Actualité Lotus Vidéos

Lotus Day au Japon

La Passion vient du plus profond de nos entrailles. La plupart du temps, on ne peut l’expliquer même quand on essaye de la justifier auprès des autres. L’inexplicable attraction pour un modèle automobile ou une marque est exactement la même chose : la Passion ! Et la passion, c’est justement ce qui fait que chaque nouveau Japan Lotus Day est encore un peu meilleur que les précédents… C’est grâce à Dino Dalle Carbonare de Speedhunters que nous allons vivre par procuration cette édition 2015.

Les japonais adorent l’automobile et plus particulièrement les bonnes automobiles, même si aimer la marque Lotus ne soit pas une chose difficile en soit ! Au cours de son histoire, la marque a su rester fidèle à l’esprit de son génial créateur, et malgré des périodes plus difficiles, elle a sur se réinventer et regrouper encore plus d’amateurs admirateurs fanatiques.

Il faut avouer que lorsque vous placez le plaisir de conduite et l’agilité au volant avant tout autre chose, vous êtes certains de captiver l’esprit de tous ceux qui préfère les sensations à la puissance brute. Alors est-ce étonnant de savoir que la communauté Lotus continue de croitre au Japon ? Pas du tout !

Être propriétaire d’une Lotus ce n’est pas uniquement avoir du plaisir en voiture, c’est aussi l’opportunité de s’immerger dans une vrai expérience de course automobile. Et c’est précisément ce qui attendait les amateurs au Fuji Speedway ce dimanche de début Mai. Ce que Dino apprécie tout particulièrement, c’est de pouvoir parcourir les stands avant même que l’évènement ne commence, profitant ainsi de l’installation des voitures dans les paddocks. Et ce dimanche c’était aussi une bonne excuse pour chercher l’ombre et éviter le coup de soleil matinal !

Les box se sont remplis particulièrement vite avec un large éventail de jouets Lotus parés à prendre la piste. Tous les modèles et toutes les générations d’Elise et d’Exige étaient présentes, et même si Lotus est anglais, il n’a pas fallu longtemps à Dino pour se souvenir qu’il était bien au Japon : si les voitures sont préparées et affutées, ce n’est uniquement avec des pièces de qualité, et bien souvent les meilleures qui existent !

Dino a fait son possible pour parcourir le circuit et nous rapporter de magnifiques clichés de Lotus en action en piste, mais il s’excuse d’avoir trainer dans les stands. Ceci-dit on le pardonne tout à fait en voyant les pépites qu’il a croisé. A commencer par cette incroyable Type 35 de 1965 apporté pour l’importateur officiel Lotus Japon. Environ 22 voitures ont été produites, puis modifiées pour satisfaire les différents règlements techniques, que ce soit Formule 2 ou 3 et même les American Formula B et C. En tournant autour de cette voiture on ne peut s’empêcher de se demander combien de pilotes ont bravé leurs peurs en prenant les commandes de cet engin si formateur…

Il y a un peu de romantisme dans ces voitures de courses, un voyage dans le temps qui rappelle combine la compétition était belle et pure. C’est d’ailleurs bien pour ces sensations que les gens collectionnent et utilisent ces voitures, pour leur lien avec le passé. Et quand le pilote affiche une tenue en adéquation avec l’époque de la voiture, l’effet est encore plus saisissant comme avec cette Type 18 et son petit 998cm3 Cosworth !

Une autre perle dans les paddocks avec cette Lotus Elite Fastback, aussi belle que rare ! Si son petit 1.2 litre Coventry Climax ne développe que 105 chevaux, le poids plume de l’engin, tout juste 500 kg compense largement. Et pour 1963, année de sortie de l’Elite, c’était une auto très véloce.

Après s’être fait littéralement hypnotisé par tout ce métal, avec un peu de fibre quand même, dans les paddocks, quelle surprise pour Dino en ressortant à l’air libre : plus de 400 Lotus se sont sagement alignées dehors, offrant un spectacle haut en couleurs !!

Si vous aviez encore des doutes, je peux vous confirmer que Dino est un gars bien : tout comme moi il est fan de la Ford Cortina Lotus mk1 🙂 Comment ne pas tomber en amour devant celle-ci ? C’est admirable de voir comment une sage et banale voiture de série peut être transformée en machine efficace à limer le bitume. La Cortina, ou Consul selon les marchés, est l’une des premières à avoir emprunté cette route, mais peut-être l’une des plus réussies aussi. Elle s’est vu greffer un 1557cm3 Kent revu par Lotus et Cosworth, rien que ça, et 1000 unités furent produites pour l’homologation en Groupe 2. Les panneaux de carrosserie sont également allégés, les épures de suspension avant et arrière revues, l’allègement a même touché la boite ou le différentiel arrière qui sont moulés dans un alliage d’aluminium plus léger.

Non loin de là un exemplaire rutilant de Coupé Elite usine, qui permet d’illustrer à merveille la différence avec le Fastback aperçu plus tôt.

Voyage dans le temps immédiat avec cette 340R, version dépouillée du châssis 111. Et quand en plus il est bien utilisé, dans ce pour quoi il a été conçu, c’est un régal pour tous.

Je vous disais juste un peu plus haut que Dino était un home de goût, je crois que je vais revoir mon jugement car il avoue apprécier tout particulièrement l’Esprit 1ère génération. J’avoue que j’ai un peu plus de mal…

Par contre je le rejoins quand il dit que l’Excel lui laisse une impression étrange, pour ne pas dire bizarre…

Comment ne pas parler de Seven lors d’une journée Lotus, même à l’autre bout de la planète ? Caterham Japon était là, avec une belle R300 jaune et aussi cette paire de 160 motorisées avec un 3 cylindres Suzuki.

La journée était aussi le théâtre d’une manche de la Lotus Cup Japan qui inclue maintenant la nouvelle génération d’Exige S.

Bien sûr la journée s’est terminée sur une gigantesque parade en piste, de quoi témoigner à Lotus tout le soutient que la marque peut rencontrer au Japon.

Article librement traduit de celui de Dino Dalle Carbonare sur Speedhunters (http://www.speedhunters.com/2015/05/japan-lotus-day-2015/)

Crédit photo @ Dino Dalle Carbonare / Speedhunters

Catégories :

Nous twittons, suivez-nous