Actualité Bell & Ross Renault Sport Auto

Renault Sport F1 2016 : Elle s’appelle R.S. 16 et ce n’est pas tout… le renouveau de Renault Sport

C’est avec un bon quart d’heure de retard que la conférence de presse à commencé aujourd’hui pour la présentation du programme sportif de Renault et de la Formule 1 en particulier. Menée tambour battant, elle s’arrêta à 14h10, laissant place aux interviews et séances photos. Revue de détails…

Renault Formule 1 R.S. 16/R.E. 16
Renault Formule 1 R.S. 16/R.E. 16

Stratégie sportive

Carlos Ghosn, Président-Directeur Général du Groupe Renault, a dévoilé le dispositif global de Renault en sport automobile. Renault Sport sera placé au cœur de cette nouvelle stratégie composée de deux piliers : Renault Sport Racing et Renault Sport Cars.

Renault Sport Racing comprendra les activités de Renault en compétition, dont la nouvelle écurie de F1 “Renault Sport Formula One Team” et la Formule E “Renault e.dams”, Formula Renault 2.0, Renault Sport R.S. 01 Trophy, ainsi que d’autres programmes de compétition-clients sur circuit et en rallye. Renault Sport Racing gèrera ses engagements depuis ses deux sites d’Enstone au Royaume-Uni et de Viry-Châtillon en France.

Renault Formule 1 R.S. 16/R.E. 16
Renault Formule 1 R.S. 16/R.E. 16

Renault Sport Cars, une émanation de l’actuelle division Renault Sport Technologies, intégrera le développement et la commercialisation de la gamme de véhicules sportifs badgés Renault Sport comme les excellentes Megane R.S. Trophy-R et Clio R.S. 220 EDC Trophy. A l’avenir, Renault Sport va développer son empreinte internationale, l’attrait pour sa marque – pour toucher un public plus large – et faire croitre sa gamme par l’intermédiaire d’investissements supplémentaires en R&D.

La nouvelle écurie Renault Sport Formula One Team a pour mission – de part l’audience planétaire de la Formule 1 – de promouvoir les activités et les produits de Renault en sport automobile. Renault Sport Racing et Renault Sport Cars travailleront main dans la main pour maximiser les synergies techniques et commerciales, de la piste à la route. La première démonstration de cette étroite relation entre les deux entités sera révélée lors du Grand Prix de Monaco. Nous pensons à la présentation de la future Megane R.S.

De retour en F1 sous son nom

« Les sports mécaniques attisent toujours l’imaginaire des passionnés, comme des conducteurs de tous les jours. Aujourd’hui, nous lançons donc un programme exhaustif. La Formule 1 est au cœur de nos efforts visant à accroître la notoriété de Renault, particulièrement sur des marchés où la Marque fait ses premiers pas. Cet engagement est également destiné à promouvoir le transfert de technologies de la piste à la route », commente Carlos Ghosn, Président du Groupe Renault.

En “off”, un budget de 300 millions d’euros est avancé, ce qui est peu face aux 453 millions de Mercedes GP, 372 millions de la Scuderia Ferrari et 324 millions de Red Bull (valeurs 2014 – sources Autosport). A titre de comparaison, le club de foot parisien, le PSG est doté d’un budget de 500 millions d’euros. En 2006, année fastueuse pour Renault F1 Team – Championne du Monde constructeur et pilote – les dépenses s’élevaient déjà à 296 millions d’euros. On comprend donc aisément pourquoi les titres de Champion du Monde constructeur et pilote ne sont pas évoqués, ou du moins seulement à un horizon à moyen terme.

Renault Formule 1 R.S. 16/R.E. 16

Renault Formule 1 R.S. 16/R.E. 16

Renault Sport Racing sera présidé par Jérôme Stoll, avec le soutien de Cyril Abitboul dans un rôle de Directeur Général. Frédéric Vasseur (Directeur d’écurie en Formule E notamment) sera sous les ordres de ce dernier en tant que Directeur de la Compétition, en charge des questions sportives et techniques. Renault Sport Cars sera dirigé par Patrice Ratti, Directeur Général. Guillaume Boisseau, Directeur des Marques du Groupe Renault, sera en charge du marketing et s’assurera que l’activation et le positionnement des programmes sportifs soient en phase avec la stratégie marketing de Renault.

Au cœur des activités sportives, s’impose la nouvelle écurie Renault Sport Formula One Team. Ce nouveau concurrent engagera un châssis Renault R.S.16 développé et assemblé à Enstone, tandis que le groupe propulseur Renault R.E.16 continuera d’être développé à Viry-Châtillon.

Un certain nombre de nominations a été réalisé à des postes clés de l’écurie de Formule Un. Bob Bell devient Directeur Technique F1 et aura sous sa responsabilité Nick Chester, Directeur Technique Châssis, et Rémi Taffin, Directeur Technique Moteur. Kevin Magnussen et Jolyon Palmer sont confirmés comme pilotes titulaires de Renault Sport Formula One Team. Ils seront accompagnés par l’espoir français Esteban Ocon, qui rejoint l’équipe en tant que troisième pilote et pilote de réserve.

Jolyon Palmer - Esteban Ocon - Kevin Magnussen
Jolyon Palmer – Esteban Ocon – Kevin Magnussen

Partenaires pour la F1 : Infiniti, une place de choix

Renault a annoncé son pool de partenaires lors de l’événement. Marque de l’Alliance, Infiniti va continuer son aventure en F1 aux côtés de Renault, en renforçant son engagement par le biais d’un programme technologique spécifique. Infiniti – marque premium de Nissan – développera la seconde génération de systèmes de récupération d’énergie (ERS) pour le groupe propulseur F1 ! Le partenariat technique entre Total et Renault se poursuivra en 2016 malgré le départ de Romain Grosjean.

Renault Formule 1 R.S. 16/R.E. 16
Renault Formule 1 R.S. 16/R.E. 16

Renault a également annoncé de nouveaux partenariats avec d’autres marques prestigieuses, dont l’horloger de luxe Bell & Ross, la plus innovante des jeunes pousses d’ingénierie acoustique Devialet, le groupe de prêt-à-porter Bestseller et le renouvellement des contrats avec des partenaires actuels de l’équipe F1, dont Microsoft et EMC. Renault continuera de travailler avec Gravity Motorsports, une filiale de Genii Capital Group qui conserve une part minoritaire de l’écurie de F1 : Gérard Lopez reste directeur non-exécutif de l’écurie.

Les détails des programmes de Renault Sport Racing

Les anciennes équipes de Renault Sport Technologies dédiées à la compétition-clients travailleront désormais sous la bannière de Renault Sport Racing, toujours sous la direction de Jean-Pascal Dauce. La nouvelle organisation permettra à Renault de connecter chaque catégorie plus efficacement, en rallye avec Clio R3T et le rallye-raid, et avec les formules monotypes comme la Clio Cup et Renault Sport R.S.01 Trophy. Renault continue également son implication dans la catégorie monoplace Formula Renault 2.0. Depuis plus de quarante-cinq ans, cette discipline a permis à de nombreux champions de débuter en sport automobile et d’atteindre le plus haut niveau : 60 % des pilotes titulaires en F1 viennent de la Formule Renault !

Renault Formule 1 R.S. 16/R.E. 16
Renault Formule 1 R.S. 16/R.E. 16

Les activités de Renault en Formule E seront également intégrées à Renault Sport Racing. Renault s’est engagé dans ce championnat jusqu’à – au moins – la quatrième saison avec l’équipe Renault e.dams (Driot Armoux MotorSport) dirigée par le quadruple Champion du Monde de F1 Alain Prost et de Jean-Paul Driot. Durant les prochaines saisons, Renault Sport Racing développera et fournira le groupe propulseur composé d’une boîte de vitesses et d’un moteur électrique à Renault e.dams. Les objectifs sont ambitieux : gagner les titres Pilotes et Constructeurs !

Renault Formule 1 R.S. 16/R.E. 16
Renault Formule 1 R.S. 16/R.E. 16

Renault Sport Academy

La Renault Sport Academy a aussi été annoncée avec le double objectif de détecter de jeunes talents capables d’accéder à la F1, à travers la promotion et le soutien de pilotes locaux issus des marchés où Renault est implanté. Quatre pilotes sont annoncés pour les débuts de l’Academy : Oliver Rowland, champion en titre de Formula Renault 3.5 Series, ainsi que les trois premiers de l’Eurocup Formula Renault 2.0 : Jack Aitken – par ailleurs vainqueur de la Formula Renault 2.0 ALPS, Louis Delétraz – également titré en Formula Renault 2.0 NEC – et Kevin Jörg. Rowland évoluera en GP2, Delétraz disputera le championnat nouvellement renommé de Formula V8 3.5 tandis qu’Aitken et Jörg concourront en GP3. Chaque pilote aura des objectifs personnels à accomplir dans le cadre de sa progression de carrière.
Durant toute l’année, leur programme de préparation physique inclura des évaluations à Enstone, base britannique du Renault Sport Formula One Team, sans oublier des stages d’entrainement avant la saison et pendant la trêve estivale. À Enstone, un autre stage d’immersion leur permettra de se familiariser avec les modes de fonctionnement du Renault Sport Formula One Team.

Crédit photos @ Renault Sport

Source CP Renault Sport

A propos de l'auteur

Pierre Henri Brautot (@PH_Brautot)

Pierre Henri Brautot (@PH_Brautot)

1 commentaire

Cliquer ici pour poster votre commentaire
  • Mazette ! Renault ne rigole pas son retour sur investissement en Formule 1. C’est du sérieux et tout le monde est prié de relever les manches et de donner des coups de colliers ! La pression sur les équipes est déjà palpable avant même le début des 1er essais à Barcelone…