Alfa Romeo BMW Caterham Citroen Ford Guide pratique Historique Lotus Mazda Porsche Renault

Se faire plaisir, au volant, pour moins de 30 000 euros (partie 1)

Exposition Tranxsale 2014 Musée Porsche - 924, 944, 968, 928
Exposition Tranxsale 2014 Musée Porsche - 924, 944, 968, 928

De discussions en discussions, l’équipe rédactionnelle d’AutomotivPress en est venue à se poser LA question existentielle de ce début d’année : Quel « youngtimer » raisonnable s’offrir ? Pour cet article « Se faire plaisir, au volant, pour moins de 30 000 euros », nous n’avons pas que ciblé des modèles encore en vente ou juste sortis du marché du neuf. Nous nous sommes fixé arbitrairement une limite de prix, facteur hautement décisionnaire dans l’acte d’achat. Histoire de se dire que, pour une somme correspondant à une berline moyenne neuve, il paraît raisonnable d’être… déraisonnable.

Et plutôt que d’axer sur la puissance, nous vous proposons une sélection libre, selon nos propres goûts, en fonction de 5 catégories, un peu arbitraire on vous l’accorde 😉 .
En premier lieu les « GTi », catégorie à spectre large mais qui dans tous les cas repose sur les mêmes bases simples : prendre une citadine ou compacte passe-partout et en faire une “bombinette” avec des chevaux et un châssis le plus amusant possible.
Seconde catégorie, les roadsters. Histoire d’être un peu plus exigeants que « cabriolets », le roadster est par définition un véhicule exclusif, non repris d’une berline existante, proposant 2 places et dont le côté pratique n’est pas la qualité principale. A contrario, le plaisir de rouler, plus ou moins vite, cheveux au vent en rend l’utilisation toujours excitante.
Ensuite, nous passerons aux coupés et cabriolets. Dans cette catégorie plutôt vaste, l’aspect Grand Tourisme pourrait l’emporter pour certains, à moins que ce ne soit le look.
Berlines et breaks viennent naturellement ensuite. Il sera plus facile dans cette catégorie d’avancer l’excuse, pardon l’argument « c’est une voiture pour la famille » 😉 .
Enfin, pour laisser un peu de liberté à nos rédacteurs, une catégorie « hors catégorie » pour laisser libre court à nos coups de cœur les moins raisonnables, mais toujours dans la limite du budget fixé. Allez retournons jouer à l’Euromillions pour trouver ce budget de 30 000 euro et la location mensuelle du box pour accueillir la(es) belle(s) !

Philippe

Dans la catégorie GTi, mon choix se porte sur la Citroën Saxo VTS 16V. Premier avantage, le tarif sera bien inférieur à la limite fixée. Pour moins de 10k€ un bel exemplaire est à votre portée. Pour peu que vous en trouviez un, car si la voiture n’a pas une grosse cote, elle est aussi rare à trouver en bon état. C’est le sort habituel des voitures écoles d’être souvent maltraitée, tunée, essorée. Mais si vous en trouvez une en bon état, la Sax’ est une voiture des plus attachantes. Nerveuse, joueuse sans être trop piégeuse, elle procure un plaisir assez proche de celui que proposait une 205 GTi pour une fraction du prix. La Peugeot 106 S16, cousine de la Saxo est une option tout à fait valable : plus jolie pour certains et avec des réglages supposés un poil plus faciles.

Citroën Saxo VTS 16V
Citroën Saxo VTS 16V

Côté roadster, l’incontournable est à mon sens la Lotus Elise S1 (lire ici et ).Oubliez le côté pratique : capote en place, il faut être adepte de Houdini pour s’insérer ou s’extraire du cockpit avec un semblant d’élégance. Et la capote, parlons-en : des montants, des baleines et une clé Allen pour la retirer ou la remettre. Le record du monde de recapotage en solitaire d’une Elise S1 doit se situer dans les 3’20’’ environ. Mais une fois au volant, vous profitez de la magie Lotus : toucher de route exceptionnel, réactivité absolue malgré le petit Rover 1.8L et un une gueule d’amour. La côte des Elise commence doucement à monter, mais il est encore facile d’en trouver sous les 30 K€ (sauf pour des versions particulières telles les Sport 160 et plus). L’Elise étant faite pour la piste, un historique avec du circuit n’est pas rédhibitoire, tant que l’entretien a été suivi scrupuleusement et réalisé par des connaisseurs du modèle.

Lotus Élise S1
Lotus Élise S1

Le coupé qui me fait de l’œil est l’Alfa Romeo GT. Ce coupé dérivé de la 147 a pour lui un look râblé mais relativement discret malgré tout. Et à mon sens plus équilibré que la Brera qui lui succèdera. Côté châssis, on a certes fait mieux, mais pour une voiture de promenade pas de soucis particuliers. Et côté moteur bien entendu, le V6 allie une puissance suffisante à une sonorité reconnue comme une des plus belles. A moins de 20k€, il est possible de dégoter une voiture en bon état, la belle affaire du moment !

Alfa Romeo GT
Alfa Romeo GT

En bon père de famille, j’ai un faible assumé pour les berlines, et même les berlines françaises qui peuvent présenter un certain charme. Surtout dans les années ’80 et ’90. Certes on peut leur trouver un côté kitsch désormais, mais il s’agit à titre personnel de voitures qui m’ont fait rêver dans les premières années de permis de conduire. Mon penchant PSA naturel me poussait à apprécier la Peugeot 405 Mi16, tandis que les exploits de François Delecourt en rallye me faisaient fantasmer sur la Ford Sierra Cosworth. Mais pour cet article, je vais avouer mon béguin pour une Renault : la 21 2.0L turbo. J’ai régulièrement eu l’occasion d’emprunter celle de mon oncle étant plus jeune et c’était une véritable fusée : puissante, relativement facile et toujours confortable. La quintessence des berlines sportives de l’époque. A moins de 20 K€ pour un bel exemplaire, c’est tout un pan d’histoire que vous pouvez vous offrir : l’époque où les “papas pressés” pouvaient trouver à un tarif raisonnable une voiture familiale et véritablement sportive à la fois. Aujourd’hui seuls les allemands proposent un tel cocktail, mais les tarifs sont devenus horriblement élitistes.

Renault 21 Turbo
Renault 21 Turbo

Et pour finir, mon coup de cœur. Encore une surprise pour ceux qui me connaissent et savent mon faible penchant pour les Porsche. Et pourtant, j’ai un coup de cœur pour la 944 (lire ici). Dérivée de la chétive 924 (hors Carrera GT), la 944 gagnait en muscles côté carrosserie avec des ailes élargies, et en moteur avec une puissance qui la plaçait enfin au-dessus de la mêlée des GTi contemporaines. En version Turbo, elle devenait véritablement sérieuse et perdait son image (injustifiée) de Porsche au rabais. Aujourd’hui les 944 Turbo commencent à prendre de la valeur en collection. Forcément, avec les 911 devenant intouchables, elles savent désormais attirer la sympathie des amateurs de la marque. Mais ce n’est pas uniquement un choix par défaut. Côté design, la 944 reste très moderne et semble mieux vieillir que bon nombre de ses contemporaines. Et si la 944 n’avait pas les honneurs du flat 6 mythique de la marque, son 4 cylindres savait faire parler la poudre. Avec 25 K€, il semble possible de se faire plaisir avec une voiture à la fois jolie, performante, efficace et avec en plus un blason légendaire.

Porsche 944
Porsche 944

Ambroise

On va commencer avec la plus facile, la petite GTi ! Pour moi c’est sans hésitation une Peugeot, la 205 Rallye (lire ici), depuis l’essai de celle de Jean en 2015 ça me travaille… Je surveille la côte qui monte doucement mais sûrement, heureusement sans commune mesure avec celle de sa grande sœur 205 GTi qui atteint des sommets de déraisonnabilité. Les vocalises des deux Weber, le look relativement discret, la légèreté et la vivacité, non franchement rien ne cloche sur cette bombinette, pour moi c’est elle ! Si vous êtes aussi sous le charme, que vous avez le budget et la place pour la garer dans de bonnes conditions, ne trainez pas, les beaux exemplaires se font rares, les modèles restaurés sont de plus en plus nombreux gage de qualité pour la survie de l’espèce mais aussi et logiquement de hausse de la côte. Foncez, vous ne serez pas déçu !

Peugeot 205 Rallye 1989
Peugeot 205 Rallye 1989

Du côté des roadsters, mon choix ne va sans doute surprendre personne en allant vers le soleil levant avec la Mazda MX-5 Mk1 (lire ici). Oui vous savez qu’on est particulièrement sensible aux charmes de la japonaise ici… Ayant utilisé nombreuses d’entre elles de 1er, 2ème et 3ème génération, une Mk1 1,8 légèrement rabaissée avec des minilight en 15” un poil plus large ferait mon bonheur. Là aussi la cote monte en flèche, et pour les mêmes raisons que toutes celles dont on vous parle dans cet article : les exemplaires avec moins de 200.000 km ou épargnés par la rouille se raréfient. Soyez patient, il y a quand même du choix, attention à certains vendeurs pensent détenir la 7ème merveille du monde et affiche un prix sans lien avec l’état de leur auto. La bonne nouvelle est que les pièces se trouvent facilement, la communauté est ultra active avec le Club MX5 France en tête et les points faibles sont connus. Un achat passion et raison, qui en se débrouillant bien vous permettra de réunir ces deux premiers choix dans le budget des 30 000 euros 🙂 Et si le chef m’interdit de choisir la MX-5, j’avoue que la Honda S2000 m’a toujours un peu titillée, piste à creuser sans doute…

Mazda MX-5 Mk1 (type NA) 1.6L 115 cv
Mazda MX-5 Mk1 (type NA) 1.6L 115 cv

Arf, coupé ou cabriolet ? Après m’être un peu creusé la tête je pense que celle qui rejoindrait mon garage serait une BMW M3 E46. La dernière M3 (lire ici) avec le bon vieux L6, un look qui à mes yeux a mieux vieilli que la E36 et un budget encore abordable. Vous avez vu le prix des M3 E30 maintenant ?? Même constat, les modèles kilométrés ou modifiés sont nombreux, les 325 déguisées aussi, un achat à faire prudemment avec un historique propre qui est passé sur les faiblesses connues de l’auto. On se retrouve sur le parking du Ring pour faire quelques tours ensemble ?

BMW M3 E46
BMW M3 E46

Dans la catégorie des berlines et breaks, là on est presque sans limite. Avec Philippe qui parle de 405 Mi16, je revois les images folles du BTTC anglais riche en berlines sportives. Rassurez-vous, point de Laguna V6 ou Mondeo ST, c’est plutôt la Volvo 850 T5R break qui pourrait me faire de l’œil. Mais finalement je retourne sur la Mi16, ou plutôt sa mécanique pour choisir non pas la 309 mais la BX GTi 16 soupapes ! Quel look désuet, image de caisse de vieux mais des perf de folie : 160 chevaux pour une petite tonne sur une suspension oléopneumatique Citroën, le cocktail est détonnant ! Pas un grand succès commercial entre 1987 et 1993, elles sont encore plus rares aujourd’hui. Patience, quelques beaux modèles sortent de temps en temps à des tarifs ridicules, pour combien de temps encore ? Sans doute juste assez pour que je me dise trop tard, c’est trop cher maintenant !

Citroën BX GTi 16 soupapes
Citroën BX GTi 16 soupapes

Et pour finir la cerise sur le pudding, le hors catégorie sera pour moi une Caterham Super 7 (lire ici). Le budget de 30 000 euros peut paraître un peu juste maintenant, vous aurez alors l’option de la RHD (déjà immatriculée en France pour éviter la longue et périlleuse RTI) ou alors une auto un peu plus ancienne, un peu plus vivante, pardon capricieuse et certainement carbu. Sans aller chercher un monstre de puissance, les sensations incroyables seront au rendez-vous dès les premiers mètres et sans mettre en péril votre précieux carton rose. Mon deuxième hors catégorie ? Oui il y en a un second : la Clio V6 ! Pour les 30 000 euro j’ai peur que ce soit déjà trop tard, encore plus pour une phase 2 avec les phares étirés qui ont ma préférence, mais si vous avez la place dans la garage, il vous reste le budget mensuel du box pour rallonger… Oui on a tous le droit de rêver !!

Renault Clio V6
Renault Clio V6

A suivre la 2ème partie de notre article “Se faire plaisir, au volant, pour moins de 30 000 euros” ici.

Nous twittons, suivez-nous