Actualité Historique Retromobile Retromobile 2016

Retromobile 2016 : C’est dans un mois !

Alpine A310 V6
Alpine A310 V6

Avec les fêtes et la reprise du boulot à la rentrée on en aurait presque oublié Rétromobile. Pourtant il est temps de se réveiller car dans un mois ce sera déjà terminé !

Et oui le premier salon d’anciennes français ouvrira ses portes du mercredi 3 au dimanche 7 février 2016, au Parc des expositions de la Porte de Versailles, de 10h à 19h tous les jours, avec deux nocturnes le mercredi et le vendredi.

Comme tous les ans Rétromobile sera l’occasion de retrouver les clubs regroupés généralement par marque et les vendeurs de voitures, d’accessoires, de pièces et d’objet automobilia. Mais ce qui change tous les ans, outre les 3 ventes aux enchères majeures sur lesquelles on reviendra, ce sont les expos spécifiques, en voici un petit aperçu…

C’était l’année 1976

Souvenez-vous… En 1976, Bison Futé met de l’ordre sur la route des vacances ; Steve Jobs et ses acolytes inventent Apple un 1er avril. En août, au Nürburgring, la Ferrari de Lauda dévie de sa trajectoire et s’envole. Il revient dans la course quelques semaines plus tard !

Mais ce n’est pas tout : la Française des Jeux invente le Loto ; le Concorde effectue son premier vol commercial opéré par Air France à destination de Rio de Janeiro ; Téléphone, The Clash et U2 émergent sur la scène musicale ; la Palme d’or cannoise revient à Taxi Driver de Martin Scorsese ; Peugeot happe Citroën et une bande de doux dingues inventent le premier grand salon dédié à la voiture ancienne : Rétromobile.

Cette année-là justement, Renault dégaine sa « 7 CV du bonheur », la R14 ; Mercedes présente sa nouvelle berline W123 ; BMW son coupé de grand tourisme Série 6 E24 ; Citroën décline sa CX en break ; Alfa Romeo dévoile son élégant coupé Sud Sprint ; Alpine implante un V6 PRV dans son A 310 et Volkswagen lance une bombe : la Golf GTI. Ces autos ont aujourd’hui quarante ans et le magazine Youngtimers tenait à célébrer cet anniversaire en les réunissant sur un podium dédié.

Alpine A310 V6
Alpine A310 V6
Alpine A310 V6
Alpine A310 V6

Les monstres des records avec le National Beaulieu

L’homme a toujours voulu aller plus vite avec une seule obsession rattraper la ligne d’horizon. La vitesse a toujours été un véritable leitmotiv des constructeurs, aujourd’hui comme hier. Pas si loin des performances de certaines voitures contemporaines, les voitures d’antan n’étaient pas en reste. Le Salon Retromobile présentera aux visiteurs 3 voitures de records : des voitures mais surtout des histoires d’exception dont le point commun était la chasse de la vitesse. Véritables témoins d’histoire, ces bolides furent pensés par des passionnés de mécanique à la recherche de sensations.

La Napier de 1903

Cette doyenne est la plus ancienne voiture de course britannique qui a survécu jusqu’à aujourd’hui. Elle participera, entre autre, à la célèbre course de la Coupe Gordon Benett de 1903. C’est à son volant que le pilote Charles Jarrott, alors qu’il était en pleine accélération, fit une embardée et finit par se retourner dans le fossé. Lui et son copilote furent blessés et la Napier partiellement détruite. C’est le pilote belge Camille Jenatzy qui remporta la course au volant de sa Mercedes. C’est ce même pilote qui fit le premier à dépasser les 100 k/h aux commandes de la voiture électrique La Jamais Contente en 1899. Par la suite la Napier traversa l’océan pour l’Amérique et c’est en 1987 qu’elle retrouva son pays d’origine dans la collection du National Motor Museum of Beaulieu. Pour le plus grand plaisir des visiteurs la Napier effectuera des démonstrations de démarrage de son impressionnant moteur 4 cylindres de 7,7 litres.

Napier - 1903
Napier – 1903

La Darracq V8

Voici la fabuleuse histoire de la Darracq V8. A notre époque la plus part des constructeurs automobiles construisent des véhicules qui ont la capacité de rouler à des vitesses élevées, mais qui se souvient du jour ou, pour la première fois, une automobile à frôler la vitesse mythique des 200 kilomètres par heure.
L’évènement s’est déroulé aux Etats Unis en Floride il y a 110 ans. A cette époque, les constructeurs se rivalisaient sur le champ de bataille de la vitesse pure. En 1905 dans les ateliers Darracq à Suresnes c’était l’effervescence, l’ingénieur mécanicien Ribeyrolles accoupla 2 blocs moteurs 4 cylindres sur une base commune et créa ainsi un énorme 8 cylindres en V dans l’espoir de pouvoir aller plus vite que les autres. C’est à la fin du mois de Janvier 1906 que le pilote français Victor Demogeot démarra l’énorme moteur huit cylindres en V de sa Darracq. Cette impressionnante automobile française représentait la puissance mécanique à l’état brut. Son châssis nu sans freins à l’avant, offrait deux places assises et l’absence totale de carrosserie laissait à l’air libre le gros moteur V8 surmonté de son réservoir d’essence en forme d’obus. Après un court instant de chauffe Victor Demogeot poussa la manette de l’accélérateur à fond. Dans un bruit de tonnerre le gros V8 de 25 litres et demi de cylindrée lâcha ses 200 chevaux et s’élança sur la piste de terre pour atteindre la vitesse de 197 km/h. Cette voiture mythique fera de nouveau entendre le son rageur de son énorme V8 en démonstration extérieure.

Darrac V8
Darrac V8

La Fiat S76, la bête de Turin

On vous en a déjà parlé, elle est magnifique, impressionnante, magique, elle mérite à elle seule le déplacement Porte de Versailles, c’est la Bête de Turin !

Cette voiture de record fut conçue par Fiat en 1911 pour concurrencer la puissante Blitzen Benz 200 cv. Deux exemplaires de ce monstre mécanique furent construits. Les ingénieurs italiens de l’époque montèrent sur un châssis un imposant moteur qui, à l’origine, était conçu pour propulsée des ballons dirigeables. 4 cylindres, pratiquement 30 litres de cylindrée, 300 cv à 1900 tr/min pour un poids de prêt d’une tonne. Ce moteur était un véritable monument de métal.

La voiture fut construite autour du moteur car ce dernier était réellement énorme, a un tel point que la hauteur du capot masquait en grande partie la visibilité du pilote. La bête au repos était déjà impressionnante, presque 4 mètres de longueur avec 1,60 m de hauteur de capot pour un poids de 2 tonnes. C’est le pilote Felice Nazzaro qui fut le premier à essayer la machine dans les rues de Turin. Dès les premiers tours de roue, la voiture s’imposa au pilote, le gigantesque couple du moteur arrachait la voiture de la route, la carrosserie vibrait de tous ses boulons, la direction devenait imprévisible et les freins inexistants. L’énorme Fiat traversait les rues de la capitale italienne dans un bruit de tonnerre crachant des flammes et d’épaisses volutes de fumée noire. Quand Felice Nazzaro coupa le contact du monstre rouge, il se dit que l’enfer existe et que la voiture est extrêmement dangereuse et pratiquement inconduisible. Malgré ces essais inquiétants, Fiat engagea le grand pilote italien Pietro Bordino. A son tour, il tenta plusieurs records de vitesse maximale mais sans jamais réussir à battre la Blitzen Benz. Bordino arrêta l’aventure fin 1911 car il eut la frayeur de sa vie quand l’énorme Fiat dérapa à plus de 180 km/h pour finir sa course enlisée dans le sable de la plage de Saltburn. Par la suite, cette voiture indomptable fut vendue, au prince russe Boris Soukhanoff. A son tour, il tenta des records. Il atteignit plus de 210 km/h à Ostende en décembre 1913, battant ainsi le record sur le kilomètre établi de la Blitzen Benz. Il raconta que la voiture était impressionnante à l’arrêt et terrifiante à conduire. Il fallait se battre en permanence pour maintenir le fauve en ligne droite mais qu’il était impossible de faire quoique ce soit en virage du fait du poids de l’énorme moteur et du freinage inexistant. La voiture fut renvoyée à Turin fin 1913 après que le prince Soukhanoff soit passé très près de la mort à Brooklands. Par la suite la Fiat S 76 fut vendue au Mexique puis finalement traversa les océans pour arriver en Australie. Et c’est très loin de son pays d’origine qu’elle termina finalement sa course folle détruite dans un grave accident.
La deuxième S76 était restée en réserve chez Fiat. Les ingénieurs italiens décidèrent de neutraliser cette bête infernale. La voiture fut réformée en 1920 puis démontée. Par respect d’une prouesse technique, seul l’imposant moteur fut conservé.

Fiat S76
Fiat S76

Les Rhomboïdes débarquent à Retromobile

Non ce n’est pas une nouvelle adaptation de «La Guerre des Mondes » d’Orson Welles ni le nom d’une nouvelle planète satellite de Saturne. Depuis que l’automobile existe, les inventeurs n’ont jamais cessé de rechercher de nouvelles solutions techniques qui, selon certains, vont être sans aucun doute révolutionnaires. C’est dans cet état d’esprit que le concept d’un véhicule à quatre roues positionnées en losange est né il y a pratiquement un siècle. Les automobiles à train roulant « Rhomboïde ».
Gabriel Voisin, pionnier de l’aéronautique et constructeur d’automobile, a pensé et conçu les premiers plans d’une voiture à roues positionnées en losange, il a baptisé ce projet « Voiture de l’Avenir ». Depuis, ce concept hors norme est toujours d’actualité car la dernière réalisation de véhicule à configuration Rhomboïde date de 2007. Cette année les visiteurs pourrons découvrir 5 automobiles uniques au monde à roues positionnées en losange.

Rhomboide
Rhomboide

Elles ont plus de 100 ans et elles roulent encore !

Cette année Rétromobile et le club Les Teuf-Teuf se sont associés pour présenter aux visiteurs 6 automobiles plus que centenaires qui feront des démonstrations dynamiques en extérieur. Elles portent parfois de curieux noms comme Borderel et Cail, De Bazelaire, Lacoste et Batmann ou Delaugére et Clayette. Les carrosseries étaient très rudimentaires et largement inspirées des voitures hippomobiles. Très souvent les portières et le toit étaient réservés aux automobiles de haut de gamme.
La longue liste de tous ces petits constructeurs qui souvent n’ont survécu que quelques années puis sont tombés dans l’oubli sont aujourd’hui les dignes représentants de la modernité dans l’histoire de la locomotion.

Rétromobile 100 ans
Rétromobile 100 ans

Source : CP Rétromobile

A propos de l'auteur

Ambroise Brosselin

Ambroise Brosselin

5 commentaires

Cliquer ici pour poster votre commentaire

Laisser un commentaire

Catégories :

Nous twittons, suivez-nous