Essai : Kia Optima SW GT, en attendant la Stinger

« Tu es puni ? Plus de super sportives, maintenant tu essayes les familiales pépères ? » C’est en substance le message de mes voisins quand ils m’ont vu arriver ce vendredi avec un break Kia Optima. Ce qu’ils ne savent pas, c’est que cette Coréenne développe la bagatelle de 245ch et qu’elle annonce une orientation intéressante pour la marque dans les mois à venir…

Kia Optima SW GT

Kia Optima SW GT

Initialement ce n’était pas la Kia Optima SW GT que j’avais prévu d’essayer mais la Pro Cee’d GT. Cette dernière n’étant finalement pas disponible à la date prévue, la charmante Clélia m’a donc proposé la grande sœur. Dans l’histoire je gagnais 45ch donc pas de problème pour le switch.

Kia Optima SW GT

Kia Optima SW GT

Puis cette Optima me semble être une première marche intéressante sur le chemin qu’est en train de prendre Kia, à savoir une montée en gamme et en qualité dont le summum annoncé est la prochaine Stinger.

Carrosserie : Un style moderne

Il faut bien avouer qu’elle a un certain charme cette grosse berline. Dans la version à hayon je la trouve très réussie. Pour l’essai je dispose de la version break qui n’est pas mal non plus. Une ligne dynamique évitant le piège d’un arrière trop lourd.

Kia Optima SW GT

Kia Optima SW GT

Des proportions très statutaires et des éléments de carrosserie rajoutés du meilleur effet. On est pourtant loin du tuning car l’ensemble est très finement intégré. La calandre rappelle celle des dernières Mercedes avec des inserts chromés à chaque intersection de la grille. La prise d’air sur le haut des ailes avant rappelle furieusement celle des Toyota GT86/Subaru BRZ et donne donc un aspect sportif assumé.

Kia Optima SW GT

Kia Optima SW GT

D’autant plus assumé que cette version GT voit ses étriers de freins peints en rouge et bien visibles au travers des jantes au dessin simple mais élégant.

Kia Optima SW GT

Kia Optima SW GT

Intérieur : encore des progrès à faire

A l’intérieur l’espace est impressionnant. En particulier pour les passagers à l’arrière. L’Optima SW GT se place sans aucun doute comme une des plus spacieuses de la catégorie.

Kia Optima SW GT

Kia Optima SW GT

Malheureusement le tableau est un peu gâché par la qualité des plastiques apparents. Beaucoup de ceux-ci sont dur au toucher et certains ont un aspect clairement bas de gamme. C’est le cas en particulier pour le centre de volant qui semble tout droit sorti des années 1990. C’est d’autant plus dommage que c’est la pièce que l’on a le plus souvent devant les yeux.

Kia Optima SW GT

Kia Optima SW GT

Tout n’est pourtant pas à jeter. Les sièges sont très confortables et l’ergonomie globale des commandes ne prête pas trop le flanc à la critique. L’équipement quant à lui est très complet tant au niveau des éléments de sécurité que de ceux de confort. Mention spéciale à l’énorme toit panoramique et ouvrant. La Kia Optima SW GT offre de série tout cet équipement. Une démarche commerciale de conquête que je salue.

Kia Optima SW GT

Kia Optima SW GT

Sur la route : paisible

Le démarrage laisse présager le meilleur. Le 2.0 L Turbo s’éveille dans une sonorité gutturale digne d’un flat 4 Subaru. La sonorité est un peu artificielle mais elle impressionne quand même.

Kia Optima SW GT

Kia Optima SW GT

Assez vite le sentiment de lourdeur prédomine. Pas tant dans les commandes dont l’assistance facilite la vie, mais plutôt dans le comportement. L’Optima SW GT fait bien son poids (1,6 tonne à vide) ! En phase d’accélération les 245ch ont bien du mal à arracher la Kia, d’autant plus que la motricité laisse à désirer malgré une boite auto lente et les aides à la conduite engagées.

Kia Optima SW GT

Kia Optima SW GT

Au freinage l’histoire se répète. Pas de quoi crier au scandale mais on oublie vite toute velléité d’enchainer les entrées de virage sur les freins. Et une fois dans le virage le grip reste très limité, particulièrement sur le train avant.

Kia Optima SW GT

Kia Optima SW GT

Lors d’un essai j’ai l’habitude de monter en puissance. Je commence par une prise en main tranquille puis j’augmente au fur et à mesure la cadence au fil des jours pour bien ressentir les limites. Avec la Kia Optima SW GT j’ai vite trouvé les limites du plaisir de conduire. Le poids, le grip et la boite de l’Optima ne poussent pas à l’arsouille. D’autant plus que le mobilier intérieur fait apparaître des vibrations importantes dès que la mécanique est sollicitée dans les tours.
Heureusement, en mode tranquille l’auto retrouve des qualités réelles en termes de confort. La puissance ne manque jamais et en mode « éco » le moteur se fait plus discret. On profite alors d’un break pratique et sécurisant pour promener la famille.

Positionnement face à la concurrence

Bonne familiale, piètre sportive, la Kia Optima SW GT se choisit donc en toute connaissance de cause. Une fois bien intégré le fait qu’elle ne vous poussera pas au crime, elle rend bien le service attendu. Se posera alors la question du rapport qualité prix.

Kia Optima SW GT

Kia Optima SW GT

Richement équipée, la Kia souffre dès que l’on aborde les aspects de qualité perçue et image de marque. Pour le premier critère, il reste encore du chemin pour que la marque coréenne puisse se frotter aux marques européennes. Les standards de Kia sont plus en phase avec ce que nous avons l’habitude de voir aux USA.

Kia Optima SW GT

Kia Optima SW GT

Pour ce qui est de l’image de marque, il faut bien avouer que la progression est flagrante. Aujourd’hui rouler en Kia n’est pas (plus ?) honteux. Les modèles sont élégants sur l’étendue de la gamme et bien dans l’air du temps au niveau design.

Abordons enfin le sujet tarifaire. A environ 43 000 euros le modèle essayé, il s’agit déjà d’une belle somme. Dans l’absolu je ne me vois pas mettre une telle somme dans un véhicule uniquement familial, mais la réalité du marché est autre. J’ai donc fait un comparatif avec un modèle bien établi : la Ford Mondeo.
En configurant la Ford au plus haut, à savoir un break Vignale 240ch, le tarif catalogue ressort à l’avantage de la Kia Optimia SW GT pour 3 000€ environ. Malheureusement la Kia se fait assassiner par la législation française avec un malus écologique de 10 000€ contre 3000 pour la Mondeo.

Kia Optima SW GT

Kia Optima SW GT

La Kia Optima SW GT a du mal à convaincre par rapport à une concurrence installée depuis longtemps sur le segment. Jolie, pratique et bien équipée, elle n’est pas assez bien finie ni assez plaisante à conduire pour justifier un tarif neuf artificiellement élevé (merci la taxe CO2…). La correction de ces défauts semble cependant à portée de main du constructeur qui est dans une phase d’amélioration de produits. Avec 100ch de plus, un châssis plus efficace et une finition plus soignée Kia pourrait proposer une berline franchement sexy. Vivement l’arrivée de la Stinger !

Kia Optima SW GT

Kia Optima SW GT

P. Lagrange (@Philagrange)

Author: P. Lagrange (@Philagrange)

Share This Post On

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Lire les articles précédents :
Nurburgring Classic 2017
Richard Mille partenaire du “Nürburgring Classic”

Déjà chronométreur officiel de l'incontournable événement Le Mans Classic, Richard Mille sera le partenaire horloger du "Nürburgring Classic" qui célèbre...

Fermer