Porsche 919 : Revenue du diable vauvert
24H du Mans Historique Porsche

Porsche 919 : Revenue du diable vauvert

Porsche 919
Porsche 919

Suite et fin des légendes du constructeurs de Stuttgart aux 24 Heures du Mans. Après les 356 SL (lire ici)917 (lire ici)936 (lire ici)924 Carrera GTR (lire ici), 962C (lire ici) et 911 GT1 (lire ici), voici la 919 Hybrid.et

Nom : 919 Hybrid. Fait marquant : Revenue du diable vauvert

Pour la quatrième année du programme 919 (lire ici), déjà deux victoires au Mans sont à comptabiliser mais lors de l’édition 2016, Toyota a bien failli remporter la timbale sans un invraisemblable retournement de situation avec l’immobilisation définitive de la TS050 devant son stand, à un tour du but (lire ici).

Porsche 919
Porsche 919

En 2017, la concurrence japonaise est tout aussi forte et le match s’annonce très indécis. Pourtant, c’est l’hécatombe parmi les LMP1. Les Toyota sont retardées, et les problèmes n’épargnent pas Porsche. La voiture numéro 2 de Timo Bernhard, Earl Bamber et Brendon Hartley rencontre des ennuis techniques moins de 4 heures après le départ et passe plus d’une heure dans le garage. Quand elle ressort des stands, elle est 56ème à 18 tours de la tête. Sa course est a priori condamnée.

Porsche 919
Porsche 919

Le dimanche matin, c’est la Porsche n°1 qui domine seule la course et la catégorie LMP1. Au général, elle est suivie par les LMP2, puis très loin, la Porsche N°2 évolue en seconde position dans la catégorie LMP1. Vers midi, c’est le coup de théâtre avec l’abandon de la n°1. Les heures restantes se résumeront à un incroyable suspense pour savoir si une LMP2 remportera les 24 Heures, ou si la Porsche réussira à remonter son handicap. A une heure du but, la 919 n°2 reprend la tête et impose Porsche pour la 19ème fois.
L’équipage victorieux aura parcouru 367 tours, soit 5001,230 km.

Porsche 919
Porsche 919

Relisez nos articles sur la garage de Porsche aux 24 Heures du Mans à Teloché de 1951 à 1981ici partie 1 et ici partie 2, ainsi que le Porsche Rennsport Reunion V à Laguna Seca (ici).

Crédit photos @Raphaël Dauvergne

Nous twittons, suivez-nous