Actualité Historique Mazda

Mazda Cosmo Sport au Marathon de la Route 1968

Mazda prépare sa venue en tant que marque à l’honneur au prochain Festival of Speed de Goodwood et sort quelques belles photos de ses archives, ses débuts en Europe avec un coupé Cosmo lors d’une épreuve pour le moins éprouvante…

Vous avez certainement déjà entendu parler du célèbre rallye Liège-Rome-Liège, aussi surnommé légitimement Marathon de la Route, qui de 1931 à 1960 proposait aux voitures de Grand Tourisme de partir du circuit de Spa le mercredi à 23h00 pour y revenir le dimanche à 16h00. Et oui le Gumball3000 n’a finalement rien inventé, et déjà à l’époque certaines régions traversées par cette course sur routes ouvertes ont commencé à désapprouver l’épreuve. De 1961 à 1964 le parcours a été modifié pour partir devenir le Liège-Sofia-Liège et satisfaire les mécontents. C’est en 1965 que la course a quitté la route ouverte pour rejoindre le circuit du Nurburgring, sous la forme d’une épreuve d’endurance de 82 heures la première année, 84 les suivantes et même 96 pour la dernière édition !

En 1967 Mazda sort un coupé, le Cosmo Sport, qui outre son élégante ligne brille par sa mécanique : un birotor sous licence Wankel. Pour la firme d’Hiroshima qui cherche alors à faire connaître ce moteur rotatif et prouver sa fiabilité mise en doute par la concurrence, quoi de mieux qu’une course de 84 heures sur le circuit le plus difficile du monde ?! Sacré pari pour Mazda qui prépare alors 2 Cosmo Sport 110 S fraichement produites pour prendre part à cette course.

La préparation semble plutôt sommaire, les voitures sont débarrassées de leur pare-choc, le look y gagne en sportivité, deux paires de feux longue-portée Marchal sont ajoutées pour essayer de percer la nuit au milieu de l’enfer vert, le régime maxi est limité à 7.000 tours/min pour éviter une usure prématurée et … c’est tout !

Conscient d’être très très loin de leurs terres natales et bases techniques, les ingénieurs Mazda prépare un stock conséquent de pièces de rechange pour se donner toutes les chances de voir la ligne d’arrivée au bout des 84 heures. C’est ainsi que sont chargé dans un avion de la Japan Air Line en direction de l’Europe deux coupés Cosmo et deux containers de pièces !

La voiture n°18 sera pilotée par un équipage 100 % japonais Nobuo Koga, Yoshimi Katayama et Masami Katakura, la seconde, n°19 sera confiée à des pilotes locaux avec le trio belge Leon Dernier (“Eldé”), Yves Deprez et Jean-Pierre Ackermans (“Jipéa”).

Le départ officiel et traditionnel de la course se tient dans la cour du palais des Princes Evêques à Liège, l’occasion pour les ingénieurs japonais qui ont accompagné les voitures de faire un dernier check-up.

Le vrai départ sur la piste est donné sous un temps peu clément le mercredi soir, peu rassurant quand on imagine que l’on part pour 3 jours et demi de course non-stop ! 44 voitures sont alignées sur la grille de départ, parmi lesquelles de nombreuses Porsche 911, dont plusieurs par la maison mère, des MG C GT et Lancia Fulvia elles aussi engagées par la marque, et de nombreux teams privés plus ou moins armés à bord de BMW 2002, 1600 ou 1800, des Daf 55, Saab Sonett V4, NSU TT, Opel Kadett, Austin Mini Cooper mais aussi quelques françaises avec une R8 Gordini, des Simca ou une Peugeot 204. On peut donc constater la diversité des participants et le choix intéressant de Mazda de venir se mesurer à une concurrence si nombreuse, d’autant que deux autres constructeurs japonais sont alignés aussi : Honda avec une S800 et Datsun avec une 1600.

Après un début de course sous une large domination de MG avec une C GT en tête, le classement se modifie vendredi soir lorsque la voiture de tête ne parvient pas à s’arrêter à son stand suite à un problème de frein. Ne pouvant reculer sous peine de disqualification, elle doit faire un tour supplémentaire, sans frein, et couvrir au ralenti les 28 km de la Nordschleife perdant tout chance de victoire.

A 4 heures de l’arrivée, soit après 80 heures de course (!), les deux Cosmo sont toujours là et pointe à la 4ème et 5ème place, derrière deux Porsche officielles et une Lancia Fulvia. Malheureusement à moins d’une heure et demie de l’arrivée, la voiture n°18 pilotée par l’équipage japonais doit se retirer sur problème de pont arrière.

Heureusement la n°19 parvient à rejoindre l’arrivée, en 4ème position derrière les 2 Porsche 911 et la Fulvia, ne manquant pas de se faire remarquer. Une voiture japonaise, avec un moteur rotatif, qui termine au pied du podium juste derrière deux références du moment et devant bien d’autres, imaginez le coup d’éclat réussi ! Et si la Porsche victorieuse franchit la barre symbolique des 10.000 km avec 360 tours, la Cosmo ne termine que 15 tours derrière à 3 tours de la Lancia en 3ème place… Autant dire que le pari un peu fou est réussi et c’est là le début de la grande histoire sportive de Mazda en Europe !

Si vous êtes tombé sous le charme de cette endurante Cosmo, cherchez bien, il a existé une maquette au 1/24ème reprenant fidèlement la décoration d’époque.

Mais si comme moi les maquettes ne sont pas trop votre truc, vous pouvez toujours vous mettre en quette d’une Cosmo à l’échelle 1/1 pour en faire une fidèle réplique, comme celle-ci aperçue au Japon. Bon courage pour trouver cette rare rotative…

Source : Mazda UK et crédit photos @ archives Mazda et Inove Manore (https://www.flickr.com/photos/inque3/)

Catégories :

Nous twittons, suivez-nous