Actualité

Bilan 2020, en route en 2021 !

AutomotivPress bilan 2020 et vœux 2021

2020 fût une année très particulière et rien ne s’est déroulé comme prévu. Autant dire que nous espérons vivement que 2021 n’en suive pas le même chemin. Nous profitons de cette occasion pour faire un bilan de l’année écoulée et de vous présenter nos meilleurs vœux pour 2021.

Tout d’abord, nous vous remercions, vous qui nous lisez et qui nous suivez. Votre soutient nous fait chaud au cœur dans cette période troublée et difficile. Vous êtes 17% de femmes et 83% d’hommes fidèles à notre site, dont 55% de moins de 45 ans. Vous êtes plus de 231 000 à consulter nos pages ce qui représente plus de 458 000 pages lues. Vous venez sur Automotivpress.fr directement ou via les réseaux sociaux, dont la fréquentation de nos pages est en augmentation : +8,4% pour Facebook, +6,3% pour Twitter et +49.2% pour Instagram et Youtube !

Un très grand merci pour votre fidélité, continuez à nous soutenir et à partager nos contenus !

Notre ligne éditoriale reste exclusive : « L’automobile d’exception, de sport et de collection, d’hier et d’aujourd’hui ». Nous ne traitons pas de l’automobile du quotidien ; que d’autres sites font très bien d’ailleurs ; et sommes sélectifs sur l’actualité que nous proposons : pas de diesel, pas de monospaces, pas de SUV/4×4… sauf si c’est sympa quand même. 🙂
Notre garage abrite des voitures à sensations, où la puissance n’est pas forcément le critère le plus important.

Des chevaux, des articles, mais peu d’essais…

Côté rédactionnel, cette année 2020, ne s’est pas concrétisée en grand nombre d’essais, dans notre spectre éditorial : les sportives sont dans le viseur des politiques « écologiques » et la crise économique liée au Covid-19 n’a pas arrangé les choses. Beaucoup d’évènements et de lancements automobiles furent reportés, lorsqu’ils n’ont pas été purement et simplement annulé.

En 2020, nous avons rédigé 223 articles, agrémentés de plus 6 470 photos et vidéos, dont une quinzaine d’essais (lire ici) malgré les deux périodes de confinement :

Alpine A110 Pure et A110 S
Audi A3 Berline 1.5l TFSi MHEV
Audi S5 Quattro restylée
Ford Puma ST
Honda E face à la Mini SE
Lotus Elise S1
Mazda MX-5 (ND) 184 ch vs 160 ch
McLaren 720S et GT
Mercedes-Benz C 300de break AMG Line
Peugeot 2008
Porsche Taycan Turbo 
Toyota GR Supra 2.0L Fuji Speedway Edition
Volvo XC40 Recharge T5

… et une revue horlogère du chronographe Delma Continental

Nous n’avons pas oublié l’automobile classique et de collection (lire ici) à travers des évènements :

Exposition Concept-Car beauté pure au Château de Compiègne partie 1 et partie 2
La visite du Conservatoire Citroën
Le Mornay Festival
Une sortie circuit avec le SCCT
Sport et Collection
Le Tour Auto

… ou le sport automobile (lire ici) comme le GT FFSA à Magny Cours.

2021 électrique

Que sera 2021 ? Bien malin qui pourrait le prédire. La seule certitude, c’est qu’en matière automobile, la tendance de l’électrification va se confirmer et se renforcer fortement. Les constructeurs ont vécu la pire des années depuis plusieurs décennies, avec un marché français en baisse de -25,5% des ventes de voitures (VP) en 2020 (vs 2019), qui se décompose comme suit, en part de marché/énergie (source CCFA, lire ici) :

⛽️ Essence : 46,9% (57,9%), soit -40%
⛽️ Diesel : 30,6% (34,1%), soit -67%
🔋 Hybride : 11,3% (3,9%), soit +158%
⚡️Électrique : 6,7% (1,9%), soit +259%
🔌Hybride rechargeable : 4,5% (0,8%), soit +401%
⛽️ GPL : 1% (0,1%), soit +792%

La politique fiscale du pays va accentuer cette transition, quitte à tuer au passage les voitures sportives dont le kilométrage annuel, et donc la pollution correspondante, est souvent inférieur à un véhicule familial parcourant plus de 15 000 km/an. Mais la “bien pensanse écolo” ne regarde que la pollution sortant du pot d’échappement, non pas l’ensemble de la chaine, du puit à la roue. Cette “bien pensanse écolo” ne se préoccupe pas du déplacement de la pollution engendrée par l’industrialisation des composants électriques (batteries,…), dans les pays fournisseurs des matières premières, nécessaires à cette électrification à marche forcée.

Pour nous, amateurs de voitures de sport, quel sera le menu ? “Des sportives électriques, nous répondent les constructeurs…”. On ne va pas se mentir, pour le moment ces modèles sont avant tout des véhicules dynamiques et rapides, qui n’ont rien de sportifs. La première cause en est la masse excessive, avec toutes les conséquences que cela induit sur la conduite. Difficile de faire sportif lorsqu’on embarque 700 kg de batterie pour s’assurer d’avoir 100 kWh d’énergie. Pour rappel, 1 litre d’essence équivaut à 34,66 MJ soit 9,63 kWh. Un plein d’essence de 45L est donc égal à 433 kWh. sachant que la masse volumique de l’essence est de 0,74 kg/litre, la masse d’un plein de 45L est de 33 kg.
Il est bon parfois de rappeler certains fondamentaux…

Bien que condamnés à moyen terme, les véhicules thermiques et hybrides ont encore quelques années devant eux, un sursit dont nous comptons profiter pleinement, même si l’offre se rarifie comme peau de chagrin. Et le chagrin, 2020 nous en a apporté son lot !

Bref, si comme nous vous avez un arrière-goût de frustrations, espérons que l’année 2021 qui vient de commencer nous fera vite oublier celle qui vient de se clôturer. Très bonne année et meilleurs vœux !

A propos de l'auteur

Pierre Henri Brautot (@PH_Brautot)

Pierre Henri Brautot (@PH_Brautot)

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour poster votre commentaire

Nous twittons, suivez-nous