Actualité Essais Tesla

Essai : Tesla Model S 85D, la fin de l’âge de pierre…

Tesla Model S 85D
Tesla Model S 85D

Bien que piqué au super sans plomb et amateur de montées en régime sonores, je dois bien me rendre à l’évidence : la voiture électrique semble véritablement prendre son envol depuis quelques années. Si l’essai de la BMW i3 avait su me convaincre de la nouvelle efficacité de ce type de véhicule, j’étais resté sur ma faim en ce qui concerne le plaisir de conduite. Jusqu’à ce que Tesla passe par là…

Tesla Model S 85D
Tesla Model S 85D

Petit rappel historique. C’est à l’aube des années 2000 (2003 pour être précis) que fût fondée la société Tesla Motors. Ce n’est qu’en 2008 que démarra la commercialisation du premier véhicule : le Roadster. Il s’agissait alors d’une Lotus Élise convertie à l’énergie électrique. Véhicule de niche, il permit à la firme californienne de se faire un nom et surtout de la publicité au travers de quelques stars ayant craqué pour cette sportive aussi originale que performante.

Tesla Model S 85D
Tesla Model S 85D

Il fallut attendre 2012 pour voir apparaître le Model S. Berline luxueuse et accessoirement premier châssis spécifique Tesla. Tous les goûts sont dans la nature, mais en toute objectivité, la ligne de la S prête difficilement le flanc à la critique. Tout au plus pourra-t-on lui reprocher une certaine inspiration chez la concurrence. Le bandeau chromé sur la poupe rappelle la Jaguar XF, le profil évoque la Maserati Quattroporte et la face avant ou encore le galbe des ailes arrières a de faux airs d’Aston Martin.

Tesla Model S 85D
Tesla Model S 85D

Vous pouvez crier au manque d’originalité, mais qui d’entre vous rechignerait à passer une nuit avec une femme sous prétexte qu’elle a les yeux d’Angelina jolie, la poitrine de Scarlett Johansson et les jambes de Claudia Schiffer ? Pour Mesdames, appliquez la même recette avec le sourire de Bratt Pitt, les pectoraux de Hugh Jackman et les fesses de David Beckham ?

Tesla Model S 85D
Tesla Model S 85D
Tesla Model S 85D
Tesla Model S 85D

Pour en revenir à cette carrosserie, elle se montre non seulement élégante, mais aussi soignée dans les détails. Les poignées de porte affleurantes sont à elles seule un premier motif de ravissement. Parfaitement intégrées, elles ressortent lorsque vous approcher de la voiture. Certes quelques détails d’alignement de joints sont encore perfectibles, mais la Tesla est à ranger dans cette catégorie de voiture que vous prenez plaisir à simplement contempler.

Tesla Model S 85D
Tesla Model S 85D
Tesla Model S 85D
Tesla Model S 85D
Tesla Model S 85D
Tesla Model S 85D

Le design de l’habitacle est des plus épurés. Bien sûr la première chose qui vous saute aux yeux quand vous prenez place à bord c’est l’écran de ciném… euh, la télévis… non plus… la tablette tactile. Mais cette dernière est, sans exagérer, aussi grande qu’un écran de PC : 17 pouces ! Pour faire simple, il embarque l’ensemble des fonctions de la voiture. La radio, le téléphone, la caméra de recul et le GPS bien entendu, avec fonction GoogleMap intégrées, mais aussi la commande de toutes les ouvertures (portes, coffre, trappe de recharge et même toit ouvrant), ainsi que les réglages dynamiques de l’auto, avec le mode de conduite (confort, standard, sport), la hauteur de caisse (pratique pour passer un trottoir ou une rampe de parking) ou encore la fonction “rampage” qui permet d’avancer lorsque les freins sont relachés.

Tesla Model S 85D
Tesla Model S 85D

L’affichage d’une fonctionnalité peut se faire sur la totalité de l’écran ou encore se splitter avec un double affichage. Bref il s’agit véritablement du cœur de la voiture qui permet de faire tout à part tourner le volant et accélérer. Le tout avec une ergonomie et une facilité d’utilisation absolument bluffante !

Mais essayons de quitter des yeux cet élément central de la voiture pour regarder ce qu’il y a autour. La réponse tombe vite : il n’y a rien ! A part le bouton de warning et, symétriquement, celui pour ouvrir la boite à gant, la planche de bord est totalement épurée. Dans sa finition mêlant laque noire sur la partie verticale et Alcantara sur le dessus et cuir partout ailleurs, notre modèle d’essai transpire la qualité.

Tesla Model S 85D
Tesla Model S 85D

En route pour les confins de l’infini

« Journal de bord du capitaine Lagrange. Genevilliers, temps terrestre vendredi 19 juin. Je m’apprête à prendre les commandes du vaisseau Tesla Model S 85D. L’autonomie indiquée est de 400 km environ. » Le décollage s’effectue en douceur. Je dois cependant faire attention car la largeur hors norme du véhicule (presque 2 mètres) le rend sensible aux trottoirs.

Tesla Model S 85D
Tesla Model S 85D

La navigation dans l’espace parisien ne présente pas de difficultés. La prise en main est des plus faciles et la propulsion électrique rend la progression extrêmement douce. Je m’engage enfin sur une autoroute avec la possibilité de prendre de la vitesse. Rien à signaler, la Model S réagit bien. Arrêt au péage. Le couloir est étroit et une fois de plus les deux mètres de largeur demandent la plus grande circonspection. La barrière se lève, la voie est dégagée, il est temps de prendre son envol. Pédale de droite à la butée. La Tesla bondit, que dis-je, elle s’arrache littéralement du sol dans un léger sifflement rapidement couvert par le « Rhooo P*****ain ! » qui s’échappe de ma bouche béante. Je viens de passer en mode hyper-espace. Je finis mon parcours jusqu’à la maison calmement. 45km effectués, il me reste selon le tableau de bord environ 350km. L’autonomie annoncée paraît donc assez fiable.

Tesla Model S 85D
Tesla Model S 85D

Premières conclusions après ces quelques kilomètres : la Tesla S sait parfaitement se plier aux contraintes de la ville, elle s’y montre même assez à l’aise avec une fluidité remarquable pour s’insérer dans le trafic. Par ailleurs, elle est confortable et ses capacités d’accélération sont sidérantes. Mais le plus dur reste à faire pour la Model S qui ne doit pas seulement me démontrer ses qualités de puissance et de confort, mais doit aussi, pour me convaincre, se montrer réellement utilisable.

Tesla Model S 85D
Tesla Model S 85D
Tesla Model S 85D
Tesla Model S 85D

Et ça commence mal. Arrivé chez moi, impossible de recharger sur la prise de mon garage. J’avais pourtant réussi à le faire avec la BMW i3 mais là, il semblerait que la puissance de mon installation soit jugée trop faible pour la Model S. Ça risque d’être difficile de faire un essai sérieux si je dois déjà me restreindre…

Samedi, je décide de rallier Senlis, seule station « SuperChargeur Tesla » de région parisienne. J’avoue une certaine inquiétude : il me reste 350 km d’autonomie théorique, la station est à environ 100 km. S’il s’avère qu’elle ne fonctionne pas et pour peu que l’autonomie se montre optimiste, je risque fort de me retrouver bloqué pour le reste du week-end.

Tesla Model S 85D
Tesla Model S 85D

Départ donc des Yvelines avec mon père en passager. Il s’avère aussi impressionné que moi par la voiture. Les kilomètres défilent, les motards sont laissés sur place aux feux rouges. Et l’autonomie semble fidèle aux prévisions. Le confort est véritablement royal et nous prenons plaisir à simplement rouler. J’ai le temps de tester une partie du pilotage automatique (non, ce n’est pas une blague). Je dis « une partie » parce que j’ai quand même du mal à laisser totalement les commandes à un véhicule de plus de 100 000 euros que l’on me prête gentiment. Ce n’est pas à véritablement parler un manque de confiance, c’est simplement que quand vous êtes sur une voie rapide à 110 km, régulateur enclenché, et que vous arrivez sur un bouchon pas facile de rester les jambes croisées et bras derrière la tête en se disant « Pas de problème, Teslita va s’arrêter toute seule comme une grande, hein Teslita ? »

Tesla Model S 85D
Tesla Model S 85D

Mais au fil des kilomètres la confiance vient et en effet, la 85D arrive très bien à gérer son rythme toute seule dans la foule, le tout avec une distance de sécurité idéalement calibré : pas trop près, mais pas trop loin non plus pour éviter que 3 voitures s’intercalent.

Guidés par le GPS, nous arrivons au SuperCharger. Nous y croisons Jean-Philippe et Patrick, deux propriétaires de Tesla en promenade. L’occasion d’interroger directement les utilisateurs.
Jean-Philippe a sa Tesla depuis 18 mois, il vient d’ailleurs d’en commander une seconde. En chef d’entreprise, il nous confirme y trouver son compte financièrement. Patrick renchérit en confirmant que l’autonomie lui permet d’assurer l’ensemble de ses déplacements professionnels. Les deux vantent le plaisir de conduire, ce que confirme le simple fait qu’ils soient en promenade un samedi après-midi sans autre but que de rouler. Rarement vu chez les propriétaires de berlines statutaires…

Tesla Model S 85D
Tesla Model S 85D
Tesla Model S 85D
Tesla Model S 85D

Les deux dirigeants nous font même part de leur virée dans le sud de la France, chacun au volant de sa Tesla Model S. Voyage rythmé par les arrêts programmés et programmables aux SuperChargeurs sur le chemin.
Ils nous font par ailleurs découvrir la communauté Tesla. Au travers d’applications chargées sur leur smartphone, ils peuvent surveiller la charge de la voiture, programmer la climatisation à distance et même communiquer avec d’autres propriétaires pour, par exemple, signaler leur arrivée à un SuperChargeur qui serait déjà occupé. Histoire de demander au « Teslaiste » ayant fini son plein à libérer la place.

Tesla Model S 85D
Tesla Model S 85D
Tesla Model S 85D
Tesla Model S 85D

Après une bonne demi-heure de discussion et une autre au bar de l’hôtel près du SuperChargeur, la voiture a retrouvé son autonomie maximum de 400km. Efficacité démontrée !
Après avoir raccompagné mon cher père chez lui, je file à la crémaillère de mon ami d’enfance. Ce dernier dirige une entreprise de construction de maisons individuelles. Depuis des années il me fait l’éloge du bioclimatisme qui consiste à réduire au maximum la consommation d’énergie de l’habitat. Il me faut avouer que sa maison, vitrine de sa société, est impressionnante par la technologie embarquée et la recherche évidente des meilleures solutions énergétiques.

Tesla Model S 85D
Tesla Model S 85D

Je me permets une remarque « Dis-moi cher ami, avec une telle maison ne trouves-tu pas anachronique de rouler en tracteur, quand bien même ce tracteur est germanique et équipé d’un 6 cylindres de 300ch ? » Loin de moi l’idée de me moquer de lui, mais je commence à être convaincu par la proposition américaine.
Après avoir squatté une prise toute la soirée (en plus du barbecue), j’ai récupéré une cinquantaine de kilomètres d’autonomie. Me voici donc rendu au dimanche matin avec encore environ 300km de visibilité.

Tesla Model S 85D
Tesla Model S 85D

Un petit tour dans la campagne avec quelques nouvelles accélérations grisantes me coûteront une centaine d’unités. Le temps de tester aussi la partie châssis de la Model S. Si le gabarit de la belle la disqualifie pour l’appellation « ballerine », la qualité de la direction (en mode sport, car en mode confort elle est vraiment trop légère) tout comme la tenue de route en font malgré tout une voiture agréable à mener vite.
C’est en particulier en grande courbe qu’elle démontre son potentiel, les quatre roues motrices s’accrochent au bitume avec vigueur et il faut vraiment aller chercher loin le début d’une perte d’adhérence sur le train avant. Le grip est tel que le premier fusible est le pilote qui glisse dans son siège plus typé confort que sport.

Tesla Model S 85D
Tesla Model S 85D

Me voilà déjà rendu à lundi matin. Il me reste environ 150 kilomètres d’autonomie. Arrivés au travail, je squatte une prise dans le parking, histoire de recharger quelques heures pour se donner une idée du temps de charge sans équipement adapté. Il faut compter environ 50 km en 3 heures. Ce qui confirme la nécessité d’avoir un équipement adéquat pour la recharge rapide.

Tesla Model S 85D
Tesla Model S 85D

Il est temps de rendre la magnifique clé et de faire le bilan.

Parti avec 400km d’autonomie le vendredi, j’ai fait environ autant de kilomètres dans le week-end sans jamais descendre sous les 100km d’autonomie. Ce qui m’a sauvé la mise : le périple à Senlis. Ce qui m’a fait peur : l’incapacité de recharger chez moi. Les petites recharges chez mon ami ou au travail ont permis de me tranquilliser.
Si je devais acheter une Tesla, je ferais bien entendu installer un chargeur adapté à mon domicile (aidé en cela par la marque qui met à disposition de ses clients des conseillés). Pour peu que je sois le client type, je ferais aussi installer un chargeur sur mon lieu de travail.

Tesla Model S 85D
Tesla Model S 85D

A écouter les entrepreneurs interrogés ce week-end, le trajet quotidien moyen semble être compris entre 100 et 200km. Pas de soucis d’autonomie au quotidien donc. Reste ensuite le cas épineux des voyages au long cours pour lesquels il faut clairement que le réseau de SuperChargeurs se développe.
Côté plaisir de conduire, la Model S 85D est à la fois spectaculaire de par ses accélérations et plaisante à mener grâce à des trains roulants qui font oublier son gabarit et sa masse. De plus la façon intuitive dont l’électronique intervient ne frustre jamais le conducteur. La Tesla propose des systèmes qui collaborent avec le pilote, pas des aides ou assistances qui s’y substituent de gré ou de force.

Tesla Model S 85D
Tesla Model S 85D

Intrigué par le produit, je ressors de cet essai conquis. Oui, il est possible de prendre du plaisir à regarder, conduire et vivre au quotidien avec une voiture électrique. Oui, l’autonomie est aujourd’hui suffisamment sérieuse pour que ce type de voiture soit envisagé comme une alternative pertinente aux véhicules thermiques. La Tesla est à l’automobile ce que le smartphone est au premier téléphone portable. Un véritable saut technologique à même de changer notre approche de la voiture. Je n’aurais jamais pensé cela possible, mais si aujourd’hui je gagnais au loto, ce n’est pas chez Ferrari ou McLaren que j’irais en premier, mais bien chez Tesla. Ensuite… Malgré tout… j’irais quand même me chercher une de ces buveuses d’essence pour limer la piste le week-end.

Tesla Model S 85D
Tesla Model S 85D

Remerciements à Yvelines Tradition (www.yvelinestradition.fr) pour les photos devant une des réalisations de la société.

A propos de l'auteur

P. Lagrange (@Philagrange)

P. Lagrange (@Philagrange)

2 commentaires

Cliquer ici pour poster votre commentaire

  • Pas de Panique pour charger à Paris… J’ai fait l’A/R Bruxelles-Paris avec 4 passagers vendredi et dimanche pour aller au Bourget. Recharger rapide à Senlis. Nous avons terminé la charge au centre commercial de Luc Besson Aeroville qui est EV Friendly et permet de recharger à 32A3P soit 100 kms par heure. Seul bémol, beaucoup de stations en France utilise encore le standard franco-français du câble T3 alors que le standard Européen est le câble T2. … Bonne continuation ! Martin @mgillet @teslaclubbe – Tesla Club Belgique

  • Il m’a judicieusement été signalé que je n’étais pas revenu sur l’écran. Pour faire simple, il embarque l’ensemble des fonctions de la voiture. La radio, le téléphone, la caméra de recul et le GPS bien entendu, avec fonction GoogleMap intégrées, mais aussi la commande de toutes les ouvertures (portes, coffre, trappe de recharge et même toit ouvrant).
    Les réglages dynamiques de l’auto aussi avec le mode de conduite (confort, standard, sport), la hauteur de caisse (pratique pour passer un trottoir ou une rampe de parking) ou encore la fonction “rampage” qui permet d’avancer lorsque les freins sont relachés.
    L’affichage d’une fonctionnalité peut se faire sur la totalité de l’écran ou encore se splitter avec un double affichage.
    Bref il s’agit véritablement du cœur de la voiture qui permet de faire tout à part tourner le volant et accélérer. Le tout avec une ergonomie et une facilité d’utilisation absolument bluffante !

    Edit : précisions du commentaire intégrées à l’article 🙂

Catégories :

Nous twittons, suivez-nous