage, sans me souvenir de la raison du conflit entre Ford et Mc Queen.

  • J’ai en tête que si la Mustang était débadgée c’était par « représailles » de Mc Queen vers Ford qui ne voulait pas participer au financement du film. Tu confirmes ?

Catégories :

Nous twittons, suivez-nous