Aston Martin Valhalla, la SF90 anglaise
Actualité Aston Martin

Aston Martin Valhalla, la SF90 anglaise

Aston Martin Valhalla
Aston Martin Valhalla

Dans le cadre du Grand Prix de Formule 1 de Grande Bretagne, Aston Martin présente officiellement sa supercar hybride Valhalla, dérivée de la Valkyrie (AM RB-001). La marque de Gaydon a de grande ambition pour la Valhalla puisqu’elle en attend un temps au tour du Nürburgring inférieur à 6 min 30, soit 13 sec plus rapide que les Porsche 911 GT2 RS (991.2 équipée du kit Performance de Manthey Racing) et Mercedes-AMG GT Black Series. Le concept d’origine AM RB-003 exposé au Salon de Genève 2019 (lire ici) et la Valhalla définitive ne sont plus vraiment la même voiture, beaucoup de choses ayant changé au gré de l’évolution capitalistique et financière d’Aston Martin.

Exit Tadek Marek

En 2019, Aston Martin – sponsor de l’écurie de Formule 1 Red Bull – est en partenariat technique avec Red Bull Advanced Technology, débuté en 2016, pour la conception de l’hypercar Valkyrie (lire ici, là également et ici aussi). Une version « assagie », sous forme de concept, est dévoilée à Genève en deux déclinaisons : Valhalla (AM RB-003) à châssis carbone et Vanquish Vision à châssis aluminium (lire ici).

Aston Martin Valhalla
Aston Martin Valhalla
Aston Martin Valhalla
Aston Martin Valhalla

Le moteur est un tout nouveau V6 3.0L hybride, comme les McLaren Artura (lire ici) et Ferrari F296 GTB (lire ici). Aston Martin développe en interne ce bloc qui doit fournir 715 ch, propulsant les 1350 kg (à vide) de la Valhalla à plus de 350 km/h et lui permettant un 0 à 100 km/h en 2,5 sec. Son nom de code est TM01, pour Tadek Marek, père des 6 cylindres de la DB4 et V8 de la DBS. Il dispose de turbos à l’intérieur du V, son poids est de 200 kg maxi. Mais la marque anglaise est rapidement en proie à des difficultés financières qui l’obligent à modifier son actionnariat avec l’arrivée de nouveaux acteurs. Il faut faire des économies et retrouver au plus vite une situation financière saine. Aston Martin prévoyant un développement couteux pour le respect des normes antipollution Euro 7, le TM01 est purement abandonné.

Aston Martin TM01 (V6 3.0L biturbo)
Aston Martin TM01 (V6 3.0L biturbo)

Depuis 2017, Aston Martin est en contrat de fourniture moteurs et d’électronique embraqué avec Mercedes-AMG, actionnaire de son capital. La marque allemande fournit le V8 4.0L biturbo M177 de 510 ch (375 kW) et 700 Nm pour les DB11, Vantage et DBX. Un temps pressenti, un autre moteur AMG correspondant au spécifications initiales V6 3.0L biturbo, le M276 (DE30LA) de 390 ch (287 kW) et 520 Nm, ouvert à 60° qui se passe d’arbre d’équilibrage. Lotus aurait pu le retenir pour sa nouvelle Emira (lire ici) s’il n’était pas servi uniquement par une boite de vitesse automatique.

Mercedes AMG M276 (V6 3.0L biturbo)
Mercedes AMG M276 (V6 3.0L biturbo)

Un V8, sinon rien

Mais les performances du M276 sont beaucoup trop justes pour le projet Valhalla qui doit approcher des 1000 ch. Aston Martin choisit donc le V8 4.0L biturbo M178 (LS2), doté d’un vilebrequin plat, qui équipe l’AMG GT R Black Séries (lire ici) avec 730 ch (537 kW) et 800 Nm. Dans cette version spécifique à Aston Martin, il développe 750 ch et son rupteur intervient à 7 200 tr/min. Il est associé à deux moteurs électriques d’une puissance totale de 204 ch (150 kW), l’un monté sur l’essieu avant et l’autre sur l’essieu arrière. La puissance combinée s’élève à 950 ch pour 1000 Nm de couple. Ce groupe motopropulseur hybride est secondé par une transmission à double embrayage à 8 vitesses équipée des fonctions “e-reverse” (marche arrière électrique) et “e-diff” (différentiel à glissement limité électronique). Comme sur la McLaren 600 LT, les sorties d’échappement, avec volet actifs, sont situées sur la partie haute, au dessus du moteur.

Mercedes-AMG M178 (LS2)
Mercedes-AMG M178 (LS2)

La partie châssis est restée conforme au concept originel, tout en carbone, sur lequel viennent se fixer une suspension avant à tige de poussée, de style Formule 1, avec ressorts et amortisseurs montés à l’intérieur, réduisant la masse non suspendue et à l’arrière un multi-bras avec amortisseurs réglables « Multimatic Variable Spring » et « Adaptive Spool Valve (ASV) ». Le mode « Track » réduit la hauteur de caisse, maximisant la force d’appui. Un système de relevage de l’essieu avant soulève le nez pour passer sur les pentes difficiles (dos d’âne, rampe de garage, …). Il a également fallu loger non plus un V6 mais un V8, plus gros, en plus de la batterie sous 400 V (capacité non communiqué pour le moment). La direction assistée est électrique. Les freins carbone céramique haute performance sont abrités par des jantes de 20 pouces à l’avant et 21 pouces à l’arrière, habillées par des pneus Michelin, Pilot Sport Cup 2.

Aston Martin Valhalla
Aston Martin Valhalla
Aston Martin Valhalla
Aston Martin Valhalla
Aston Martin Valhalla
Aston Martin Valhalla

Lors de la conduite en mode EV 100% électrique, la puissance de la batterie est dirigée exclusivement vers l’essieu avant. Dans les autres modes de conduite, la puissance de la batterie est répartie entre les essieux avant et arrière, le pourcentage envoyé à chaque essieu varie constamment en fonction des exigences de conduite. Dans certaines situations, 100 % de la puissance de la batterie peut être envoyée à l’essieu arrière, complétant ainsi la puissance du V8 biturbo. En mode EV uniquement, la Valhalla sera capable d’une vitesse maximale de 130 km/h (80 mph) et une autonomie de 15 km. Les rejets de CO2 prévu (WLTP) sont inférieurs à 200 gr/km. La Valhalla est annoncée pour 330 km/h (217 mph) en Vmax et 2,5 sec sur le 0 à 100 km/h, comme la Ferrari SF90 Stradale (lire ici). Avec une masse à vide de 1550 kg, soit 200 kg de plus que prévu (!), la Valhalla se situe au même niveau que l’italienne qui pèse 1570 kg. Comptez 1,7T en ordre de marche.

Aston Martin Valhalla
Aston Martin Valhalla
Aston Martin Valhalla
Aston Martin Valhalla
Aston Martin Valhalla
Aston Martin Valhalla

Bénéficiant d’une aérodynamique inspirée de la Formule 1, où Aston Martin est engagée officiellement cette année en tant qu’écurie, et de l’hypercar Valkyrie, la Valhalla utilise une combinaison de surfaces aérodynamiques actives – en particulier les surfaces avant et l’aileron arrière – et une gestion du flux d’air du soubassement, à travers des tunnels venturi : la force d’appui atteint 600 kg à 240 km/h (150 mph). Une écope de toit alimente directement en air le moteur V8, ainsi que des prises d’air et des évents latéraux et arrière supplémentaires. A noter, l’ouverture et fermeture des portes dièdres à charnières vers l’avant et les découpes dans le toit qui facilitent l’entrée et la sortie dans l’habitacle.

Aston Martin Valhalla
Aston Martin Valhalla
Aston Martin Valhalla
Aston Martin Valhalla
Aston Martin Valhalla
Aston Martin Valhalla

Aston Martin ne montre pas pour le moment l’intérieur de la Valhalla, mais annonce qu’elle sera équipée de feux à LED adaptatifs, d’une climatisation automatique bizone, d’un régulateur de vitesse adaptatif, d’une surveillance des angles morts, de freinage d’urgence automatique, de l’avertissement de collision avant, d’une caméra de recul (avec option de vue panoramique), d’un écran tactile central intégrant Apple CarPlay et Android Auto… Les pédales et la colonne de direction sont réglables, permettant de fixer les bases des sièges à la structure du châssis. Les planchers sont également surélevés pour une position assise basse, des hanches aux talons, comme dans les Formule 1.

Aston Martin Valhalla
Aston Martin Valhalla
Aston Martin Valhalla
Aston Martin Valhalla
Aston Martin Valhalla
Aston Martin Valhalla

La voiture sera commercialisée en 2022, 500 Valhalla seraient produites au tarif de 1 million de livres, ce qui reste à confirmer par Aston Martin.

Source CP Aston Martin

Nous twittons, suivez-nous